Bénin : Nous devons retrancher « résidence sans discontinuité » dans le nouveau code électoral, selon A. Bako

Bénin : Nous devons retrancher « résidence sans discontinuité » dans le nouveau code électoral, selon A. Bako

Reçu sur le plateau télévisé de Golfe TV Afrika ce dimanche 24 juin, le député Nassirou Arifari Bako s'est prononcé sur les nouvelles dispositions du code électoral en relecture à l’Assemblée nationale. L’ex  superviseur du comité de supervision de la liste électoral, actuel Cos-Lepi a demandé expressément le retrait du groupe de mots « Résidence sans discontinuité » introduit dans le nouveau code électoral.

Contrat par voie électronique au Bénin : Les députés planchent sur les conditions de rétractation

Le député Nassirou Arifari Bako, invité sur le plateau de l’émission télévisée ‘’La  Grande contradiction’’  sur Golfe TV s’est exprimé sur la réforme du nouveau code électoral. Face à ses vis-à-vis qui représentent sur le plateau l’opposition politique,  il a reconnu la nécessité de ne pas exclure la diaspora du jeu électoral. Pour l’He Arifari Bako, les inquiétudes quant à l’exclusion du jeu électoral au regard des nouvelles dispositions introduites dans le code à savoir le quitus fiscal et le critère de résidence sans interruption sont légitimes. Il pense que tous les citoyens doivent être traités sur les mêmes pieds d’égalité.

« Les dispositions relatives par exemple au critère de résidence, je pense qu’il y a nécessité d’assouplir sa dimension de résidence sans interruption, sans discontinuité. Je pense qu’ensemble nous devons retrancher ce bout de phrase » a déclaré Arifari Bako avant d’ajouter « nous y veillerons ensemble ; c’est un combat commun et collectif. Nous le mènerons ensemble ».

Il a, au cours de l’émission, soutenu la nécessité de supprimer le comité de supervision de la liste électorale et plaidé pour la révision des modalités de délivrance du quitus fiscal afin de garantir les mêmes chances a tous les béninois de prendre part aux différence échéances électorales.

Il a par la même occasion invité toutes la classe politique à se faire confiance mutuellement pour la consolidation de la démocratie.

Commentaires

Commentaires du site 9
  • Avatar commentaire

    Au moins, lui il a compris les préoccupations réelles du peuple même si nous restons vigilants pour ne pas tomber dans leur ruse. Il veut se faire une publicité électorale en adoptant cette position, on le lui concède. Mais attention pour le Cos-Lépi, il n’a rien à nous apprendre. Qu’il fasse d’abord son examen de conscience.
     

    • Avatar commentaire

      Encore..faut il avoir..une conscience…avant de penser à son examen..!!!

      Karl…dis moi…qui parmi nos dits hommes politiques…a une conscience..

      En vérité..nos critiquons gbada..pour son inconstance…politique…mais en vérité..ils sont tous pareils..

      sans yayi boni…qui a été naif..et populiste…qui allait entendre parler…de tous ces guss guss..qui se prennent pour hommes..politiques…

      meme son propre neveu..devenu riche..pour avoir été intendant du palais…et qui est à l’origine de la brouille entre yayi et..chabi sika…l’a trahi..

      La nature…qui est une manifestation…de dieu..est toujours juste

  • Avatar commentaire

    Moi je suis d’avis qu’on doit supprimer tout ce qui doit empecher nos compatiotes de l’extérieur de participer aux élections.Mais en revanche, on ne doit pas permettre à des délinquant fiscaux de se présenter à quelques élections que ce soit. Vous voulez jouir des privilèges d’un Etat,un Etat qui vous ouvre les portes du monde et vous êtes impacables d’être en règle vis à vis du fisc,la criminalité financière etc… .Et parlant de discrimination, il y en a toujours. Quand on dit qu’après 70 ans vous n’êtes plus elligible pour les présidentielles, c’est une discrimination car il y a des gens après 70 ans qui sont jeunes de corps et d’esprit,quand il faut avoir 40 c’est une discrimination car aux âmes bien nées la valeur n’attent point le nombre d’années et Houngbédji nous le prouve en étant magistrat à 25ans.Donc on maintient le quitus fiscal et rendre les conditions de son obtention rigide

    • Avatar commentaire
      GbetoMagnon Il y a 5 mois

      “…suis d’avis qu’on doit supprimer tout ce qui empêche l’extérieur de participer aux élections.” Je pense aussi. Surtout s’agissant de la représentation parlementaire.

      Pour le reste tant pour ceux vivant au bénin que ceux vivant à l’extérieur, un extrait de casier judiciaire devient un impératif. Ce sera un moyen de faire une purge en douceur.

  • Avatar commentaire
    Agbako Il y a 5 mois

    Très dangereux de viser une personne à travers une loi qu’on élabore pour toute une nation. L’arroseur d’aujourd’hui peut, sans coup férir, être l’arrosé de demain. Attention!

  • Avatar commentaire
    HOUENOU S Bernard Il y a 5 mois

    ce n’est qu’une proposition de loi. il est demandé aux uns et aux autres de faire des propositions pour son amélioration. cessons de critiquer pour critiquer

  • Avatar commentaire
    SONAGNON Il y a 5 mois

    Est ce que nos députés sont sont sérieux????

    Donc la dé.linquance fiscale est le seul mal de la classe politique béninoise???

    Et la criminalité financière qui est le plus grand mal qui empêche notre pays d’avancer???

    Si c’est seulement la dé.linquance fiscale qui préoccupe nos députés, nous comprenons très bien qu’il y a un homme qu’on vise. Pourquoi les députés ne veulent pas faire un travail correcte en incluant toutes les formes de criminalités dans le code pour empêcher, afin que nous ayons des dirigeants au dessus de tout soupçon???

  • Avatar commentaire
    Boladji Il y a 5 mois

    Non pas retrancher, mais retirer tout simplement ces vilains articles qui ne jouent pas en faveur de la cohésion nationale.