Me Sadikou Alao sur le nouveau Code électoral : « Les gens (se sont tirés) une balle dans le pied »

Me Sadikou Alao sur le nouveau Code électoral : « Les gens (se sont tirés) une balle dans le pied »

Me Sadikou Alao était récemment, l’invité de l’émission « Version Originale » de la Télévision Carrefour. Le président de Gerdess Afrique a apprécié la proposition de loi portant code pénal au Bénin ; notamment l’article qui oblige un candidat à résider sur le territoire de façon continue pendant un an, avant les élections.

Congrès extraordinaire de la Renaissance du Bénin : Les impressions de quelques participants

Pour Me Sadikou Alao, « les gens  ont été  un peu  aveugles pour ne pas dire myopes, parce que, à force de vouloir être trop autoritaire et de donner l’impression  de combattre ses adversaires qui fuient le pays pour ne pas être embastillés à cause des poursuites dont l’approximation est connue de tout le monde,  et les priver de pouvoir se présenter à cause des calculs électoraux futurs, ont fini par se tirer une balle dans le pied ».

A en croire, le président de Gerdess Afrique, cet article empêche la diaspora de participer à la   gestion de son pays parce qu’on ne peut pas lui demander d’envoyer son argent pour  financer le développement, et dans le même temps, lui signifier très clairement qu’elle  n’a pas à s’occuper de la façon dont son argent et le pays sont gérés.

Connaissant la mauvaise gouvernance qui caractérise la plupart des pays africains, la diaspora ne mettra plus aucun kopeck dans le pays, pense  Me Alao. L’avocat a par ailleurs affirmé que « cette loi ne passera pas ».

Ne ratez rien de l'actualité People (cliquez ici)

Commentaires

Commentaires du site 11
  • Avatar commentaire
    Romuald Il y a 2 mois

    on ne peut pas prétendre avoir le soutien de la diaspora pour le financement des programmes de bonnes gouvernances et en même temps ne pas permettre à ces derniers d’accompagner la bonne gestion.. il faut que nos députés travaillent pour les beninois où ils sont que de rester dans leur quatre mur à voter une loi de règlement de compte…
    il faut commencer par former nos députés de temps en temps sur les bonnes pratiques de la nation..

  • Avatar commentaire
    Sossou Il y a 2 mois

    Et le mail dans tout ça, c’est qu’il y a des gens qui se disent expert en système électoral comme Clôt. Oli…. qui soutiennent le faux. La fois passée il était sur golfe et d’autres télé hantant vainement et impossiblement de justifier cette loi. Vraiment l’argent peut même faire niaiser certains cadres avec leur petits cendres. C’est dommage

  • Avatar commentaire
    ALLOMANN Il y a 2 mois

    Les interventions de ALAO sont truffées de contradictions. Qu’il se taise un peu si la lucidité lui fait défaut.

    Il prétend que le code empêche des individus obligés de fuir le pays de se présenter aux élections. La logique veut que celui à fui parce qu’il a peur de répondre de ses actes sur le territoire ne puisse pas non plus y venir pour se présenter à  une élection.

    Ensuite, cette disposition n’a  rien à  voir avec la diaspora. En effet, dans tous les codes en vigueur en Afrique, la diaspora est pris en compte avec un quota au Parlement. Il vaut mieux suggérer de telles dispositions  au lieu déblatérer dans le vide..pour ne rien dire..

    • Avatar commentaire

      En quoi c’est gênant que la diaspora puisse participer aux élection?

      Expliquez-nous l’intérêt de cette restriction de droit.

    • Avatar commentaire
      Paul Ahéhénou Il y a 2 mois

      Alloman: qu’est-ce qu’on gagne en excluant des Béninois de la gestion de leur pays, juste parce qu’ils sont à l’extérieur pour une raison ou une autre. Talon s’est exilé plusieurs années, et s’est fait élire. Pourquoi veut-il fermer la voie par laquelle lui est devenu ce qu’il est aujourd’hui? Il n’y a que le cynisme qui puisse expliquer une telle chose.

    • Avatar commentaire
      Tidjani BIO DRAMANE Il y a 2 mois

      vous me faites pitié….

      En ne voyant même pas que Talon lui-même a dû être absent du territoire des mois durant avant de revenir à quelques mois pour finir par devenir president… Je ne veux même pas rappeler qu’une pareille tentative a déjà échoué contre la candidature de Yayi en 2006…

       

      • Avatar commentaire

        Merci Tidjani BD, j’allais ecrire quelque chose de similaire quand je vous ai lu. Vous savez, l’une des choses fondamentales que le Beninois a en exces, c’est la mauvaise foi. Le simple fait d’ecrire ceci le prouve:

        “Il prétend que le code empêche des individus obligés de fuir le pays de se présenter aux élections. La logique veut que celui à fui parce qu’il a peur de répondre de ses actes sur le territoire ne puisse pas non plus y venir pour se présenter à  une élection”.

        Mort de rire…ça ne vous rappelle donc personne? Genre l’individu que vous defendez sans etat d’ame? Tchikoy…

  • Avatar commentaire

    On peut détester..talon…et pourquoi pas…

    J’ai eu à dire…qu’il est cyniquement honnete..

    Il a été clair..nous ferons…désormais la politique..avec rue et rage…en attendant de disparaitre..avec tout notre blé..

    De quoi nous nous plaignons..

    Quand la poudre..a été introduite …dans le tc…de ajavon…par des barbouses…et qui n’ont pas été fins…..on a vait pas compris..

    Quand métognon…est jeté en prison…sous de fausses accusations…on avait pas compris..

    Léhadi,atao…et beaucoup….je pense…qu’on a pas encore compris

     

    Enfin des lois…manifestement anti zinsou…on commence..à comprendre..

    En tout état de cause…on va tout mélanger…on va tout gnangami…dans ce pays…s’il le faut

     

  • Avatar commentaire
    Sadogow Il y a 2 mois

    Si cette loi existait il y a quelques années de cela,est-ce M.Talon serait aujourd’hui le Président qu’il est?

     

    • Avatar commentaire
      Firmin Il y a 2 mois

      Nous devons soulever les montages si cette loi passe . préparons nous a un soulèvement populaire

      • Avatar commentaire
        Firmin Il y a 2 mois

        Nous devons soulever les montagnes si cette loi passe. Préparons nous à un soulèvement populaire.