Bénin : Deux trafiquants d’ivoires condamnés à Djougou

Bénin : Deux trafiquants d’ivoires condamnés à Djougou

Appréhendés le 30 novembre 2017 à Djougou, en fragrant délit de commercialisation de deux défenses d’éléphants, deux trafiquants ont comparu le vendredi 18 mai dernier. Le tribunal de première instance de deuxième classe de Djougou, a rendu sa décision dans la matinée.

Sampéto – Banikoara : 3 morts après un affrontement entre populations et écogardes

Les deux trafiquants sont déclarés coupables des faits de détention et de tentative de commercialisation de trophées d’espèces intégralement protégées. L’un est condamné à 12 mois d’emprisonnement ferme. L’autre a écopé de 05 mois de prison ferme. Le tribunal a condamné chacun des prévenus à une amende de 100.000 francs CFA, et a rejeté la demande de dommages-intérêts.

Il faut rappeler que l’article 154 de la loi n°2002-16 du 18 octobre 2004, portant régime de la faune en République du Bénin, « punit d’une amende de 300 000 à 800 000F et/ou d’un emprisonnement de 6 mois à 5 ans, quiconque importe, exporte, réexporte ou commercialise des animaux sauvages ou leurs trophées, et dépouilles en dehors des cas permis ». Au regard de cet article de la loi citée supra, et de la décision rendue, on peut affirmer que le tribunal de Djougou accompagne le gouvernement dans la lutte contre la criminalité faunique.

Cependant, il est vivement souhaité que les sanctions soient sévères à l’endroit des braconniers, qui commettent des crimes sur des animaux intégralement protégés comme l’éléphant. C’est encore l’occasion d’adresser une invite aux acteurs de la justice, pour qu’aucune clémence ne soit accordée à ceux qui sont décidés à détruire les espèces fauniques que protège la loi en République du Bénin. C’est non seulement une manière de les dissuader, mais aussi de poser des garde-fous pour la sauvegarde des animaux sauvages menacés d’extinction.

Pour cela, le Programme Appui à l’Application des Lois sur la Faune et la Flore au Bénin (AALF-Benin), ne cesse de jouer sa partition. Il urge que les autres acteurs retroussent aussi leurs manches pour la conservation du patrimoine faunique du Bénin

Commentaires

Commentaires du site 0