Plus de 200 arrestations après une opération menée par le Bénin, le Burkina, le Ghana et le Togo

Plus de 200 arrestations après une opération menée par le Bénin, le Burkina, le Ghana et le Togo

Le Bénin a conjointement mené une opération de sécurité avec ses voisins du Burkina, du Ghana et du Togo. A l’issue de cette opération, 202 personnes ont été arrêtées. Plusieurs d’entre eux sont soupçonnés de terrorisme.

Burkina : Diendéré une nouvelle fois dans la tourmente

Cette opération baptisée « Koudalgou » s’est déroulée entre le 15 et le 18 mai 2018 dans les quatre pays. Elle a permis d’interpeller 42 personnes au Bénin, 13 au Ghana, 95 au Togo et 52 au Burkina Faso.

C’est  en tout cas ce qu’on retient du point fait par le chef des opérations Blaise Ouédraogo, le  vendredi soir à Cinkansé, un poste frontalier situé sur le territoire Burkinabé. Au nombre des munitions saisies figurent  « 40 baguettes d’explosifs ». Les soldats ont aussi mis la main sur  des produits de contrebande et 623 motos frauduleuses . Selon le colonel Blaise Ouédraogo,  « au moins deux des personnes interpellées au Burkina » sont soupçonnées de jihadisme.

Il faut noter que l’opération « Koudalgou » a mobilisé 2, 902 agents des forces de défense et de sécurité des pays concernés. Des engins comme les hélicoptères (2) , des véhicules légers et des motos ont aussi été utilisés pendant cette opération.

Le Burkina se réjouit de la réussite de l’opération

Pour le ministre de la sécurité Burkinabé, l’initiative de cette opération de lutte contre le banditisme et la criminalité frontalière a été prise par les chefs d’Etat des quatre pays en 2017 lors d’une rencontre au Ghana.

« Cette coopération sécuritaire multilatérale réussie (…) permet de rassurer et d’assurer une bonne sécurité des populations de la zone frontalière entre nos différents pays » a déclaré clément Sawadogo. qui  assure que l’opération sera rééditée prochainement.

« Nous allons engager les forces de défense des quatre pays à rééditer ce type d’opération afin que nous puissions mutualiser nos moyens, nos expertises et nos capacités pour venir à bout de la grande criminalité et du terrorisme » a-t-il déclaré. Il faut noter que parmi les pays ayant participé à cette opération, seul le Burkina-Faso est victime de terrorisme.

Commentaires

Commentaires du site 15
  • Avatar commentaire
    Sawadogo Hervé Il y a 5 mois

    Les soldats ont un bon rôle pour sécuriser le pays vraiment c’était fantastique bravo à vous !!!!!!!

  • Avatar commentaire
    The Atlantean Il y a 5 mois

    Il faut les emprisonner en jetant les clefs de leurs cellules,
    Bandes de pouris.

  • Avatar commentaire
    Yacouba Il y a 5 mois

    Merci

  • Avatar commentaire
    Qatorz Il y a 5 mois

    mais sur la page on ne voit que les militaires en formation. alors où sont les personnes arrêtez ?

  • Avatar commentaire
    Qatorz Il y a 5 mois

    mais sur la page on ne voit que les militaires en formation. alors les personnes arrêtez ?

  • Avatar commentaire

    NE crié PAS VICTOIRE C’EST TRÈS TÔT parce que LES GENS ONT FE MODE opératoire très FORTE J’AI TRÈS PEUR POUR LA population INNOCENCE 

  • Avatar commentaire
    Donald T. Il y a 5 mois

    ” les engins comme les helicopteres” y a t-il un correcteur au sein de cette redaction????

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 5 mois

    Allez savoir les conditions hunumaines dans lesquelles cette opération c’est déroulée ; certainement des abus au droit de l’homme bafoués à gogo , au nom de quoi , et points de défense pour ces pauvres arrêtés.
    Que le benin fasse attention pour sa coopération, les terroristes pouvant par vengeance cibler le benin

  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon Il y a 5 mois

    Quand on voit le succès de cette opération après celle commune Bénin-Togo, c’est effectivement de l’intensification de ces opérations combinées multilatérale que viendra un niveau acceptable de sécurité.
    A quand le même type d’opération avec le Nigéria pour serrer les pasteurs armés qui viennent faire des cartons sur la population au Bénin à l’occasion des transhumances

  • Avatar commentaire

    C’est tout simplement une opération de sécurisation. Ne dites pas “manœuvre”. Car ce mot définit un exercice d’instruction. C’est une manière de combiner les mouvements de formation. Quand on est en “manœuvre”, on ne procède pas à des interpellations….

  • Avatar commentaire

    C’est tout simplement une opération de sécurisation. Ne dites pas “manœuvre”. Car ce mot définit un exercice d’instruction. C’est une manière de combiner les mouvements de formation. Quand on est en “manœuvre”, on ne procède pas à des interpellations….