Adhésion du Bénin à l’Acte de 1991 de l’Upov : Les députés retirent sine die le rapport

Adhésion du Bénin à l’Acte de 1991 de l’Upov : Les députés retirent sine die le rapport

Entamée le vendredi 28 avril dernier, les députés ont poursuivi en plénière, le lundi dernier, l’étude du dossier relatif au projet de loi portant autorisation d’adhésion de la République du Bénin, de la Convention internationale de la protection des obtentions végétales (Upov).

Bénin : Affo Obo Ahmed Tidjani membre du groupe parlementaire d’Issa Salifou

Malheureusement, ce dossier souffre de certaines insuffisances contenues dans le rapport en étude. C’est ce qui a conduit le vendredi dernier, à suspendre provisoirement son examen. Et ce qui a été retenu en plénière, c’est que la commission du plan en charge de ce dossier, se concerte avec le ministre de tutelle et certains députés.

Malheureusement, à la reprise après concertation, se basant sur l’article 75 du règlement intérieur de l’Assemblée nationale, le président de la commission du plan l’honorable Jean-Michel Abimbola, a demandé le retrait sine die du rapport. Comme arguments, il avance que le rapport comporte certaines insuffisances. Il n’aurait pas été suffisamment actualisé par rapport au séminaire qui a été organisé à cet effet, et qui a recommandé un certain nombre de conditions préalables que le gouvernement devrait remplir.

« Nous souhaitons pouvoir retirer le rapport déposé, pour complément d’informations et pouvoir améliorer le processus parlementaire avant de réintroduire un nouveau rapport » précise t-il.

Les organisations paysannes et la société civile assiègent le parlement

Le dossier d’adhésion de la République du Bénin à l’Upov, a suscité de vives réactions de la société civile et des organisations paysannes réunies au sein de la Convergence des luttes pour la terre, l’eau et les semences, qui ont organisé un sit-in le lundi dernier, sur l’esplanade de l’Assemblée nationale. Bien qu’elles n’aient pas été reçues par les autorités de l’institution parlementaire, à travers la voix de leur porte-parole elles ont lu une déclaration à la presse.

Dans leur motion, les manifestants annoncent que certains préalables devraient être pris en compte, notamment la mise en place du comité semence, la prise de dispositions et textes réglementaires pour compléter évidement le cadre réglementaire et légal de notre pays, avoir un tableau Swot avec les avantages, les inconvénients, les menaces et les opportunités, comme cela se fait.

Face à tout, les organisations paysannes et la société civile constatent avec amertume que le Maep cherche à faire passer en force l’adhésion de notre pays à l’Upov, alors que rien ne presse. Ainsi, ils mettent la représentation nationale devant ses responsabilités, et l’exhortent à surseoir au vote qui lui est proposé

Commentaires

Commentaires du site 3
  • Avatar commentaire
  • Avatar commentaire
    Ulrich Il y a 2 mois

    C’est sage de votre part

  • Avatar commentaire
    lelenou Il y a 2 mois

    C’est plus sage