Togo : le gouvernement supervise les marches de l’opposition

Togo : le gouvernement supervise les marches de l’opposition

Au Togo, le gouvernement a accepté la tenue de manifestations, à la condition que celles-ci suivent un itinéraire tout tracé.

Crise au Togo : la CEDEAO s’active pour trouver une solution

Au Togo, le ministère de l’administration territoriale et des collectivités locales, a en effet pris la décision de proposer un nouvel itinéraire de manifestation aux 14 partis de l’opposition. En effet, de gigantesques marches sont prévues pour les 25, 26 et 28 avril prochains. Marquées par une certaine tension, ces manifestations vont donc avoir le droit à un itinéraire tout tracé et ce, dans le but d’éviter quelconques débordements et affrontements entre les manifestants et les forces de l’ordre.

Ainsi, deux circuits ont été retenus. Le premier a pour point de départ le Carrefour Église Néo Apostolique situé tout près de Gakpoto, celui permettra ensuite au cortège de passer par le Boulevard pavé de Bè Kpota, Anfamé, Nissan, Pharmacie Miséricorde, Carrefour Petrolum, EPP Anfamé avant que celui-ci ne termine sa démonstration au niveau du carrefour Eglise des Assemblées de Dieu.

Le second circuit, aura quant à lui, pour point de départ le Carrefour marché de Bè et passera ensuite par le Boulevard Houphouët Boigny Côté Est, la direction Akodesséwa, la Pharmacie crystal, la Pharmacie Biova, la Paroisse Evangélique d’Akodesséwa, le carrefour Diamond Bank, la route pavée direction Anfamé, le carrefour Petrolum, l’EPP Anfamé avant de la encore mener le cortège au niveau du carrefour Eglise des Assemblée de Dieu

Un gouvernement qui ne veut rien lâcher

Visiblement aux aguets, le gouvernement a finalement accepté que des manifestations aient lieu à la seule condition que les itinéraires soient respectés. Il n’est pas impossible qu’en cas de déviation, la police intervienne et surtout, que le droit aux manifestations soit drastiquement réduit. D’ailleurs, Lomé fait figure de chanceuse, puisque des villes comme Sokodé, Bafilo ou encore Mango n’ont pas reçu l’autorisation d’organiser un rassemblement, pour des « raisons de sécurités évidentes ».

D’autres villes moyennes, telles que Tsévié, Kpalimé, Atakpamé, Anié, Tchamba, Bassar, Dankpen, Niamtougou, Tandjoaré et Dapaong,, vont potentiellement être en mesure d’accueillir un rassemblement, à la condition que les préfets locaux et l’opposition se mettent d’accord là encore, sur un itinéraire précis et détaillé sous peine de voir cette requête refusée.

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 3 mois

    Celà devient un carnaval en fin de compte , à la seule différence qu’ici on ne trouve ni de paillettes , ni de beaux ” gogos ” ni de touristes pour se rincer les yeux à la vue de jolies filles ; 
    Bien triste ce que les togolais vivent , et ce n’est pas moi qui vais pleurer sur leur sort , eux qui il n’y pas longtemps ont failli griller mon agadjavi , le seul gayman qui me reste sur ce forum , que j’aime titiller souvent .
    À ces opposants togolais , je dis : ” passez aux choses sérieuses , à la Che, ou à la Castro ” pour dégager Faure