Accusant le mouvement de grève des infirmière, de politiquement orienté, le gouvernement Zimbabwéen a décidé de renvoyer le personnel gréviste.Au Zimbabwe, un groupe d’infirmières a décidé d’entamer une grève afin de protester contre leurs conditions de travail, des conditions jugées difficiles. Or, au lieu d’entamer un dialogue constructif, le gouvernement Mnangagwa a décidé de licencier le personnel, qu’il accusait notamment d’être politiquement motivé. Afin de remplacer ce personnel renvoyé, des infirmières au chômage et retraités viendront gonfler les rangs, le but étant bien évidemment d’assurer un service et suivi médical de qualité.

Loading...

Le vice-président du Zimbabwe, le général Chiwenga a pour sa part qualifié le mouvement de déplorable, rappelant que le gouvernement a récemment débloqué près de 17 millions de dollars afin d’assurer de meilleurs salaires.

L’association des infirmières du Zimbabwe a quant à elle annoncé avoir pris connaissance du communiqué délivré par le gouvernement, assurant cependant que la grève continuerait. Un défi de taille pour le président Mnangagwa, qui a pris le pouvoir après un coup de force à l’encontre de Mugabe. Lui qui assure vouloir relancer l’économie, se présente également comme un réformateur en puissance.

Voir les commentaires

6 Commentaires

  1. Olla Talon le fera mais d’une autre façon ! Restez là vous allez voir ! Des gens restent à la maison refusent de travailler continuent de toucher leur salaires et vous encouragez ces agissements ! Même si vous êtes contre Talon ce n’est pas lui qui souffre mais le peuple et ne croyez surtout pas que le peuple ne sait pas ce qui se passe! Bande d’ignares!

        • et pourtant c’est ce qu’il fallait faire au benin..au moment des grèves..

          radier…tout le monde….provoquer un chao…un électrochoc….national…

          Boulverser..les esprit..et enfin inventé..un nouveau lociel…d’etre un citoyen dans ce pays

          Le reformisme…ne marchera pas…..puisque en face…les gens vont vite s’adapter

          Il faut un radicalisme…une dictature du progrès…..

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom