Bénin : « La cour des comptes ne peut pas être un appendice du gouvernement », selon C. Djankaki

Bénin : « La cour des comptes ne peut pas être un appendice du gouvernement », selon C. Djankaki

Le débat sur le référendum s’enfle et les points de vue divergent  d’un acteur à l’autre. Claude Djankaki se montre austère sur la question de la création de la cour des comptes et son fonctionnement. Sur le plateau de  ‘’90 minutes pour convaincre‘’ ce dimanche sur  la radio nationale il déclare que cette cour ne doit pas être un  instrument du pouvoir exécutif.

Monsieur le Président (suite)

Administrateur des finances à la retraite et ancien secrétaire général chargé de la coopération inter parlementaire à l’assemblée nationale, l’invité de Henry N’dah Sekou et Cécile Goudou-Kpangon a lâché au détours d’une question sur les obstacles à la tenue du référendum que la création de la cour des comptes telle qu’elle est prévue dans l’amendement constitutionnel est inappropriée.

« … Sur la cour des comptes, d’abord  il  y a le partenariat public-privé ( qui est mis en œuvre au Bénin)  et aujourd’hui la cour des comptes va être  constitutionnalisée et de quelle manière ? Et cette cour  va juger de la sincérité des dépenses!» s’étonne Djankaki qui conclut

«Cette cour ne peut pas être un appendice du gouvernement. Mêmes les financiers sont inquiets… » a fait savoir Claude Djankaki.

Il recommande que toute action de nature à activer la suspicion dans l’opinion publique sur le référendum soit évitée notamment la création de tous azimuts des mouvements politiques qui prônent dix ans au pouvoir pour le chef de l’Etat Patrice Talon.

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    Sauce piment Il y a 1 mois

    Les aines me font rire . Que notre savant nous propose la formule idéale; il ne sert a rien de critique sans pouvoir donner une proposition concrete§