Bénin : Les positions ambiguës de Patrice Talon sur les marches de soutien et le mandat unique

Bénin : Les positions ambiguës de Patrice Talon sur les marches de soutien et le mandat unique

Au cours de sa visite au Vatican, le chef de l’Etat béninois, Patrice Talon a accordé une interview à la radio du Saint siège, la Radio Vatican.

Classement Open Government Patnership : Le Bénin régresse pour opacité

Sur les questions en rapport avec les marches de soutien, le mandat unique et les réformes, le chef de l’Etat est resté ambigu avec des arguments qui ne présentent pas clairement ses positions sur ces questions. Entre le candidat à la présidentielle de 2016 et l’actuel chef de l’Etat, il y a une véritable reconversion. Tout au long de la campagne présidentielle jusqu’au début de son mandat, le chef de l’Etat, avait des positions claires sur certaines questions de la vie publique.

Deux ans plus tard, la position du chef de l’Etat sur ces mêmes questions est devenue subitement mitigée. C’est ce qu’il a donné à constater après l’interview qu’il a accordée à Radio Vatican. Sur la question des marches de soutien ou de glorification du Président de la république par exemple, la position du chef de l’Etat est ambiguë, difficile à cerner comparativement à la période de la campagne électorale où il avait une position tranchée. Lors de la campagne électorale en effet, Patrice Talon clamait être détaché des gloires et des actes qui tendent à produire le culte de la personnalité. Aujourd’hui, c’est sous son règne que les marches de soutien et autres campagnes de glorification de sa personne battent leur plein. Patrice Talon a désormais un point de vue mitigé sur la question.

Surprenant rétropédalage

Il réaffirme d’abord son aversion pour ces pratiques avec comme argument que : « ça n’apporte rien au développement de soutenir publiquement le Président à travers les médias ». En cela, le chef de l’Etat garde une certaine cohérence, mais il déclare son embarras à y mettre fin et ceci pour plusieurs raisons. Il évoque d’abord le projet de révision de la constitution qui n’a pas abouti. Il entendait à travers une loi constitutionnelle, mettre fin à cette pratique. Patrice Talon évoque aussi l’absence de loi qui interdit cette pratique, comme pour reprendre la formule bien connue : « ce qui n’est pas interdit est autorisé ». C’est le troisième argument du chef de l’Etat qui trahit son ambiguïté sur la question lorsqu’il estime que : « on ne peut pas empêcher les gens de manifester ou d’exprimer leurs sentiments » ou encore « il est difficile de dire à ceux qui approuvent mon action de ne pas le faire ». Chacun peut comprendre ce que le chef de l’Etat veut dire par là.

C’est aussi l’ambiguïté pour ce qui est de la position de Patrice talon aujourd’hui sur le mandat unique. Candidat, Patrice Talon, a certainement reçu les voix d’une partie des électeurs parce qu’il leur a exposé la question du mandat unique. Lors de la cérémonie d’investiture comme nouveau chef d’Etat du Bénin, le 6 avril 2016, Patrice Talon avait réaffirmé sa détermination à faire un seul mandat. Un engagement pris devant le peuple présent et les chefs de missions diplomatiques représentées au Bénin. Il a seulement fallu onze mois après cette cérémonie d’investiture soit en mars 2017, pour que la position du chef de l’Etat sur le mandat unique devienne d’abord : « j’aviserai », puis plus précise en indiquant que la révision de la constitution n’ayant pas abouti, il n’est plus question de parler de mandat unique. Pourtant le candidat Talon, même devenu Président n’avait pas expliqué aux électeurs ou à l’opinion que le mandat unique était subordonné aux résultats du projet de révision de la constitution.

Contradiction

Conséquence, de théoricien du mandat unique, Patrice Talon s’invite aussi défenseur des mandats illimités. Citant comme exemple l’Allemagne où la chancelière, Angela Merkel est en train de conduire son quatrième mandat à la tête du pays. Il argumente lui-même que cet état des choses n’impacte pas la bonne santé de la gouvernance et de l’économie de ce pays, la première d’Europe. C’est qu’il pourra aussi citer la Russie ou le Président Vladimir Poutine accumule les mandats devant la santé économique de son pays. Il pourra peut aussi citer un régime théocratique comme l’Arabie Saoudite où le pouvoir du souverain n’est pas limité dans le temps. Toutes choses pour dire que la théorie du mandat unique qu’il a lui-même introduite lors de la campagne présidentielle de 2016, trouve ses fondements et ses justifications dans le contexte du pays où cela est proposé

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    The Atlantean Il y a 2 mois

    À quoi sert donc de revenir sur dans les sillons politiques qui servent d’armes meurtrières pour vos ennemis? Je ne suis pas d’accord avec vous Monsieur Le Président Patrice Talon au sujet du mandat unique, et je ne suis pas d’accord avec vous en invoquant le système politique Allemand. Le continent noir africain n’a pas besoin en ce moment aucun de ses systèmes. Ceux qui prônent ce système on les voit au Burundi, au Togo et dans les deux Congo etc. Épargnez donc le petit Benin de ces deux systèmes. Car nous voulons l’évolution politique du Bénin.