Lutte contre la corruption au Bénin: Les plans d’actions des points focaux Sni validés

Lutte contre la corruption au Bénin: Les plans d’actions des points focaux Sni validés

Depuis hier jeudi 17 mai 2018, il se tient à la salle de conférence du Ministère de l'Economie et des Finances (MEF), l’atelier de validation des plans d'actions des points focaux sectoriels du Système national d’intégrité (Sni).

Bénin : « L’impunité retarde la lutte contre la corruption» selon Jean-Baptiste Elias

Initié dans le cadre de la mise en œuvre des activités du Projet «Evaluation du Système National d’Intégrité (SNI) du Bénin», il a été lancé par le directeur de cabinet du Mef, Servais Adjovi, en présence des représentants de l’Union Européenne, de Transparency International et de ses partenaires locaux, Alcrer et Social Watch Bénin.


Le projet d’évaluation du Système national d’intégrité (Sni), est un examen approfondi et holistique de l’état de la lutte contre la corruption au Bénin, qui a permis de mettre à la disposition du gouvernement un plan d’actions et d’installer des points focaux, dans les ministères et diverses institutions publiques. Il est mis en œuvre par Transparency International, avec l’appui technique de ses partenaires locaux que sont l’Ong Alcrer et Social Watch Bénin, et l’appui financier de l’Union Européenne. Et après la formation de ces derniers en septembre 2017 à Grand-Popo, l’atelier qui se tient depuis hier vise à procéder à la validation de leur plan d’action sectoriel, pour une cohérence avec les recommandations prioritaires, générales et spécifiques, contenues dans le plan d’actions du Sni.

Lors de la cérémonie d’ouverture, le directeur exécutif de l’Ong Alcrer et chef de file du consortium des partenaires locaux de Transparency International, Martin Vihoutou Assogba, a salué l’engagement du gouvernement à combattre l’impunité au regard de la transmission de plusieurs dossiers à la justice. Ce qui concourt aux yeux de Martin Assogba, à améliorer le profil d’intégrité du Bénin. Mais, il note toutefois qu’«en dépit de cet engagement gouvernemental, la mise en œuvre des recommandations du SNI n’est pas encore optimale».

Selon lui, les travaux de cet atelier de deux jours vont permettre de disposer d’un document de référence sur le partage des responsabilités entre les institutions, dans la mise en œuvre des réformes préconisées par le plan d’actions. Pour sa part, le directeur de cabinet du Ministère de l’économie et des finances (Mef), Servais Adjovi, s’est réjoui de l’engagement de l’Union Européenne et de la Société civile aux côtés du gouvernement, dans la lutte contre la corruption et l’impunité au Bénin, en faisant observer que « l’action de lutte contre la corruption est une action commune ». Il a ensuite rassuré de l’engagement du gouvernement à œuvrer, afin que le Plan d’action «soit mis en œuvre dans un cadre cohérent, et qu’à la fin on puisse évaluer les résultats obtenus ».

Servais Adjovi a exhorté les points focaux mobilisés, sous la houlette de cinq experts, à l’assiduité afin de bien comprendre le contenu des actions qui sont attendues au regard du rapport et des recommandations issues de l’évaluation du Sni, pour leur mise en œuvre dans les secteurs respectifs

Commentaires

Commentaires du site 0