Bénin – Assemblée nationale : Des sujets brûlants passés aux oubliettes

Bénin – Assemblée nationale : Des sujets brûlants passés aux oubliettes

Ce jour lundi 09 avril, s’ouvre au Palais des gouverneurs la première session ordinaire de l’Assemblée nationale.

Fondation Adrien Houngbédji pour le Numérique et la jeunesse: pour la promotion des TIC au Bénin

Plusieurs sujets intéressants seront à l’ordre du jour. Mais une fois encore, les députés ont décidé de faire le black out sur des sujets brulants, comme la désignation de leurs représentants dans le Cos Lépi.

Le président de l’Assemblée nationale Me Adrien Houngbédji, flanqué de quelques hôtes, procède ce jour à l’ouverture de la première session ordinaire de l’année 2018. A la lecture de l’ordre du jour de cette séance, on se rend bien compte que l’Assemblée nationale qui a fait l’effort d’inscrire à l’ordre du jour plusieurs questions orales de députés, a pourtant fait le black out sur les sujets préoccupants de l’actualité nationale. C’est le cas par exemple de la désignation des membres de l’Assemblée nationale, au sein du Conseil d’orientation et de supervision de la Liste électorale permanente informatisée (Lépi).

Selon les dispositions du Code électoral, le Cos-Lépi devrait être installé au plus tard le 1er juillet 2017, mais depuis les députés ne se sont pas pressés pour procéder à ces désignations. Ils n’ont pas non plu obtempéré après la décision de la Cour constitutionnelle, leur faisant injonction de désigner les représentants au plus le 27 décembre passé. Cela fait déjà plus de trois mois, mais rien n’a bougé au sein de l’Assemblée nationale.

Certes, la procédure est enclenchée et confiée à la commission des lois qui ne se presse guère sur ce sujet. La preuve, son rapport qui doit servir de base à l’ouverture du débat en plénière sur le sujet, n’est toujours pas prêt. A travers cette attitude, l’Assemblée nationale viole allègrement une loi qu’elle a votée elle-même, et donne l’impression d’être au service de la cause du gouvernement dont certains caciques avaient péroré un peu partout, pour défendre la thèse de la non installation du Cos-Lepi pendant les années non électorales.

A cause de cet entêtement, le président Houngbédji a été épinglé par la Cour constitutionnelle pour violation de la constitution. Mais cela n’a pas amené le président et toute son institution à se pencher rapidement sur cette question. Notre démocratie ne serait-elle pas en danger ?

Six questions d’actualité au menu de la plénière

Plusieurs questions d’actualités dorment dans les tiroirs du président de l’Assemblée nationale. Faisant siennes les préoccupations de ses collègues députés signataires de ces interpellations, le président de l’Assemblée nationale, Adrien Houngbédji a donné priorité cette fois-ci à ces questions tout au début de la première session ordinaire de l’année 2018 au Parlement. C’est pour cette raison qu’il a inscrit prioritairement six (06) de ces questions à l’ordre du jour de la séance plénière qui succèdera à l’ouverture de la première session ordinaire de l’année.

Il s’agit dès le jeudi 12 avril 2018, l’examen en plénière de six (06) questions d’actualité qui portent entre autres sur la situation d’endettement du Bénin posée par le député Guy Dossou Mitokpe, le recrutement d’un mandataire au Port Autonome de Cotonou, le contrat de gestion du Port Autonome de Cotonou par la société « Port of Antwerp international (PAI) SA » posées par le député Nourénou Atchadé, la situation des béninois expulsés du territoire algérien, le mutisme du gouvernement face à la situation des migrants d’Afrique Subsaharienne en Libye, respectivement posées par les députés Nouhoum Bida Youssoufou et Guy Dossou Mitokpè et 12 autres. Enfin, le Parlement va examiner la question de la liquidation du Bénin Télécom SA et la privatisation de Bénin Télécoms Services, posée par le député Nouhoum Bida Youssoufou.

Trois présidents de parlement invités

Le président de l’Assemblée nationale, Me Adrien Houngbédji, procédera le lundi 9 avril prochain à l’ouverture de la première session ordinaire de l’institution pour le compte de l’année 2018. Ceci, conformément aux dispositions de l’article 4 du Règlement intérieur de l’institution et de l’article 87 de la Constitution du 11 décembre 1990 qui stipule : « L’Assemblée nationale se réunit de plein droit en deux sessions ordinaires par an. La première session ordinaire s’ouvre dans le cours de la première moitié du mois d’avril… ».

A l’occasion de cette cérémonie solennelle, trois présidents d’Assemblée nationale y ont été conviés par le président Adrien Houngbédji. Il s’agit du président du Parlement du Niger, Osséini Tinni, le président du Parlement du Togo, Drama Dramani et le président du Parlement du Burkina Faso, Alassane Bala Sakandé. Ces trois personnalités étrangères vont délivrer respectivement un message à la tribune de l’hémicycle au palais des gouverneurs à Porto-Novo.

Outre ces trois présidents de Parlement de la sous région, la cérémonie officielle va enregistrer également la présence de diverses personnalités dont les membres des corps diplomatique et consulaire, les membres du gouvernement, du haut commandement militaire, des personnalités de la société civile, des membres des institutions de la République

Commentaires

Commentaires du site 0