Affaire Benalla en France : après Collomb, l’opposition cible Macron

Affaire Benalla en France : après Collomb, l’opposition cible Macron

Gérard Collomb, le ministre de l’intérieur français était face à la commission des lois de l’assemblée nationale ce matin pour dire sa part de vérité dans l’affaire Benalla. Mais ses explications n’ont pas convaincu les députés de l’opposition qui demandent des comptes à Emmanuel Macron.

Lionel Zinsou : l’élection de Macron est une très bonne nouvelle pour la France, l’UE et l’Afrique

En effet, le ministre de l’intérieur a tenté de se tirer d’affaire devant les députés. Il a affirmé que la préfecture de police et le cabinet du président étaient au courant des agissements du mis en cause. Pour lui, c’est à eux d’agir. Il ne lui revient pas de saisir la justice dans le cas présent. On lui reprochait en effet de n’avoir pas agi quand il a été informé des infractions à la loi d’Alexandre Benalla.

Après les propos du ministre, l’opposition a ouvert la vanne des critiques. C’est d’abord la présidente du Rassemblement national qui s’est fait entendre. Pour Marine Le Pen, « c’est l’Elysée qui doit apporter une explication, plus peut-être que le ministre de l’Intérieur ». Son ancien “Lieutenant” Florian Philippot, aujourd’hui président des “Patriotes”,  demande à l’Elysée de sortir de son mutisme. Nicolas Dupont Aignan, le candidat malheureux à la dernière présidentielle, pense quant à lui, qu’il s’agit de l’affaire Macron. Une affaire qui « traduit un sentiment de surpuissance à l’Elysée » de son point de vue. Olivier Faure, le premier secrétaire du Parti Socialiste a appelé le chef de l’Etat à s’expliquer comme Florian Philippot.

Pour rappel, Alexandre Benalla avait violenté des manifestants le premier mai dernier. Son forfait a été révélé par le journal le Monde le 18 juillet 2018 donnant ainsi un coup de pied dans la fourmilière de l’Elysée. En effet, Benalla était un proche de Emmanuel Macron.

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    Sonagnon Il y a 5 mois

    Quand j’observe la pression qui s’exerce sur les plus hautes autorités pour une affaire sans grande importance dans nos pays africains, je me demande quand allons arriver à ce niveau d’exigence vis vis de nos dirigeants ?

    Il y a pire chez nous, et on n’a même pas le droit d’évoquer!!!

    Il y bien sûr une différence entre un pays démocratique, et ceux qui disent qu’ils font la démocratie. Car la démocratie C’est dans les faits.