Bénin : Nazaire Hounonkpè face aux frustrations des éléments de la Police Républicaine

Bénin : Nazaire Hounonkpè face aux frustrations des éléments de la Police Républicaine

L’avènement de la Police Républicaine rime avec le grincement de dents dans le nouveau corps crée par le chef de l’Etat. Et pour cause ! Les condit

Bénin : Le PV qui exclut Léhady Soglo de la RB

L’avènement de la Police Républicaine rime avec le grincement de dents dans le nouveau corps crée par le chef de l’Etat. Et pour cause !

Les conditions faites à l’un des deux corps unifiés à la Police Républicaine, font polémique. En effet, depuis la mise en œuvre de cette réforme du chef de l’Etat Patrice Talon il y a seulement quelques mois, les éléments de la gendarmerie notent une sorte ‘’d’injustice’’.

Laquelle se traduit par les différentes mutations ou nominations opérées par le Directeur général de la police Républicaine, l’inspecteur général de police Nazaire Hounonkpè. Au sein de ce nouveau corps créé par la loi n°2017-41 portant création de la Police Républicaine en République du Bénin, les mutations font des mécontents. « Nous ne savons pas sur quelle base juridique les nominations se font actuellement dans les commissariats », a confié une source qui garde l’anonymat.

L’harmonisation des galons est à l’origine de ce désordre. Dans une unité de gendarmerie, pour être commandant il faut avoir un diplôme de commandement. Mais le contraire s’observe avec les récentes nominations. A la gendarmerie, la hiérarchie est composée

d’officiers (général, colonel, commandant, capitaine, lieutenant), correspondant au grade de commissaire dans la police. Le grade de sous-officier (adjudant chef, adjudant, Mdl chef, Mdl), correspondant à ceux d’Inspecteur de police, Brigadier, officier de paix, le reste étant les hommes de rang.

Les sous-officiers de la gendarmerie titulaires de du Brevet de commandant de brigade, et disposant de plusieurs années de service, auraient été lésés et remplacés par de jeunes inspecteurs et officiers de police de moins de cinq ans de service.

Une autre source contactée sur la question nie toute idée d’injustice, mais se réserve de parler. Des clarifications du directeur général de la police Républicaine seraient donc l’idéal actuellement, autrement Nazaire Hounonkpè va gérer tout son mandat durant un nid de frustrations, qui sans doute va impacter ses résultats, malgré la bonne volonté du gouvernement d’investir dans la sécurité.

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 7 mois

    Ils ne peuvent pas faire comme en Côte-d’Ivoire ou quoi , sont-ils garçons ? Qu’ils descendent bruyamment dans les rues avec leurs ….. puis on va rigoler un peu , en voyant talon et agadjavi détaler dans malle arrière de R4 cette fois 😂