Réseaux sociaux utiles pour l’amélioration des services au Bénin

Réseaux sociaux utiles pour l’amélioration des services au Bénin

« Les réseaux sociaux ont donné le droit de parole à des légions d'imbéciles, qui avant, ne parlaient qu'au bar après un verre de vin, et ne causaient aucun tort à la collectivité.

Bénin : Vivement de nouvelles pratiques dans nos services publics

On les faisait taire tout de suite alors qu’aujourd’hui ils ont le même droit de parole qu’un prix Nobel. C’est l’invasion des imbéciles ». Umberto Eco, un grand Ecrivain et Philosophe Italien, plutôt connu du grand public pour ses œuvres romanesques.

Avant de revenir sur cette citation, je voudrais commencer par les deux exemples ci après :

Il a quelques semaines, nous avons posté dans cette chronique l’image du panneau de la Direction Générale de la Police Républicaine, dont la messagerie était hébergée chez Yahoo. Cette semaine en passant devant cette administration, j’ai été agréablement surprise de remarquer que ladite adresse à été changée, et est maintenant hébergée par un site national.

Il y a quelques semaines également, nous avons partagé sur les réseaux sociaux des images de sachets plastiques et d’ordures qui jonchaient la devanture de notre aéroport international, première vitrine de notre pays. Hier, grande a été ma joie de remarquer que nous avons dorénavant un espace dégagé, propre avec à disposition des poubelles publiques.

Loin de m’arroger le crédit quelconque du rôle qu’ont pu avoir ces différentes publications dans les médias, je suis une citoyenne heureuse qui remarque que certaines de nos administrations sont à l’écoute. Il est vrai que je suis impatiente de voir cette pratique se généraliser au Bénin. Même si certains dysfonctionnements de nos prestataires de service restent encore sans solutions, je reste persuadée que les citoyens que nous sommes, pouvons les amener à relever le niveau du service qu’ils nous offrent.

D’ailleurs, si vous connaissez les responsables du poteau électrique planté en plein milieu de la route pavée derrière le camp Guézo de Cotonou, je vous remercie de faire passer le message. Cela fait des mois que nous attendons qu’ils corrigent cette situation.

La communication est devenue aujourd’hui un élément essentiel de succès des entreprises, qu’elles soient publiques ou privées. La communication a évolué et les entreprises ne sont les seules à dire ce qu’elles veulent faire passer comme information. Grâce aux réseaux sociaux, la communication de nos jours est une interaction dynamique et permanente des deux acteurs : entreprises et usagers.

Quand je suis rentrée au Bénin il y a quelques mois, je me désolais et continue par l’être de l’immense perte de temps que nous remarquons sur des publications ou critiques, notamment concernant les politiques, sur les réseaux sociaux. Je ne comprends toujours pas pourquoi beaucoup de Béninois sur les réseaux sociaux se sentent le droit voire l’obligation de critiquer, et surtout donner leur avis sur les sujets dont pour la plupart du temps, ils sont ignorants.

Si nous pouvions utiliser cette énergie et ce temps pour dénoncer nos prestataires de services, nous citoyens serions plus à même de réclamer et d’obtenir l’amélioration des services vis à vis de l’usager/client/consommateur/citoyen que nous sommes.

Que l’on soit au Bénin ou ailleurs, les réseaux sociaux sont un atout immense pour améliorer les choses, surtout sur des aspects qui nous touchent directement et qui impactent notre bien être à nous tous. La plupart de nous a un téléphone intelligent et a l’opportunité, en un seul clic, une seule photo, de dénoncer ce qui ne va pas bien dans nos cités. Sauf que pour que cela puisse avoir un impact réel, il est important que nous en prenions conscience.

L’émergence des réseaux sociaux a transformé nos habitudes de citoyens et devrait être un nouvel espace de dialogue entre nos administrations et nous. Au Bénin, en attendant que toutes nos institutions comprennent les enjeux de cette nouvelle forme de communication, il est important pour celles déjà présentes sur les réseaux sociaux, de comprendre qu’il faut dépasser un mode unidirectionnel où les pages sociales ne servent qu’à diriger ces messages vers les abonnés, sans créer d’interaction avec ces derniers. Aujourd’hui, si vous avez des pages sur des réseaux sociaux, vous devez apprendre à répondre aux questions, à participer aux débats sur vos pages et surtout à recueillir le feedback et les suggestions sur vos prestations.

La veille citoyenne au Bénin concerne tous les citoyens. Nous devons aujourd’hui amener nos chefs de quartiers, nos responsables, nos prestataires de services (publics ou privés), à chercher en permanence à s’améliorer. C’est un droit et un devoir citoyen.

Tous ensemble pour l’amélioration des services au Bénin.

Commentaires

Commentaires du site 0