Bénin : La Cour valide la décision qui rend obligatoire la maîtrise de l’Anglais avant de s’inscrire en master

Bénin : La Cour valide la décision qui rend obligatoire la maîtrise de l’Anglais  avant de s’inscrire en masterL'ancien recteur Brice Sinsin

Il faut désormais maîtriser l’anglais avant de s'inscrire en cycle master ou pour une thèse de doctorat à l'Université d'Abomey-Calavi.

Bénin : Brice Sinsin satisfait par le dynamisme de la jeunesse estudiantine

La maîtrise de l’anglais est désormais obligatoire avant toute inscription en cycle master ou pour une thèse de doctorat à l’Université d’Abomey- Calavi. Ainsi en a décidé la Cour constitutionnelle dans son jugement   Dcc-18- 099  en date du 19 avril 2018. Ce jugement vient en réponse au recours en inconstitutionnalité formulé contre les notes de service prises par l’ancien recteur Brice Sinssin et qui rendent obligatoire la maîtrise de la langue de Shakespeare avant la poursuite des études en master ou en doctorat.

Les sages de la Cour constitutionnelle ont estimé que  « ces notes de service, ne faisant pas de l’Anglais ni la langue exclusive d’acquisition du savoir dans ladite université ni la langue officielle du Bénin, il y a lieu pour (la haute juridiction) de  dire et juger que les notes de service n°336-15/UAC/SG/VR-AARU/SEOU du 06 juillet 2015 et n°150-16/UAC/SG/VR-AARU/SEOU du 17 février 2016 prises par le recteur de l’Université d’Abomey-Calavi ne violent pas l’article 1er précité de la Constitution ».

Commentaires

Commentaires du site 9
  • Avatar commentaire
    Le Missionnaire Il y a 7 mois

    C’est de la merde, le bénin et surtout au niveau de l’etude supérieure on dirait que les dirigeants réfléchissent à l’envers car sur le campus chaque faculté à ses matières maintenant on dit que tu dois maîtriser l’anglais avant d’aller en master ou doctorat c’est de la foutaise n’importe quoi ils prennent des décisions qui viennent de nul part. On aura tout vu dans ce petit pays

  • Avatar commentaire

    Toujours la charrure devant les boeufs hein!

    Quelles sont les dispositions que compte prendre les pouvoirs publics pour permettre aux étudiants de maîtriser l’anglais avant d’arriver en Master ou en Thèse? On decrète par-ci, on decrète par-là, et on attend miracle… C’est comme ça en tout et bientôt 58 ans après les indépendances, on en est encore au 36 ème dessous.

  • Avatar commentaire
    Totché Nangnon Il y a 7 mois

    La cour constitutionnelle se mêle de tout et de rien. Sur quoi s’est-elle fondée pour délibérer ?

     

    Cela montre surtout la faiblesse de notre démocratie car ce n’est pas ae la cour de se prononcer sur le bien-fondé des matières d’enseignement. On nage en plein délire.

    L’anglais est un plus . Il ne doit pas être une contrainte, surtout pour un pays dit francophone. A moins que le Bénin n’ait décidé de choisir l’anglais comme langue officielle. À moins de me tromper, ce n’est pas encore le cas .

     

    Par cette manœuvre, M. Sinsin sacrifie beaucoup de jeunes étudiants . Si au moins, on était certain que tous ses étudiants trouvaient du travail dans un pays anglophone, cette décision aurait du sens .

     

    Nous marchons encore une fois sur la tête.

  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon Il y a 7 mois

    L’intention semble bonne (sauf si un proche des puissants s’est assuré la propriété d’un centre exclusif de validation des certifications acceptées à l’Université…)

    Cependant, elle est excessive. Toutes les matières ne nécessitent pas un TOEIC ou TOEFFLE

  • Avatar commentaire
    Critique Il y a 7 mois

    Autant la décision peut paraître aberrante, autant elle rend compte de la réalité qu’un niveau de connaissance linguistique faible en Anglais est un sérieux handicap pour faire des études supérieures, même si on est dans un pays francophone.
    Dans le cadre des études supérieures, on est amené à faire de la revue de littérature (comprendre ce que d’autres ont fait avant nous dans notre domaine). Or, il se trouve que cette littérature est majoritairement disponible en Anglais (même en France les chercheurs publient en Anglais), du coup, ne pas maîtriser l’Anglais est un réel handicap. Ne pas avoir les habiletés pour appréhender le savoir diffusé en Anglais, c’est courir le risque de faire des études supérieures à rabais, car vos travaux ignoreraient une grosse partie de l’état de la connaissance.
    La décision en soi n’est pas mauvaise. La clef se trouve dans les mécanismes d’appréciation de la maîtrise de la langue, pour que le niveau de maîtrise exigé n’aille pas au-delà de ce qui est nécessaire pour les besoins de la cause.
    Et au-delà de tout, il n’y a pas non plus de mal à apprendre une langue dont la maîtrise est un atout économique certain. Une façon aussi de veiller à ce que l’apprentissage de ladite langue soit prise au sérieux dans les paliers d’éducation inférieurs (secondaire, primaire).

    • Avatar commentaire

      Ne soyons des ennemis du progrès! La langue Anglaise est la plus parlée au monde après le Chinois et l’Arabe. Ce n’est pas parce que nous avions été colonisés par les Français que nous allons toujours continuer à évoluer selon leur système. Cette décision quoique rendue à retardement devrait inciter nos futurs doctorants à être des cadres accomplis. Au passage, les plus grands savants de l’épopée gréco-romaine  qui nous laissé de beaux héritages littéraires et philosophiques avaient été pour la plupart des Scientifiques…

    • Avatar commentaire
      Brice DJOSSOU Il y a 7 mois

      Mon cher, je suis d’accord avec votre développement.Cependant, le critère de langue anglaise ne doit pas être éliminatoire dans un pays francophone à l’origine !!!

  • Avatar commentaire
    Démocrate Il y a 7 mois

    Cette décision est une grande aberration dans une république francophone.

  • Avatar commentaire
    Amaury Il y a 7 mois

    Je trouve la décision un peu bizarre quand même car celui qui a raté son niveau en anglais mais qui est brillant dans ses matières ne peut pas continuer.

    Si on veut que tout le monde se mette à l’anglais, il faut une décision d’ensemble  tout au mois depuis le collège ou le lycée.