Recul de la liberté de presse au Bénin : Iréné Agossa accuse la HAAC

Recul de la liberté de presse au Bénin : Iréné Agossa accuse la HAAC

Iréné Agossa était ce vendredi sur les plateaux de l’émission 100% Bénin de la chaîne de télévision privée Sikka TV.

Fermeture de Sikka TV au Bénin: voici la décision qui condamne Adam Boni Tessi (HAAC)

Au cœur des échanges avec l’ancien conseiller de la Haac, le recul du Bénin dans le classement 2018 de Reporters Sans Frontières (RSF) sur la liberté de presse dans le monde.

Pour Iréné Agossa, la Haac a contribué à cette chute du Bénin au classement de RSF. L’institution n’assure pas selon lui le rôle qui est le sien. Celui de protéger les organes de presse. Au contraire, elle procède à la fermeture des télévisions comme  Sikka Tv sous prétexte qu’elles sont des télés pirates.

Selon l’invité, la Haac est liée à un organe de presse audiovisuel par une fréquence et à travers une convention. A partir du moment où Sikka Tv n’utilise pas une fréquence de l’organe de régulation, elle ne peut être considérée comme une télévision pirate. La chaîne devrait plutôt être traitée au même titre que France 24 qui émet par bouquet satellite sur le territoire béninois.

L’ancien conseiller à la HAAC a aussi mis l’accent sur le brouillage de la fréquence de Soleil FM. Une chaîne qui, comme Sikka Tv, appartient à Sébastien Ajavon un opposant au régime en place. A l’en croire, tous ces faits ont largement contribué à la chute du Bénin dans ce classement. Iréné Agossa a par ailleurs apprécié les propos du président de l’Union des professionnels des médias du Bénin(à lire ici), qui envisage de contester le rapport de RSF. Selon l’ancien conseiller à la Haac, Franck Kpotchémè est informé de ces atteintes à la  liberté de presse au Bénin.

Il est conscient  que l’opposition et la mouvance doivent avoir un accès équitable à la chaîne publique, ce qui n’est pas le cas selon lui. L’homme politique invite donc M Kpotchémè a reconnaître que le Bénin mérite bien ce recul au classement de RSF. In fine, Iréné Agossa a souhaité que les partenaires au développement fassent de la liberté de presse une condition pour accompagner les pays vers les  ODD (Objectifs du Développement Durable).

Commentaires

Commentaires du site 3
  • Avatar commentaire
    Gilbert Agniwo Il y a 6 mois

    Au Bénin, la mouvance et l’opposition n’ont pas la même chance d’accès aux médias.C’est une réalité qui ne date pas d’aujourd’hui. Les chaînes publiques font la propagande au pouvoir en place alors qu’elles méprisent l’opposition.

  • Avatar commentaire
    Azanhouan Il y a 6 mois

    Ah bon opposants et mouvanciers accès équitable aux chaînes publiques Est-ce qu’il s’entend parler ce type?

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 6 mois

    Ce irené agossa , me plait ; toujours droit dans ses bottes , le verbe haut et percutant , aux idées progressistes affirmées , constant dans ses convictions , fidèle dans ses amitiés , un élément à suivre sur lequel compter