Site des hommes à queue au Bénin, un patrimoine touristique unique

Site des hommes à queue au Bénin, un patrimoine touristique unique

Depuis sa découverte, l’extraordinaire voire mystique «Site des hommes à queue», est resté sous le boisseau pour divers obstacles que la mairie de Dogbo en collaboration avec le Fonds d’aide à la culture, s’engage et s’organise à lever.

Bénin : Les profs Lalèyè et Rahimy, exposent le visage hideux du Cames

Tout ceci, dans le but de révéler ce patrimoine touristique unique au monde. C’est à travers un projet, pour lequel les initiateurs appellent au soutien de partenaires nationaux et internationaux.

Au Nord de la ville de Dogbo, département du couffo au Bénin, précisément dans la zone du «plateau Adja», se trouve un site dit des ‘’hommes à queue’’. C’est à un kilomètre de marche environ de la mairie de Dogbo, en allant vers Djakotomey. A l’origine, c’était un merveilleux site d’extraction de fer, dont l’histoire remonte à un millier d’années avant Jésus-Christ. L’histoire des hommes à queue demeure entourée de mythes, et les versions diffèrent.

Selon le maire de la commune de Dogbo, Vincent C. Acakpo, c’est d’abord le nom qui repose sur des mythes. L’histoire racontée par l’autorité municipale, présente donc des hommes pourvus de queux, et qui venaient animer le marché de Dogbo avec les autochtones. Ils arrivaient les premiers au marché et repartaient avant tout le monde. Mais personnes ne connaissait leur domicile. Dans le marché, ils s’asseyaient toujours au-dessus d’un trou, dans lequel ils mettaient leur queue. Chose étrange pour les villageois.

Un jour, ces derniers ont donc mis de l’huile de palme dans les trous. L’huile a attiré des fourmis magnans qui piquèrent les hommes à queue. Ne pouvant supporter la douleur, ces derniers ils ont pris la fuite. Dans cette fuite, ils ont été suivis par des curieux qui tenaient à savoir leur lieu de provenance. Mais arrivés dans une zone éloignée du marché, dans une brousse, les hommes à queue ont disparu. C’est depuis ce temps que les gens ont attribué à cet endroit le nom de : ‘’site des hommes à queue’’.

A l’entrée, deux cases construites en terre de barre. Ces deux cases abritent ceux qui ont pris la charge des siècles après, d’entretenir les lieux. Juste en face des cases, se dressent de petites paillottes. Elles ont pour rôle, entre autres, de couvrir l’entrée des excavations qui gisent çà et là, selon le maire Vincent Acakpo.

Sur le site, se trouvent les trous dont la disposition renvoie à un travail géométriquement très ingénieux, avec un système de climatisation. Mais c’est naturel. Chaque compartiment comporte cinq entrées qui s’enfoncent dans le sol. De ces trous, les hommes extrayaient des mines pour fabriquer du fer vers ‘’le 15e siècle’’, selon des experts archéologues Danois et Français, qui travaillent depuis peu avec des Béninois sur le site. Mais jusque-là, l’histoire du site reste floue.

Un projet de valorisation et de promotion du site

Ce site aujourd’hui très enclavé, doit être aménagé, protégé et révélé. La mairie de Dogbo et le Fond des arts et de la culture (Fac), à travers l’appui technique et financier du ministère du tourisme, de la culture et des sports, sont à pieds d’œuvre pour concrétiser un projet conçu à cet effet. A en croire le maire, le site des hommes à queue est longtemps resté inexploité en raison de son enclavement.

« Depuis la découverte des hommes à queue, personne n’osait entrer dans ces excavations, de peur de ne plus pouvoir en sortir. Tout le monde évitait la zone. Mais nous avons des chasseurs très courageux qui, dans leur parti de chasse, visitent les trous et en y reviennent pour informer les gens de ce qu’il n’y a rien dedans. C’est ainsi que le 12 décembre 2012, mon conseil et moi avons effectué notre première entrée dans ces trous. Depuis ce jour, nous avons décidé d’aménager et d’ouvrir le site aux touristes », informe le maire.

Mais à en croire l’édile de la ville de Dogbo, les travaux d’aménagement à effectuer pour rendre opérationnel ce site nécessiteraient d’énormes ressources financières. La collaboration entre la mairie de Dogbo et le ministère du tourisme, de la culture et des sports, est une réponse à cette préoccupation.

Le maire en appelle donc à la manifestation de bonnes volontés nationales et sous régionales, pour révéler ce patrimoine touristique béninois. Abondant dans le même sens, le directeur du Fonds des arts et de la culture, Déou Gilbert Malé, a précisé que dans la vision de soutenir le projet, il a déjà acquis l’appui du Conseil de l’entente.

« Nous sommes entrés en négociation avec le Conseil de l’entente, qui a accepté de nous accompagner pour qu’on puisse révéler le site, l’aménager et le protéger à des fins touristiques »

Commentaires

Commentaires du site 14
  • Avatar commentaire
    Raphaël SAMBIENI Il y a 6 mois

    Je ris depuis…Bénin des mystères inventés! 

  • Avatar commentaire
    Sogadji Il y a 6 mois

    J’ai visité ce site et j’avoue que c’est mystérieux. Dans ce trou, il y a même des ronds-points.

  • Avatar commentaire

    le benin…est quand mème..un pays cyber criminel…c’est à dire..attirer des honnetes gens..chez et leur faire les poches..

    on a le dieu de banamé…sans rigoler…!!!

    On a le kénninsi….histoire de devenir riche sans effort..juste…tu flingues quelqu’un…et tu récupère son sang et le tour est joué

    L’invention…c’est cette histoire..d’hommes à queue…dans le mono..

    Cette histoire est montée de toute pièces..pour attirer..les naifs…grace aux visas electronics..

    Je parie…que ces hommes à queue…ne sont que mes contradicteurs du forum et rupturien convaincus….qui veulent se déguiser..en zombi…

    Je préviens….que leur chef…est originaire…du mono et est à dakar…

    ses complices…sont des abomeens….n’est ce pas…

    Hihihihi kikiki

    • Avatar commentaire
      Sogadji Il y a 6 mois

      Aziz, quand on ne maîtrise rien, on la ferme. Toi tu viens de quel trou ? Ne viens plus étaler la densité de ton ignorance ici.

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 6 mois

    Qu’est-ce qu’ils ne vont pas inventer pour attirer des hypothétiques touristes ces c.ons qui nous gouvernent ; 
    Vous verrez que talon va dire bientôt sur les ondes , TV5 , que dieu se trouve au benin , qu’il est à gbaname, avec le pape , et que c’est plus la peine d’aller au Vatican 😂😂😂

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 6 mois

    Aziz , dis-nous de quelle queue tu parles ; celle du devant , ou celle du derrière ? 😜
    Si c’est celle de derrière, va voir agadjavi, il en possède une , et bien courte , avec un nez de Pinocchio 😂😂😂

  • Avatar commentaire
    TEKPO Yaovi Il y a 6 mois

    Elle est probablement fondée Cette histoire. Que les historiens travaillent pour mettre à jour plusieurs sites semblables dans notre pays. Certains pays n’en ont pas autant mais attirent plein de touristes qui contribuent à l’essor de leur économie. C’est aussi possible au Bénin.

  • Avatar commentaire

    L’histoire n’est pas bien fondée est n’est attirante. Il faut la reformuler pour que ça aie un sens concrète.

  • Avatar commentaire
    Chef de projet Culturel Il y a 6 mois

    L’histoire est à revisiter.
    Projet touristique ??? Ou projet pour autres choses ???

  • Avatar commentaire

    des hommes…à queue…!!!

    Et ou le mystère…dans ça…?

    Tout homme bien constitué…a une queue….n’est ce pas…?

    Ce sont les tailles..qui diffèrent…et le sultan..en est bien doté….

    hihihi kikiki

  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon Il y a 6 mois

    “un trou, dans lequel ils mettaient leur queue” Jusque là c’est assez courant. C’est vrai que certains y voient l’occasion de faire du tourisme (Saint Domingue, Gambie, Thaïlande, Tunisie…)

    “de l’huile de palme dans les trous…les hommes à queue Ne pouvant supporter la douleur…” Quelle idée franchement !