Cantines scolaires au Bénin: Les auteurs de fraudes épinglés par le Gouvernement

Cantines scolaires au Bénin: Les auteurs de fraudes épinglés par le Gouvernement

Le conseil des ministres s’est réuni en sa séance ordinaire le mercredi 18 Avril 2018, sous la présidence du chef de l’Etat et chef du gouvernement, Patrice Talon.

Bénin : Compte rendu du conseil des ministres du 13 Septembre 2017

Selon le compte rendu du conclave gouvernemental, les missions de contrôle du comité de gestion des cantines scolaires, organisées en octobre et novembre 2017, ont révélé des cas de malversations, notamment des détournements de vivres impliquant plusieurs directeurs d’écoles.

Il a été clairement indiqué que leur mode opératoire consiste généralement à majorer l’effectif des enfants inscrits à la cantine, pour justifier d’une sortie plus importante de vivres (riz, haricot, huile). Et pourtant, selon le Gouvernement, des séances de sensibilisation de tous les acteurs impliqués dans la gestion des cantines ont été organisées, conjointement par le comité de suivi, le PAM et le ministère des Enseignements Maternel et Primaire, à l’endroit de plus de 2500 acteurs de l’école, pour s’assurer de leur fiabilité. Par ailleurs, la délocalisation du marché Dantokpa suite au récent incendie dont il a été victime, a été débattue sans oublier des nominations prononcées et d’importantes décisions prises. Lire le compte rendu dudit Conseil.

Le Conseil des Ministres s’est réuni ce mercredi 18 avril, sous la présidence de Monsieur Patrice TALON, Président de la République, Chef de l’Etat,

Chef du Gouvernement.

Les dossiers examinés au cours de la séance se présentent comme suit:

1. Mesures normatives.

1-1. Comités de bassins hydrographiques.

Le Conseil a adopté le décret portant attributions, composition et fonctionnement des Comités de bassins hydrographiques.

Ces comités ont pour objet de débattre des grands axes de la politique de gestion des ressources en eau et de définir de façon concertée, les modalités de protection des milieux naturels aquatiques, à l’échelle du bassin hydrographique.

1-2. Réforme du Comité Produit Intérieur Brut-Tableau des

Opérations Financières de l’Etat.

Cet organisme a été créé dans le but d’assurer la cohérence des informations à caractère économique et financier. Il s’agit de celles qui sont fournies par divers services publics, et d’autres qui proviennent de stratégies sectorielles et politiques économiques, à mettre en synergie avec le programme d’investissements publics.

Mais après plus de quinze années d’existence, il urge de le réformer pour tenir compte:

– des changements intervenus dans l’environnement institutionnel et dans l’organisation administrative des ministères;

– de la nécessité de le dynamiser par l’élargissement de son champ d’action pour y intégrer de façon précise les questions relatives au cadrage macroéconomique et aux statistiques des finances publiques;

– du besoin d’introduire plusieurs étapes de validation formelle des données économiques et financières avant leur publication.

Le Conseil a marqué son accord pour la modification du décret n° 99-223 du 04 mai 1999 portant création, attributions, composition et fonctionnement du Comité Produit Intérieur Brut-Tableau des Opérations Financières de l’Etat (PIB-TOFE).

Ce faisant, le nouveau décret transforme cet organisme en comité Produit

Intérieur Brut-Tableau des Opérations Financières de l’Etat – Cadrage Macroéconomique (PIB-TOFE-CM).

Ledit comité, présidé par le Ministre chargé des Finances, procèdera à l’ examen et à la validation des travaux techniques effectués par les sous-comités techniques avant leur publication. De même, les travaux relatifs aux statistiques de finances publiques, aux statistiques du secteur réel, à l’analyse conjoncturelle ainsi qu’au cadrage macroéconomique et budgétaire, seront également soumis à validation.

II- Communications

Sous cette rubrique, le Conseil a connu des dossiers suivants :

II-1. Malversations constatées dans la gestion des cantines scolaires.

Le Gouvernement, préoccupé par le relèvement du niveau de fréquentation dans nos écoles, a relancé dès la rentrée 2017-2018 les cantines scolaires, en partenariat avec le Programme Alimentaire Mondial (P AM). Un nouveau mode de gouvernance a donc été mis en place et un comité de suivi en assure le contrôle.

Des séances de sensibilisation de tous les acteurs impliqués dans la gestion des cantines ont été organisées, conjointement par le comité de suivi, le PAM et le ministère des Enseignements Maternel et Primaire, à l’endroit de plus de 2500 acteurs de l’école, pour les habiliter audit mode de gestion.

Malgré ces dispositions, les missions de contrôle du comité, organisées en octobre et novembre 2017, ont révélé des cas de malversations, notamment des détournements de vivres impliquant plusieurs directeurs d’écoles.

Leur mode opératoire consiste généralement à majorer l’effectif des enfants inscrits à la cantine pour justifier d’une sortie plus importante de vivres (riz, haricot, huile).

Les auteurs de ces fraudes se chargent ensuite de récupérer la différence pour leur propre compte ou en partage avec leurs complices.

La liste des mis en cause et les quantités de vivres détournées se présentent comme suit :

Emmanuel GNANSOUNOU, de l’Ecole primaire publique (EPP) TOKOLI dans la commune de Tori-Bossito. L’intéressé a déclaré 347 écoliers au lieu de 312, et a détourné 9 sacs et 24 kg de riz;

– Charlemagne AKPADJAN, de l’EPP LOTO-DENOU dans la commune d’ Allada. Ayant déclaré 294 écoliers au lieu de 205, il a réussi à détourner 187 kg de riz, soit 6,23 sacs;

– Xavier HOUNSA de l’EPP YOKPO-CENTRE dans la commune de Zè. En majorant l’effectif de son école, il a opéré la sortie frauduleuse de 6,5 sacs de riz, 1,5 de haricot et 3 bidons de 4,5litres d’huile. Il a reconnu avoir déjà distribué une partie du butin à deux de ses collaborateurs, et le reste des vivres était soigneusement caché dans son placard pour être emporté ultérieurement;

– William KPONOUKON, de l’EPP COVE-KAGBAHOUE dans la commune de Houéyogbé. En mentionnant 120 écoliers au lieu de 48, il a sorti frauduleusement 6 sacs de riz partagés selon ses dires, entre les membres du bureau de l’Association des parents d’élèves (2), du bureau du Comité de gestion (1), ses collaborateurs (1) et lui-même (1)

– Comlan Irénée SA VI de l’EPP KPOHOUNGONOU dans la commune de Comè. Déclarant 202 écoliers pour un effectif réel de 160, il a réussi à détourner 86,4kg de riz soit environ 3 sacs;

– Y. Michel AKPO de l’EPP ADIHINLIDJI dans la commune de Dassa Zoumè.

L’intéressé a présenté une situation qui a révélé un manquant de deux sacs de riz et d’un bidon d’huile qu’il a ramenés à la Direction départementale des Enseignements Maternel et Primaire/Collines avant leur retour dans le magasin de l’école ;

– Arthur GNANGUESSY de l’EPP KAODJI-GBATEZOUME dans la commune de Zangnanado. En majorant l’effectif de son école, il a détourné 4 sacs de riz et un bidon d’huile ;

– D. Y. Edouard HO UN GA de l’EPP GBAGLA-NOUNAGNON dans la commune de Sakété. Suivant la même méthode de majoration d’effectif, il a détourné 110 kg de riz en faisant inscrire dans le cahier de gestion, 27kg prélevés quotidiennement au lieu de 20. De plus, le contrôle physique du magasin a révélé un manquant de 4 sacs de riz;

– Jean GBETOME de l’EPP de DJOHOUN KOLLE/A dans la commune de Sakété. Suivant le même procédé, il a détourné 4,5 sacs de riz. En outre, en déclarant quotidiennement 90 kg prélevés alors qu’il ne remettait que 30 aux cuisinières, il sortait frauduleusement 2 sacs chaque jour, entraînant un épuisement précoce du stock;

– Christian E. HOUNDETONDJI de l’EPP SAHORO dans la commune de Sakété. Le cahier de gestion mentionne une sortie totale au bout de 20 jours de préparation, de 1293 kg de riz, 258,6 kg de haricot et 77,5litres d’huile au lieu de 993 kg de riz, 198,6 kg de haricot et 59,5litres d’huile, soit une sortie frauduleuse de 300 kg de riz, 60 kg de haricot et 18litres d’huile;

– Gbètogo Anicet HOUNKONNOU de l’EPP IGBO-EDE-CHAFFOU dans la commune de Pobè. Il a majoré son effectif de 74 et procédait ainsi à la sortie frauduleuse de 74 rations par jour. Par ailleurs, le contrôle des cahiers de gestion a révélé que la sortie des vivres s’opérait depuis le 18 septembre 2017 alors que l’école a été livrée le 22 septembre, ce qui lui a permis de détourner en sus 5 sacs de riz, 1 sac de haricot et 10 litres d’huile rien qu’en une semaine;

– J. Serge ANIANNOU de l’EPP MOWODANI dans la commune de Kétou. La majoration de l’effectif de 240 à 305 voire 316 a permis de détourner plus de 3 sacs de riz en un mois ;

– Augustin ADJAHLIN de l’EPP TOLLI dans la commune de Comè. Il a majoré son effecti( le portant de 92 à 145. Cette pratique a occasionné un manque de 4 sacs de riz retrouvés cachés. Pour couvrir son forfait, il a ordonné à ses collaborateurs d’inscrire des noms d’écoliers fictifs dans les registres du CE1 et du CE2;

– Ali Maroufou BOURAIMA de l’EPP DJEGBEMEGNON dans la commune de Bohicon. Il a déstocké dans la première semaine de la rentrée, 150 kg (soit 3 sacs) de riz, 25 kg de haricot et 8,25litres d’huile;

– Dorothée VIGNIGBE et Amos KPOMALEGNI, respectivement de l’EPP ADJOKO/ A et de l’EPP ADJOKO/B dans la commune de ZaKpota. Ils ont majoré les effectifs de leurs écoles (250 écoliers au lieu de 193 pour le premier, et 240 au lieu de 196 pour le second) et ont ainsi sorti frauduleusement 12,5 sacs de riz. En outre, un contrôle au magasin a révélé un manquant supplémentaire de 2 sacs de riz et de 4 bidons d’huile.

Sur l’ensemble des dix-sept (17) cas mis en évidence, les directeurs d’écoles ont été déchargés de leurs fonctions par le Ministre de tutelle au titre de mesures conservatoires.

En prenant acte de ce compte rendu, le Conseil déplore un tel comportement de la part d’éducateurs. Il en appelle au sens du devoir d’exemplarité vis-à-vis des apprenants, au sens de responsabilité qui leur incombe dans leurs communautés de vie.

Pour prévenir à l’avenir de telles dérives, le Conseil a donné des instructions aux Ministres concernés pour que des mesures disciplinaires soient prises à l’encontre des intéressés conformément aux textes en vigueur.

II-2. Mesures consécutives à l’incendie survenu au marché Dantokpa.

Le Conseil a pris connaissance du compte rendu de l’incendie survenu au marché Dantokpa, à l’aube du lundi 16 avril 2018. Ce même jour, une délégation du Gouvernement s’est rendue sur les lieux. L’incendie a été circonscrit à un espace de 4000In2 environs dans le secteur Kpodji, où se vendent les produits vivriers. Aucune perte en vie humaine n’est heureusement enregistrée.

Cependant, les dégâts matériels sont importants. En effet, les soixante quinze victimes recensées à ce jour, ont déclaré des pertes de marchandises d’une valeur allant de quarante mille (40.000) à cinquante-cinq millions (55.000.000) de FCFA, et l’évaluation des sinistres est estimée à deux cents millions (200.000.000) de FCFA, compte non tenu de quelques sinistrés qui, en état de choc, n’ont pu encore se faire enregistrer.

Par ailleurs, les causes exactes de l’incendie ne sont pas encore connues mais la Direction générale de la Société de Gestion des Marchés Autonomes (SOGEMA) évoque deux sources probables à savoir:

– section d’un fil conducteur de courant électrique au niveau de cette zone de céréales ;

– foyers individuels des vendeuses de nourriture dans le marché.

Il est à signaler que la zone du foyer de l’incendie est sans aération, non assainie, ne comporte que des hangars de stockage de céréales réalisés en matériaux précaires. De même, les allées de passage sont si étroites qu’il était difficile pour les secours de se porter immédiatement sur les lieux.

Cet événement conforte le Gouvernement dans sa vision et son ambition de mettre nos marchés aux normes et standards requis, d’en construire de nouveaux qui répondent aux mêmes exigences, et surtout de délocaliser le marché Dantokpa en construisant notamment un marché de gros à Abomey-Calavi.

C’est pourquoi, prenant acte de ce compte rendu, le Conseil a instruit les Ministres concernés à l’effet de sécuriser les lieux, de prendre des mesures pour accompagner les sinistrés, puis de faire ouvrir une information judiciaire pour déterminer les causes de l’incendie.

11-3. Point de la mise en œuvre du programme de modernisation des marchés urbains et régionaux, et de la délocalisation du marché Dantokpa.

Relativement au même sujet, le Ministre du Cadre de Vie et du Développement Durable a fait au Conseil, le point de la mise en œuvre du programme des marchés urbains et régionaux, particulièrement en ce qui concerne sa composante relative à la délocalisation du marché Dantokpa.

Ledit point révèle que, construit au départ sur un site d’une superficie d’environ quatorze (14) hectares, le marché Dantokpa déborde actuellement ses limites originelles et s’étend désormais sur près de vingt (20) hectares. Cette extension spatiale démesurée et son impact sur le fonctionnement de la ville de Cotonou induisent une saturation de l’espace, préjudiciable à son développement et à l’image d’un centre-ville moderne.

Ainsi, Dantokpa se présente comme une accumulation de commerces étalés de part et d’autre d’un des axes de circulation majeur de la ville, avec des nuisances de plus en plus importantes aux plans environnemental, de la mobilité, de l’hygiène et de la sécurité. De toute évidence, le dysfonctionnement du marché Dantokpa induit une perte de vitalité au niveau de ce principal poumon commercial du Bénin, qui impacte négativement la mobilité urbaine.

Sur la base de ce diagnostic peu reluisant, le Gouvernement a décidé, dans le cadre de son Programme d’Action, de la délocalisation du marché. Celle-ci se révèle encore plus impérative et plus urgente au regard de la survenue de ce deuxième incendie en l’espace de trois ans.

Ainsi, la délocalisation du marché Dantokpa se fera sur deux différents sites que sont:

1- le site d’ Akassato dans la commune d’ Abomey-Calavi, pour la construction d’un marché de gros véritable plateforme agroalimentaire régionale et de logistique – sur un site de 150 hectares qui va accueillir le commerce de gros (produits vivriers, marchandises manufacturées, logistique, viandes, poissons, etc.).

Cette infrastructure accueillera les grossistes de tous genres ;

2- le site de Kouhounou (stade Général Mathieu KEREKOU), à la place de l’actuelle piscine olympique, pour la construction d’une galerie commerciale (Mali) de mille (1000) boutiques qui accueilleront les acteurs du commerce noble, comn1e la cosmétique, les textiles, les bijoux, etc.

Les différentes études pour la réalisation de ces projets sont en cours d’achèvement. La maîtrise d’œuvre est assurée par des sociétés de renommée internationale, ayant des compétences avérées dans la conception des équipements marchands, notamment la Société SEMMARIS qui est le gestionnaire du marché de Rungis en France, la Société d’Architecture Arte Charpentier, qui a conduit le projet de rénovation du marché de Phnom Pen au Cambodge, et plusieurs bureaux d’architectes du Bénin et de la sous-région.

La sélection des entreprises sera faite aussitôt après, en vue du démarrage des travaux du marché de gros et de la galerie commerciale de Kouhounou, en janvier 2019, pour une livraison des équipements au bout de vingt-quatre (24) mois.

A cela s’ajoute le projet de modernisation des marchés urbains et régionaux de Cotonou et autres villes, qui porte sur trente-six (36) marchés au total, avec une première phase de vingt (20) marchés dont les travaux démarrent en juillet et septembre 2018. Ils permettront d’améliorer les conditions d’exercice de l’activité commerciale de détail et d’accueillir les détaillants en provenance de Dantokpa.

En approuvant ce compte rendu, le Conseil a instruit le Ministre du Cadre de Vie et du Développement Durable, à l’effet de prendre toutes les dispositions nécessaires pour conduire la mise en œuvre  rigoureuse du programme, dans le strict respect des chronogrammes établis.

III- Rencontres et manifestations internationales.

Le Conseil des Ministres a autorisé :

– la participation du ministère de l’Agriculture, de l’Élevage et de la

Pêche à ses réunions statutaires au titre de l’année 2018;

– la participation du Bénin à la 10ème  réunion panafricaine des délégués africains de l’Organisation Mondiale de la Santé Animale (OIE) sur la position coordonnée de l’Afrique sur les normes sanitaires qui se tiendra à Nairobi, au Kenya, du 23 au 27 avril 2018;

– la participation du Bénin aux réunions de printemps du Fonds Monétaire International et de la Banque Mondiale à Washington DC, du 20 au 24 avril 2018.

IV- Mesures individuelles.

Les nominations suivantes ont été prononcées :

•  Au ministère de l’Intérieur et de la Sécurité publique

Sur proposition du Ministre,

Directeur des Transmissions et de la Télésurveillance:

Commissaire divisionnaire de Police Mathias AGBOTAN.

Secrétaire Permanent du Comité interministériel de Lutte contre l’abus des stupéfiants et des substances psychotropes (SP/CILAS):

Commissaire divisionnaire de Police Bachirou SIDI IBRAHIMA.

• Au ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche

Sur proposition du Ministre,

Conseiller technique aux Organisations professionnelles et à l’Entreprenariat agricoles :

Monsieur Bernardin GLEHOUENOU.

• Au ministère de l’Enseignement Secondaire, Technique et de la Formation Professionnelle

Sur proposition du Ministre,

Directeur de cabinet :

Monsieur Jean-Benoît ALOKPON.

Inspecteur général du ministère :

Monsieur Aaron Sottin1a TCHANDO.

Conseillère technique à l’Enseignement secondaire général, à la

Médiation et au Dialogue social :

Madame Augustine Judith Ablanvi AIDEHOU DEGLA.

Conseiller technique à l’Enseignement et à la Formation techniques et professionnels:

Monsieur René Mathias AKAKPO.

Conseiller technique chargé du suivi des Réformes et des Projets:

Monsieur Jacques Evrard Charles AGUIA-DAHO.

Conseiller technique à l’Alphabétisation et à la Promotion des Langues nationales :

Monsieur Gbèdolo Arnauld Gabriel GBAGUIDI.

Directeur de la Programmation et de la Prospective :

Monsieur Koffi Kintossou Arsène ZOCLI.

Directeur de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues nationales :

Monsieur Koffi Charles Maximin A. CODJIA.

Directeur du Fonds d’Aide à l’Alphabétisation et à l’Éducation en Langues nationales :

Monsieur Zinsou Marcellin HOUNZANGBE.

Fait à Cotonou, le 18 avril 2018.

Commentaires

Commentaires du site 50
  • Avatar commentaire

    Cette affaire de vol de riz, haricots et bidon d’huile est vraiment triste. Le béninois est habitué au vol et à la facilité. C’est ça qui est combattu aujourd’hui et on nous dit que le peuple à faim..! Il faut vraiment décourager ces pratiques honteuses. C’est dommage

  • Avatar commentaire

    Cette histoire de sac de riz et de de bidons d’huile détournés me rappelle Djougou dans les années 76-79 où des voleurs de cabris menottés sous bonne garde policière, étaient contraints à faire le tour du grand marché sous la huée des enfants au rythme du tam tam du griot de la ville. Ce procédé tel que proposé pa Aziz, suffirait. Au lieu d’en faire état au gouvernement.

    • Avatar commentaire

      oui…bien dit mahou

      chez nous…au nord…un voleur pris en flagrant delit…est toujours promener..à travers les rues…avec à son cou..ou sur la tete l’objet de vol…

      tam tam..crie des enfants…avec

      J’ai connu des hommes et des jeunes filles ou femmes…qui ont définitivement quitté le village..ou carrément le benin…

      Et quant à la famille du coupable..c’est la honte éternelle

      Enfin…j’en connait des gens…qui se sont pendus..apres cette humiliation

      Moralité…un nordiste..peu tuer par vengeance…mais voler…celà n’était pas supportable

      • Avatar commentaire

        enfin…dans ma ferme à l’entrée de parakou il ya toujours..des vols de bétails..

        bientot…je ferai promener..les coupables

        je sais ..que ce sont les abomeens….qui font ça

  • Avatar commentaire
    Tontonjoe229 Il y a 5 mois

    On suppose donner des vivres(des bidons d‘huiles,des sacs de riz,des sacs d‘haricot)c‘est pour nourrir nos enfants ecoliers en situation deminue,et des directeurs qui au lieu de donner un effectif correcte,ils passe a coté, ils seront epinglés toute suite

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 5 mois

    Gombo , bien vu pour ton post sur le limogeage du directeur de l’ insae ( statistique ) , déjà 3 à 4 changements à la caisse autonome , car ces directions ont à leur tête et en leurs seins de parfaits technocrates qui pour leur carrière ne voudront s’acoquiner à talon le piètre politique , qui se prend aussi pour un économiste, pour trafiquer les comptes publics 

    • Avatar commentaire

      S’agissant de la CAA, l’affaire BID dans laquelle certains cadre de la caisse auraient substitué des documents à été classée sans suite. Le non lieu a été prononcé par la justice. Cela a t il un lien avec le limogeage du DG? 

  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon Il y a 5 mois

    “s’ils ne sont pas contents de leur sort….ils ont le droit de démissionner..” Merci “Azziz”. “Napoléon1” selon moi, le fait de voler 1) des enfants, 2) d’être professeur (la valeur pédagogique de l’exemple…) Devraient légalement être considéré comme circonstances aggravantes.

    • Avatar commentaire
      GbetoMagnon Il y a 5 mois

      “DEVRAIT être…”

      Comme dit “azziz”: si quelqu’un n’est pas content, on ne le retient pas”. C’est cette culture du pardon systématique, en tentant de justifier tous les vols qui désinhibe de plus en plus de monde. Jusqu’à ce que les sanctions en arrivent à faire prendre conscience du risque encouru à défaut du tort fait aux enfants, au pays.

    • Avatar commentaire
      GbetoMagnon Il y a 5 mois

      Maintenant que tout ceci soit étalé dans la presse et décidé en conseil des ministres, vaste blague qui ne détourne personne des vrais problèmes. 

    • Avatar commentaire
      GbetoMagnon Il y a 5 mois

      Maintenant que tout ceci soit étalé partout et décidé en conseil des ministres, vaste blague qui ne détourne personne des vrais problèmes. 

    • Avatar commentaire

      Je vais vous surprendre peur-etre?
      Même les ministres des affaires sociales détournent des vivres et autres biens se premières nécessité destinés aux handicapés  ( moteurs et souffrant de maladies mentales). Qu’en dit le conseil des ministres.?

  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon Il y a 5 mois

    “s’ils ne sont pas contents de leur sort….ils ont le droit de démissionner..” Merci “Azziz”. “Napoléon1” selon moi, le fait de voler 1) des enfants, 2) d’être professeur (la valeur pédagogique de l’exemple…) Devraient légalement être considéré comme circonstances aggravantes.

    Comme dit “azziz”: si tu n’es pas content, on ne te retient pas”. C’est cette culture du pardon systématique, en tentant de justifier tous les vols qui désinhibe de plus en plus de monde. Jusqu’à ce que les sanctions en arrivent à faire prendre conscience du risque encouru à défaut du tort fait aux enfants, au pays.

    Maintenant que tout ceci soit étalé dans la presse et décidé en conseil des ministres, vaste blague qui ne détourne personne des vrais problèmes. 

  • Avatar commentaire
    Napoléon1 Il y a 5 mois

    Si les conditions de vie de ces éduacteurs étaient équilibrés Ils ne seront pas là à voler du riz de l’huile et quoi je ne sais.
    Payez aux enseignants ce que vous leur devez à juste mesure et le probème se resoudra .
    Quand un ministre est à 16 millions de nos Sous par mois tandis qu’en enseignant doit se contenter de 33.000FCA, cette Disproportion des traitements incite elle-même au vol.

    • Avatar commentaire

      tu es fondamentalement quelqu’un de mauvaise foi….

      C’est parce qu’ils gagnent 33 mille francs…qu’ils ont le droit..de piquer..la nourriture des enfants..

      Y a t il une loi…qui impose aux gens d’etre prof….?

      s’ils ne sont pas contents de leur sort….ils ont le droit de démissionner..

      combien de beninois…vivent de la terre,des plans d’eau dignement…par leur travail..

      celui…qui n’est pas content…qu’il devienne..paysan…un point c’est tout

      • Avatar commentaire

        aziz le démagogue; as tu déjà cultivé la terre avec des houes et des haches ? Tu serais déjà mort si tu le faisais.

        Payer un enseignant à 33KF est vraiment ridicule. C’est la paye de mon gardien.

        • Avatar commentaire

          tout d’abord…il n’a pas d’enfant du nord…de notre génération…qui n’a pas tenu la houe,la hache…bref tous les travaux champètres….et sous les coups…de fouets..

          hélas..moi je sais tout faire…et aller en paturage…passer parfois la nuit en brousse

          Je suis un véritable bouseux et pecno

          ce que nous…nous avons vécu….si aujourdhui tu le fais subir à un enfant tu vas direct en prison

    • Avatar commentaire
      Jojolabanane Il y a 5 mois

      S’il incarne aux juges de statuer sur les culpabilités avec dicernément compte tenu des conditions sociales de ces enseignants, il n’en demeure pas moins qu’aucune douleur ne  justifie la commission d’une infraction ni les violations des lois . Voler est strictement interdit par la loi.

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 5 mois

    Monwè, agadjavi , avez vous remarquer au moins que la comptabilité des élèves présents ne doit pas dépendre des directeurs d’école, des parents pour une raison ou une autre peuvent retenir leurs enfants à la maison , ou pour les travaux champêtres ; et puis un simple avertissement aurait pu faire l’affaire ;
    Des rigolos , oh ! Oui des rigolos .
    Bientôt un canard écrasé ferait l’objet de communication en conseil des ministres 😂😂😂

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 5 mois

    Agadjavi , ce n’est pas celui qui a volé et continue de vo.ler des bœufs qui va donner des leçons à celui qui vole 2 litres d’huile . 

  • Avatar commentaire

    ce qui sera pédagogique à mon avis…c’est de mettre ces fonctionnaires délinquants tous à poils…le sac de riz,d’huile et de haricot…sur la tete

    Les promener nus….entourés d’enfants….à travers monts et vallées….”en criant…”ati voler…voler….atti voler…coler”…plus quelques giffles et crachats….de temps en temps..

    • Avatar commentaire

      Ces pratiques étaient observées dans les années 76-79 à Djougou. Un patente voleur de cabris et sa bande étaient menottés sous bonne garde policière. C’est sous les huées des enfants reprenants un refrain au rythme du tam tam du crieur public que les indélicats faisaient le tour du marché. Le conseil des ministres peut il remonter à ces périodes?

  • Avatar commentaire

    Quels que soient les commentaires, il faut savoir que le PAM (Programme Alimentaire Mondial) a financé ce projet. Il est normal que ces faits soient portés en conseil des Ministres. Et puis vous savez, c’est une honte pour le Bénin. C’est la “gangrène”. Dès qu’il y a un projet, on pense en premier lieu au détournement. Le mal est plus profond que cela. Il va falloir des siècles pour que les gens comprennent dans ce pays et en Afrique que le bien public n’est pas la propriété personnelle. Cela n’est pas étonnant. Demandez à quelqu’un dans ce pays de s’occuper d’une affaire; sa première idée c’est de vous “arnaquer”. Désolé pour ces gens. Ils devront être sanctionnés et la publication de leurs noms est une bonne chose. Que tout le monde sache…

  • Avatar commentaire

    Bientôt en conseil des ministres au Benin:
    Détournement d’un plat d”atassi”, offert à une personne  dans le cadre du rafraîchissement des agents  d’une direction de l’administration publique. Montant 200F CFA.
    A noter que cette personne est en service dans un autre département du même ministère.
    Photocopie à des tiers, bon d’essence  de 2000FCA tout y passe.
    Sérieusement Talon  travaille. 

  • Avatar commentaire

    Franchement, je me tantôt avec quoi les gens réfléchissent..Quand un gouvernement se réunir pour en faire part, c’est pour décourager ces genres de pratiques et pour que les gens sachent qu’ils sont surveillés et non pour faire la publicité qu’on lutte contre la corruption..Et pour ceux qui parlent des grands vols, si tu as des preuves pouvant étayer tes accusations, va les remettre à l’agence de lutte contre la corruption au lieu d’accuser parce-que les gens accusent..Ce n’est pas parce qu’on ne soutient pas quelqu’un qu’il faut ce qu’on fait de bien en mal…

  • Avatar commentaire

    2 sa a de riz, i bidon d’huile , en conseil des ministred regroupant Abt, Pik, Djog, une insulte à l’intelligence. 
    Le seul excusable est Talon.

  • Avatar commentaire
    Madampol Il y a 5 mois

    Sanctionner ces indélicats, et durement, oui. Mais ça pouvait se régler au niveau du ministère.
    Que le président et tout son gouvernement discutent de voleurs de sacs de riz? Wouahou! La lutte contre la corruption vient de faire un grand bond en avant

  • Avatar commentaire

    Oulla Oumar je deplore aussi que cela se passe en consei des ministres. Mais le pays est tombé dans le groufre que tout le monde est devenu vole..ur sans scrupules a tel point meme ce qui est insignefiant il faut denoncer et punir pour faire passer le message aux autres. Qui vole un oeuf aujourd’hui volera un boeuf demain. Donc il faut stopper cela a temps.
    Et si tu ne comprends pas ca c’est grave

  • Avatar commentaire

    Gombo je crois que tu as un serieux probleme toi. On parle de directeur d’ecole et toi tu viens parler de INSAE de ministre des finances de quoi on encore. Si tu n’as rien à dire tu ferme ta geu..le

  • Avatar commentaire

    Nouvelle tactique des fraudeurs au pouvoir….
    Quand ce que dit le thermometre ne nous plait pas, on casse le thermomoetre…
    Les fraudeurs au pouvoir limogent le DG de l’INSAE ( stat ) et le ministre des finances recupere la publication des comptes  au lieu de l’INSAE technique et du plan…
    Comme cela ils pourront concocter les taux de croissances frauduleux, trafiquer les comptres nationaux et nous dire que le prfil credit du Benin a change !,,,
    Une bande de tricheurs et de fraudeurs inveteres!
    Pas besoin de faux chiffres, nous on sent la misere tous les jours quand on doit debourser a tout va pour parents et inconnus !!!

  • Avatar commentaire

    quand je lis tous les commentaires je vois qu’on a du boulot en termes de changement des pratiques.
    il y a combien de directeurs d’écoles si vous voulez décourager des pratiquent comme ça vous ne pouvez passer que par la malheureusement. Mais vous oubliez dans quel pays vous êtes.
    la démarche est de décourager à jamais des soit disant éducateurs.

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 5 mois

    Triste , mon benin , on passe en conseil des ministres , de petits larcins comme vol de 5 kg de riz , 2 litres d’huile , alors même que des milliards sont détournés par certains de ceux qui y siègent , et puis y a rien ! Tchrous 

    • Avatar commentaire
      Agadjavidjidji Il y a 5 mois

      “Qui vole un oeuf volera un boeuf” tu connais?????? Et puis franchement, pour que des gens supposés eduquer les futurs citoyens en viennent à détourner des sacs de riz montre à quel point le réarmement moral urge dans ce pays. Un v.oleur ne peut que former des fi.lous qui demain seront des cadres kleptomanes comme on en compte à la pelle chez nous. Raison pour laquelle il faut sevir contre ces genres de pratiques.

      • Avatar commentaire

        Commencez par payer des salaires decents aux enseignants!
        Je n’approuves pas le vol, mais quand on entend djogbenou dire que les ministres doivent gagner 16 millions pour eviter qu’il volent, et qu’on donne 6000f de prime annuelle pour etements des enseignants, on se dit que ce pays marche sur la tete avec les ******* au pouvoir !

    • Avatar commentaire
      Jojolabanane Il y a 5 mois

      En apprenant aux enfants que voler 5 kg de riz encours la prison, ils ne seront pas tenter de voler des milliards demain…..tolérance zéro même pour des petits larcins cher sir Olla….

      Je comprends maintenant pourquoi vous aviez volé ma banane à la cantine de mon assiette.

  • Avatar commentaire
    la faus Il y a 5 mois

    malheureux, triste, honteux, trop de divers .dénoncer les détournements de sacs de riz au conseil des ministres (6,9…) et dans le même temps la gestion du dossier de sur facturation se passe sans bruit. je pense que sur1000 béninois, à peinne 10 bons s abtenir de mettre quelques sacs de côté. nous avons faim

  • Avatar commentaire

    Si le gouvernement n’avait pas dénoncer..l’acte ignoble…de ces directeurs d’école..nous serions là…encore à critiquer…talon..

    Ce n’est pas…la quantité..qui pose ici probleme ce sont les actes…posés…en plus par des éducateurs….soi disants..

    c’est vrai que ce n’est pas nouveau…dans ce apys..ou chaque agent e l’état…se sert du moindre pouvoir régallien…pour s’enrichir sur le dos du peuple

    Qu’ils..soient radiés…un point c’est tout..!!!

    • Avatar commentaire

       Aziz
      Il y a des inspecteurs et toutes sorte de controlleurs financiers pour epingler, faire rembourser et faire juger les gens qui volent… ca se passe tous les jours , des receveurs du tresor, des caissiers aux mains crochues qui sont arretes et deferes pour jugement !
      Le but de cette mise en scene des ruptucons est de nous faire croire qu’ils luttent contre la corruption, de detourner l’attention des vrais vols a grande echelle ( pvi et benin control au port…), d’accrediter une image de zorro dans la populace…
      Franchement reunir 20 ministres pour parler de 150 mille francs de riz c’est se moquer de nous!!!

  • Avatar commentaire

    Ce projet de mall est une autre illustration des complexes de ces singes qui ne revent que de singer l’occident sous pretexte de modernite !
    Au moment ou en occident les malls sont remmis en cause pour faire place au commerce de proximite integre dans les communautes, ces rois de l’esbrouffe et du bling bling veulent transformer les piscines en mall!
    Peut etre pour nager dans des rivieres de diamants ensanglantes !
    Bling bling m’as tu vu sans substance !
    Avec ces pieds nickeles on assiste a la destruction accelerre de notre environnement socio culturel et l’importation mal maitrisee de modeles d’urbanisation decries dans le mode occidental…
    A l’image des polos ralph lauren et constantes lunettes noires arbores par les Toboula-Talon-Tonato , cette bande veut imposer sans consultation un mode d’organisation de l’espace mimant honteusement ce qu’ils voient au cinema sans enracinement dans nos societes…
    Pietre comprehension du ´modernismé

    • Avatar commentaire
      Jojolabanane Il y a 5 mois

      Dis nous où les Malls en Occident sont remis en cause pour favoriser des commerces de proximité ?
      3 en construction actuellement aux USA, un en projet dans le val d’oise En France……En Asie, les Malls sont vecteurs de la croissance ( vient voir l’exemple ici aux Philippines Mall of Asia, Mega Mall, Greenbelt, BGC, Ayala. Etc…

      J’encourage le gouvernement dans ce projet

      • Avatar commentaire

        Ca se voit que vous etes a cote de la plaque…
        3 projets dans 50 etats et 300 millions d’habitants, 1 en France
        Combien de projets de commerce de proximité ? 
        Les mall sont destemples du consumerisme qui déstructurent l’activite commerciale ( commerce de detail) et le tissu social,…
        Alors que la ville equilibree combine habitat , bureaux, commerces dans une harmonie locale, évitant de longs voyages en voiture( avec cout environemental…) les malls deplacent les commercees , obligent a avoir dess couts de transport, creent des besoins de mega parking hideux etc…
        L’effet des mall sur la croissance est marginal quand on integre les couts génères 

        • Avatar commentaire
          Jojolabanane Il y a 5 mois

          Vous êtes totalement à côté de la plaque cher Gombo. 3 nouveaux projets ne signifient en aucun cas qu’il n’y avait déjà pas d’autres dans les 50 États des USA. Notez bien qu’il y a déjà des centaines déjà aux USA et des plus gigantesque voient jours et 3 encore plus gigantesques en construction.
          Les Malls détruisent le commerce de détails…….bla-bla-bla….c’est ce que certaines minorités de riverains et élus locaux râbachent…….ne faites  pas du dogmatisme mister Gombo en répétant tout le temps ce que vous entendez ou lisez…..faites votre propre analyse ………

    • Avatar commentaire

      Aziz
      Il y a des inspecteurs et controlleurs qui tous les jours font arreter caissiers, et autres petit voleurs et les envoient au tribunal…
      La mise eb scene des ruptucons autour de 150 mille francs de riz vise a nius enfumer pour qu’on ne regardes pas les milliards voles par benin control avec le pvi de talon et fils…
      Ces es-crocs en chef veulent se faire passer pour des zorro de la lutte anti-corruption…
      Il faut certes lutter contre la corruption grande et petite, mais la grande cooruption donne l’exemple et fournit des justifications a la petite… on ne tue pas un moustique avec un marteau pilleur…
      On reunit 20 ministres pays a plusieurs millions par mois pour parler de vols de 150 mille francs de riz ?
      On est ou la ?

  • Avatar commentaire
    Helian Il y a 5 mois

    Dites-moi le conseil des ministres dans son rapport liste les directeurs qui ont volés des sacs de riz. Le conseil des ministres de mon pays se réunit pour des faits divers. Que font alors les corps de police, les directeurs des audits internes, les inspecteurs généraux des ministères. Ce sujet est-il digne d’intérêt pour des ministres pays à prix d’or?

    • Avatar commentaire

      En effet des gens payes a 16 millions se reunissent pour discuter du vol de 10 sacs de 25 kg de riz (valeur estimee 150000) soit 1/10 du salaire mensuel d’un ministre!
      Et is sont une vingtaine de ministres autour de la table !
      Ces memes ministres qui ont donne 42 milliards de nos sous aTalon lors de leur premiere reunion!
      De qui se moque t-on ?
      Un theatre comique s’il n’etait tragique pour le peuple !!!!!

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 5 mois

    Commentaire supprimé

  • Avatar commentaire
    Analyste senior Il y a 5 mois

    Juste une touche d’humour: vendre du gari en gros n’est pas dans la catégorie des commerces nobles, selon le texte du conseil des ministres

    • Avatar commentaire

      Noblesse = bling bling
      Que mon pays est tombe bas avec ces guignols au pouvoir !!!
      Ces gens font honte a l’Afrique avec leur 3 pieces cintres au soleil, leur lunette de playboy attardes!