Labellisation des OSC du Bénin : pour séparer le bon grain de l’ivraie

Labellisation des OSC du Bénin : pour séparer le bon grain de l’ivraie

L’initiative a été présentée hier mardi 15 mai 2018, au Chant d’oiseau de Cotonou, en présence du conseiller technique juridique du ministre de la justice et de la législation, de la représentante du groupe des partenaires financiers, du directeur de la maison de la société civile, et des dirigeants des Ong et associations reconnues.

Bénin : Les syndicats prennent connaissance des propositions du président du Ces

On retiendra de cette rencontre que le programme de labellisation des organisations de la société civile du Bénin, mettra fin à l’imbroglio observé jusqu’ici, et permettra de distinguer les Osc réelles des aventuriers et autres opportunistes.

Le monde des organisations de la société civile du Bénin, veut donner un coup de pied dans la fourmilière, pour dire non à la cacophonie et aux actes d’opportunisme qui ont fini par jeter le discrédit sur ces structures. Non seulement le nombre d’associations et Ong qui disent agir pour le social est très élevé, mais il y a aussi bien des associations et d’Ong qui n’existent que dans des mallettes, des tiroirs et classeurs. Cette avalanche Organisations ne permettait pas de distinguer les authentiques de celles qui font dans l’imposture.

Sous l’impulsion des partenaires techniques et financiers, la maison de la société civile a donc pris en compte cette observation. Elle a procédé au recrutement d’experts pour l’assister à concevoir un plan de labellisation des organisations de la société civile du Bénin. Il s’agit d’associations et Ong qui œuvrent dans le social. Selon le directeur de la maison de la société civile qui a exposé ce plan de labellisation, cela se passera en deux phases : la phase préparatoire et la phase d’audition.

La première sera la phase au cours de laquelle la maison de la société civile accompagnera les Osc à opérer des mutations devant leur permettre de répondre aux exigences de la labellisation. Ces critères sont de trois ordres, que sont : l’existence légale pour s’assurer que l’Osc demandeuse du label est réellement autorisée par l’administration. La seconde exigence est d’ordre fonctionnel. Ici il sera question d’explorer le fonctionnement de l’Osc, notamment son mode de gouvernance. Enfin, les les activités de l’Osc seront passées au peigne fin, en interrogeant les bénéficiaires de ses services.

Pour ce qui est de la labellisation, elle passera par des étapes, dont la demande d’obtention du label en premier. Une fois la demande introduite, elle sera examinée par le comité national multi-acteurs, qui est constitué : des représentants des Osc, des partenaires techniques et financiers, des personnes ressources et des structures étatiques. Une fois le travail achevé, le dossier sera soumis à l’appréciation de l’unité technique de labellisation.

C’est cette unité qui étudiera le dossier en fonction des exigences du Label, pour décider si l’Osc demandeuse peut recevoir le label ou pas. La labellisation se fera une fois par an, et la validité du label sera de trois ans. Toutes choses que l’assistance dans sa diversité a appréciées. Même le représentant du ministre de la justice, porte-parole du gouvernement, les a félicités. Il a aussi promis que cette initiative noble recevra le soutien du gouvernement. Les représentants des Osc qui se sont exprimés, ont souhaité la réalisation de ces labellisations afin de rendre les Osc plus professionnelles dans leurs structurations et leur fonctionnement. Ils souhaitent à terme que le processus de labellisation des Osc aboutisse à la mise en évidence des vraies Osc et des opportunistes

Commentaires

Commentaires du site 0