Le garde des sceaux Joseph Djogbénou a récemment accordé une interview au quotidien de service public La Nation. Le ministre de la justice est revenu sur sa nomination comme nouveau membre de la Cour constitutionnelle.D’entrée Joseph Djogbénou a indiqué que sa nomination n’est rien d’autre qu’une « condamnation au succès ». C’est une condamnation à assumer avec responsabilité les misions que la « Constitution et notre Etat me confiant… pour  le bien être à la fois de notre pays et la consolidation de notre nation, la survie de notre Etat » a poursuivi Joseph Djogbénou.

Le grade des sceaux a ensuite  botté en touche l’idée selon laquelle il restera  loyal envers le chef de l’Etat, une fois à la Cour constitutionnelle.  Pour le  ministre de la justice « il n’y a pas de loyauté au-delà de celle au service d’un Etat ». Le garde des sceaux s’est aussi prononcé sur les craintes que nourrissent certaines opinions après sa nomination. Des craintes d’arrangement ou de compromis en faveur du pouvoir en place s’il est élu président de la haute juridiction.

L’agrégé en droit a réitéré sa volonté de servir le peuple, mais il souligne que  « l’être humain est une passerelleC’est toujours par quelqu’un qu’on sert un groupe. Et de ce point de vue, je n’ai aucune honte … à me trouver aux côtés du président de la République pendant que je suis membre du gouvernement et que par des personnes proches sans doute du président dc la République, nous nous retrouvions dans une institution comme la Cour constitutionnelle » a indiqué le ministre de la justice.

17 Commentaires

  1. Lorsque je vous disais que talon est un chef ban,qui m’a cru? Voilà qu’il élimine les voix du peuple une par une. Triste pour ce pays qui a pourtant tous les atouts pour s’ en sortir, mais qui hélas ne s’ en sort jamais.  Où se trouve la justice de ce pays?  Talon a confesse’ publiquement à Paris qu’il est fossoyeur de l’économie du Bénin et jusqu’à présent, il est encore libre de ses mouvements.  Ce pays est vraiment foutu. .

     

     

    Djogbenou adjoto daho.

     

     

  2. “Après la liberté c’est le vent” (franchement, il déchire quand il s’oublie 🙂 🙂 ), le poétard frustré nous revient dans : “l’être humain est une passerelle…” Mdr !:) 🙂  

    “je n’ai aucune honte” Il n’y a que ça de vrai au final.

  3. Je pense qu’il faut une nouvelle conférence nationale pour revoir les fondamentaux de notre démocratie parce qu’il a trop de dérives et ça a commencé depuis yayi. Moi je ne suis pas pour révision de la constitution par qui que ce soit parce qu’on risque d’avoir une constitution taillée sur mesure, si vous observez le comportement de Talon, il n’est pas digne de confiance,

    • Tout à fait d’accord. On ne peut accorder aucune confiance à ce monsieur. Et c’est dommage pour la cour constitutionnelle.

  4. Peut on avoir confiance à Djogbénou ?

    Moi je ne crois pas. C’est un monsieur qui a l’art de mentir sans ma moindre scrupule.

    Il est impératif de réviser la constitution béninoise pour éviter ces dérapages.

    Cet homme n’est pas digne de siéger à la cour constitutionnelle. Le tout ne suffit pas d’être agrégée.  Est il sage???

    Quelqu’un qui a défendu Patrice Talon contre l’état béninois alors que les faits sont graves pour Talon est indigne de ce poste.

  5. Bravo à la rédaction. Résistez. Améliorez la qualité de vos articles mais soyez encore plus critiques tout en restant objectif.

     

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom