Bénin : la nomination de Noukpo Kiki viole les principes de bonne gouvernance

Bénin : la nomination de Noukpo Kiki viole les principes de bonne gouvernance

Le 15 février dernier, par décret N°2018-041, le chef de l’Etat a nommé Noukpo Clément Kiki comme ambassadeur du Bénin en Russie.

Nouvelle conscience et faux médicaments: bannissement et nécessaire solution de rechange

Une nomination bien aux antipodes des pratiques de bonne gouvernance tant prônées actuellement, dans la mesure où l’intéressé a dans son jeune parcours de diplomate une tâche noire qui ne militait pas en faveur d’une telle promotion.

Il doit bien compter parmi les privilégiés de la république que rien n’arrête dans leurs excès et leurs turpitudes. Rien, ni les lois, ni l’éthique. Ces privilégiés semblent bénéficier d’une immunité particulière, qui les met à l’abri de toutes les sanctions. Noukpo Clément Kiki en est un exemple patent. Le 15 février dernier, il est nommé ambassadeur du Bénin près la Russie, à la surprise générale. En effet, Noukpo Clément Kiki a été ambassadeur du Bénin près le Canada pendant quelques mois, avant d’être « chassé » de ce pays. Les autorités canadiennes l’avaient déclaré « persona non grata », suite à la plainte d’une dame accusant l’ambassadeur de harcèlement sexuel. Il retourne au pays, mais sans la malchance de retourner à la craie pour continuer à dispenser ses cours de mathématiques dans les collèges. Après quelques mois de passage à vide, il est nommé ambassadeur du Bénin près la Russie, l’un des pays d’Europe de l’est qui entretient des relations diplomatiques séculaires avec le Bénin. Cette nouvelle nomination est si curieuse, qu’elle relance la polémique sur la place de la bonne gouvernance dans les nominations. Au lieu qu’il soit puni sévèrement pour la faute commise qui jette un discrédit sur tout un pays, Clément Kiki a connu une promotion.

Le chef de l’Etat a donc fermé les yeux sur sa faute, pour le nommer à un autre poste diplomatique. Une double faveur pour cet enseignant de collèges, qui n’a rien à voir avec la diplomatie. Noukpo Clément Kiki semble avoir une immunité qui l’a absout une fois sa faute commise, car une autre personne que lui aurait été punie sans aucun égard. Il s’agit ni plus ni moins, d’une situation de favoritisme contraire aux idéaux de bonne gouvernance et d’éthique, prônées par le président Talon et son gouvernement. C’est la preuve qu’il existe au Bénin des citoyens privilégiés, qui sont promus et valorisés en dépit de leurs fautes. A eux l’on ne tient rigueur de rien, et aucune sanction ne leur est appliquée en dépit de leurs fautes. Les lois, la rigueur et les principes de bonne gouvernance, ne sont donc appliqués à ceux qui n’ont hélas pas de mentor ou de parrain politique, dans le cercle très fermé des « proches » du président de la république. Ainsi va la lutte contre la corruption sous Talon

Commentaires

Commentaires du site 10
  • Avatar commentaire
    gombo offline Il y a 2 semaines

    C’est clair comme de l’eau limpide…
    Au Benin de la rupture, c’est le clanisme qui regne..
    Cousins ambassabeurs, beaux cosuins ambassadeurs meme quand ils sont indelicats…

    La pourriture au sommet de l’etat …

  • Avatar commentaire

    Je suis désolé, au moment où on dit que les enseignant a la craie et plusieurs enseignant sont déjà renvoyés à la craie toi tu trouves que c’est une polémique unitile. Vous êtes mauvais. Quand bien même vous êtes en position de privilégié et que quelque chose n’est pas bon dites le. Vous n’êtes pas sérieux mais sachez que tout finit par finir

  • Avatar commentaire
    Jojolabanane Il y a 2 semaines

    Polémique inutile et mal-fondée, mieux, polémique hors sujet de la notion même de la bonne gouvernance..
    Certains utilisent des gros mots non pour donner sens mais plutôt pour faire beau.
    Il convient de rappeler que Noukpo clément Kiki n’a fait l’objet d’aucune condamnation devenue définitive pour que des conséquences en lien lui soient appliquées en réponse. Il faut rappeler qu’il est présumé toujours innocent des faits qui lui sont reprochés.

    • Avatar commentaire

      Il ne peut pas être condamné puisqu’il a l’immunité diplomatique de plus il a été viré ou rappelé rendant quaduc toute action judiciaire. Le nommer en Russie est un pied de nez au Canada qui le rappellera en temps opportun au bénin. Pourquoi doit on nommer un présumé innocent, il n y a donc pas aucun diplomate présumés de rien propre pour occuper cette place en attendant la version définitive de cette affaire?

      • Avatar commentaire
        Jojolabanane Il y a 2 semaines

        Si l’immunité diplomatique repose sur le principe d’inviolabilité et que la protection diplomatique permet notamment aux personnes d’échapper à des poursuites judiciaires à l’étranger, il n’en demeure pas moins qu’il est constant que la levée de l’immunité diplomatique soit requis si les faits reprochés sont caractérisable de crimes, de délits graves  et sont formellement établis, hors, à ce jour, il n’a été dit nul part que le Canada aurait demandé cette levée d’immunité de sorte que toute sanction à l’égard de Noukpo Clément Kiki serait prématurée et mal-fondée. L’article 31 de la convention de Vienne en stipule les modalités d’une levée d’immunité diplomatique.

    • Avatar commentaire

      À votre avis,il faut d’abord qu’il soit condamné avant d’être mis à la place qu’il mérite, le garage. Que ses précédents hôtes aient estimé qu’il ne remplit plus les conditions pour représenter le Benin dans leur pays ne vous suffit pas. Esprit partisan, quand tu nous tiens…
      Il n’y a pas si longtemps, une présidente a démissionné pour avoir indûment utilisé une carte de crédit à laquelle elle n’avait plus droit. Aucune faute pénale commise. Pas de ça chez nous, n’est ce pas ?

      • Avatar commentaire
        Jojolabanane Il y a 2 semaines

        L’influence de la justice de l’émotion m’interesse peu cher ami. Ce qui m’interesse, c’est la manière dont l’existence des faits est prouvée au point peut-être d’en conclure à un véritable bouleversement méritant toute  attention vers la sanction.

        La notion d’établissement des faits, représente le prélude de toute action contentieuse et de toute reconnaissance de responsabilité, ce qui renvoit nécessairement aux règles procédurales régissant un procès. Pour l’ instant rien n’est établi formellement dans le cas du diplomate.

        Que le Canada réclame first justice et l’opinion aviserait.

        • Avatar commentaire

          Pdtrrrrr quand cela vous arrange on trouve les arguments qu’il faut. Pdtrrr vous n’avez pas honte ???

          • Avatar commentaire
            Jojolabanane Il y a 2 semaines

            La honte du bien en droit est en certains,  la source de tout mal. La honte du mal serait le principe de tout bien, mais, faudrait encore que ce mal soit établi avant tout jugement ! Hélas, La vérité qui nous reprend nous choque bien plus que tout……je vous excuse, rien n’est parfait, même pas le droit…lol

        • Avatar commentaire

          Il fandrait eviter de justifier l injustifiable.En langage diplomatique on n aura pu attribuer le poste……..