Le Front d’action des syndicats de l’éducation a suspendu hier lundi 23 avril 2018 sa motion de grève de 96 heures. Son porte-parole joint au téléphone par la radio nationale cet après-midi, est revenu sur les raisons de cette suspension.
Pour Jean Adadja, l’acte posé par le front vise à sauver l’année scolaire puisqu’il ne reste que 45 jours ouvrables de travail. Il fallait donc suspendre la grève pour ne pas causer du tort au peuple béninois. M Adadja a par ailleurs invité les enseignants à reprendre le chemin  des classes le jeudi 26 avril 2018 à 7 heures.

Interrogé sur la réaction de la base qui serait opposée à une reprise des cours, la réponse du porte-parole est sans ambages. « La base est obligée de suivre. Le front est la seule entité qui réclame pour les enseignants. Une fois que cette entité a suspendu la motion de grève, tout le monde est tenu d’aller à l’école le 26 prochain » a t-il indiqué.

Sur la question du réaménagement du calendrier scolaire, le porte-parole du front pense que la balle est dans le camp du gouvernement. « Quand ils vont faire la rétrocession de nos fonds défalqués en février,nous allons réaménager le calendrier » a laissé entendre le porte-parole du front.

10 Commentaires

  1. ” suspendre la grève pour ne pas causer du tort au peuple béninois” Aux jeunes et à l’avenir du Bénin dirais-je.
    Pour ma part, je salue cette prise de responsabilité qui évalue les enjeux nationaux à long terme en regard de ceux corporatistes à court terme.

  2. noble decision! Noble decision!! Noble decision!!! Voilla comment reconnaitre un vrais combatant il sait quand foncer et quand il faut reculer.Merci a vous cher papa et maman enseignants.

  3. c est une bonne nouvelle pour tous et surtout les parents d écoliers d élèves et d étudiants car investi sur l enfants pendant une année scolaire n est pas facile. mais quelqu un qui est sous le lait marternel ne peut jamais comprendre la dengériosité d une année blanche pour les parents et élèves.

  4. c est une bonne nouvelle pour tous et surtout les parents d écoliers d élèves et d étudiants car investi sur l enfants pendant une année scolaire n est pas facile. mais quelqu un qui est sous le lait marternel ne peut jamais comprendre la dengériosité d une année blanche pour les parents et élèves.

  5. J’espère que chaque camp mesure les conséquences de ses prises de positions.

    En ce qui concerne Pata, je suis certain qu’il ne mesure même pas toutes les conséquences de ses décisions prises sans aucun diagnostic sérieux.
    En tout cas, nous avons cherché et nous l’avons trouvé.

  6. Talon sait ce qu’il veut… il vous a laissés vous mariner dans vos propres turpitudes….jusqu’à la reddition…..Vous irez tous à Canossa…vous prosterner devant Talon pour qu’il daigne vous laisser continuer à enseigner. Ne comptez sur aucune sorte de remise des défalcations…

    • C’est ce que je craignais pour les enseignants. Une cette noble décision prise , ils seront traités de tout. Mais chers béninois sachez que le sage sait siience gardé. C’est une humilité remplie du patriotisme qui les a poussée à prendre cette noble décision. Si non, on ne jamais récompenser l’enseignant.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom