La visite du Directeur des infrastructures sur les différents chantiers a été l’occasion pour les populations de dénoncer les comportements malencontreux des conducteurs de Ebomaf. Des récriminations faites à leur encontre, on note l’excès de vitesse et d’autres dérapages qui causent souvent des accidents mortels. Toutes choses qui, d’ailleurs, préoccupent le préfet de l’Atlantique, Jean-Claude Codjia. Face aux plaintes récurrentes de ses administrés, l’autorité préfectorale avait saisi le Directeur des infrastructures aux fins de l’aider à apporter la quiétude dans son département. Et c’est tout naturellement que, Jacques Ayadji, conscient du fait que la vie est sacrée, n’a pas hésité à condamner ces écarts de comportements de ces employés de l’entreprise Ebomaf qui, en principe, devraient être des exemples en matière du respect du code de la route.

« On ne peut pas faire un projet de développement et tuer les populations. J’ai envoyé plusieurs lettres aux autorités de Ebomaf pour qu’elles disciplinent leurs conducteurs. Mais, je ne sens aucun changement », a-t-il confié pour fustiger leur inaction. Toutefois, il a exhorté les responsables de Ebomaf à mobiliser ces conducteurs en vue d’un ultime échange avec lui. Il s’agira d’une rencontre qui se tiendra dans les prochains jours à Abomey-Calavi pour les sensibiliser davantage. Car, à la moindre incartade, il n’hésitera pas à faire recours aux services de la police républicaine pour leur faire entendre raison.

6 Commentaires

  1. Plus sérieusement, pourquoi organiser une rencontre avec ces conducteurs ? On est tout le temps dans les discours, les palabres qui n’en finissent plus dans ce pays. A quoi servent les forces de l’ordre ? Il leur appartient de faire leur travail, de verbaliser les dérives de ces conducteurs tout simplement. Une fois de plus, on perd son temps sans des actes concrets.

  2. Parce que là aussi, j’en ai vu de belles au Bénin (alcoolisme, drogue, +10 h en continu au volant, etc…).

    • Merci “lelenou” Je suis surpris que la question se pose même. On a vu plus de riguer envers les populations (déguerpissement avec tabassage à la clé, poursuites des escrocs et détourneurs de deniers publics.

      Par ailleurs à quand une licence annuelle prolongée après des visites obligatoires, pour les professionnels de la route au bénin avec contrôles de l’acuité visuelle, des problèmes d’addiction en tous genres ?

      Parce que là aussi, j’en ai vu de belles au Bénin (alcool, drogue, plus de 10 h en continu au volant, etc…).

    • Merci “lelenou” Je suis surpris que la question se pose même. On a vu plus de rigueur envers les populations (déguerpissement avec tabassage à la clé, …).

    • Par ailleurs, à quand une licence annuelle prolongée après des visites obligatoires, pour les professionnels de la route béninois avec contrôles de l’acuité visuelle, des problèmes d’addiction en tous genres ?

       

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP saisissez votre nom
SVP, Entrez votre commentaire