L’ancien Directeur général de la gendarmerie nationale, le Général Robert Sèwadé a tiré sa révérence dans la matinée du dimanche 20 mai 2018 à l’hôpital des Armées du camp Guézo de Cotonou des suites d’une longue maladie. Agé de 65 ans, le désormais feu Général Robert Sèwadé a eu parcours élogieux tout au long de sa carrière militaire. Il a démarré ses études militaires en 1978 à l’Académie militaire de Moscou en Russie. Puis sa formation en 1987 et 1988 à Moramanga à Madagascar en Application officier de gendarmerie formation et au Centre de perfectionnement des officiers en cours des capitaines à Porto-Novo de 1989 à 1990. Il a bénéficié de stage d’information de commandant de compagnie à Dijon en France en 1993, de cours d’Officier d’Etat-major au Centre d’enseignement supérieur de gendarmerie à Maisons-Alforts à Paris en France en 1995 et d’un stage à l’Ecole de guerre du Collège de défense nationale d’Abuja au Nigeria de 2007 à 2008.

Le Général de brigade Robert Gbondjèho Sèwadé a été Directeur de l’Intelligence et de Sécurité militaire au Ministère de la défense nationale de 2004 à 2006, puis Commandant du groupement régional sud de la Gendarmerie nationale de 2000 à 2004, Directeur de la logistique de la gendarmerie nationale de 1997 à 2000, Commandant de la Compagnie de gendarmerie de Cotonou de 1996 à 1997 et Commandant de la Brigade spéciale de gendarmerie du Port Autonome de Cotonou de 1994 à 1996, sans oublier qu’il a occupé plusieurs autres fonctions par le passé.

Faut-il ajouter que le Gl de brigade Robert Sèwadé a pris le commandement de la Gendarmerie nationale des mains de Cocou Sèmègan le 04 mai 2012 avant de passer lui aussi le témoin à son successeur, le Colonel Nagnimi Awal le 29 juin 2012 avant de faire valoir ses droits à la retraite. Mais avant d’être Directeur général de la gendarmerie nationale, Robert Sèwadé a été Directeur général adjoint de la Gendarmerie nationale du 13 juin 2006 jusqu’à sa nomination. L’illustre disparu est né le 20 septembre 1953 à Ablomey dans l’arrondissement de Gbétoumey dans la commune de Djakotomey.

2 Commentaires

  1. Oui, paix à son âme. Et que Dieu le créateur du ciel et de la terre l’accueille dans son royaume des cieux pour le repos éternel.

    Seulement, ne nous a-t-on pas proclamé que la Gendarmerie nationale n’existe plus Suite à sa Fusion dans la soi-disante Police républicaine? Bande d’andouilles cette équipe de soi-disant “rupture”,

  2. Paix à son âme et sincères condoléances aux familles parentes et alliées du défunt ainsi qu’aux personnel des forces armées du benin

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP saisissez votre nom
SVP, Entrez votre commentaire