Bénin : Les observations de Djènontin et Atchadé sur les 4 points de l’amendement constitutionnel

Bénin : Les observations de Djènontin et Atchadé sur les 4 points de l’amendement constitutionnel

Au cours de la conférence de presse donnée ce samedi 14 juillet au siège des Fcbe à Cotonou, les deux panélistes sont revenus sur les 4 points qui constituaient le projet d'amendement de la constitution. Ils y ont relevé des insuffisances et des non-dits qui ont justifié leur rejet de cet amendement.

Bénin : Le projet d’amendement constitutionnel sera soumis au référendum

Sur la peine de mort les deux cadres n’ont pas réellement vu un objet de contestation. Ils ont toutefois, fait remarquer sans l’avoir constitutionnalisée, la peine de mort n’est plus depuis l avènement de la démocratie exécutée au Bénin. Sur la création de la Cour des comptes, les deux députés et cadres des Fcbe y voient une probable instrumentalisation de ladite cour. Ils ont expliqué que la suppression de la cour d’assise jugée onéreuse et par ailleurs la création de la cour spéciale chargée des infractions économiques et le terrorisme, devrait servir de paravent pour faire dire des choses à cette cour comme c’est le cas avec l’autre cour et mettre en branle la machine d’acharnement contre les leaders de l opposition.

Mais le véritable curiosité réside dans le fait que cette cour qui a d’abord pour mission de contrôler la dépense publique aura son président et ses conseillers nommés par le chef de l’État. C’est pour cela qu’ils y voient plus du bleuf que du sérieux. A propos de la supposée promotion de la femme, les deux députés ont dénoncé une opération ingénieuse d’escroquerie politique. Ils démontrent en effet, que la prétendue promotion ne porte que sur l’entrée de 24 femmes au parlement.

Cette promotion ne vise pas à insérer aussi la femme dans les exécutifs communaux et surtout dans le gouvernement et les fonctions administratives et des postes consulaires et diplomatiques. Ils ont expliqué que les auteurs de l amendement au lieu de proposer de retoucher l article 26 de la constitution ont plutôt proposé de retoucher l article 81. Ils ont demandé de comparer entre la gouvernance de Yayi et la rupture celle qui promeut réellement la femme. Ils ont rappelé que les femmes représentaient jusqu’à 33% sous le régime Yayi. Que c’est pour promouvoir la femme que Yayi avait créé des micro-crédits au profit des femmes, la gratuité de la césarienne et la gratuité de la semaine à scolarité des filles.

Ils ont expliqué que les femmes elles-mêmes connaissent ceux qui ont œuvré réellement à leur promotion et ceux qui s investissent à leur rendre la vie difficile en les chassant avec brutalité et cruauté de la voie publique où elles gagnaient des petits sous pour envoyer leurs enfants à l école. Pour l’alignement des élections, les deux députés Fcbe affirment que l’idée avancée selon laquelle cela permettra de faire des économies à l Etat n’est pas prouvée. Par ailleurs, il cite l’article 42 nouveau de cet amendement qui dispose que: “ l’élection du président de la république est organisée de façon groupée avec l’élection des députés à l Assemblée nationale”. Ils citent par ailleurs, l article 156, bis. 1 qui dispose en termes de mesure transitoire que les députés seront élus pour un mandat de 7 ans les élections législatives de 2019 pour l’organisation des élections groupées en 2026.

Une disposition qui montre clairement que les élections présidentielles de 2021 selon ce texte d’amendement n auront pas lieu. Donnant ainsi raison au député de la majorité parlementaire qui a déclaré en toute assurance que le président actuel fera douze ans au pouvoir soit son mandat actuel de cinq ans en plus de sept autres années.

Ne ratez rien de l'actualité People (cliquez ici)

Commentaires

Commentaires du site 7
  • Avatar commentaire
    SONAGNON Il y a 1 mois

    ALLOMANN, a la chance que deux de mes commentaires sont bloqués, si non, il prendra conscience de son ignorance  sur certaines questions ici. Je l’invite tout simplement à lire d’abord les directives de l’UEMOA sur l’institution de la cour des comptes dans les Etats membres avant de se mettre à insulter.

  • Avatar commentaire
    ALLOMANN Il y a 1 mois

    @Sonagnon, comme d’habitude, vous vous jetez, comme un chien affamé à la vue d’un os, sur cet argumentaire spécieux, à savoir que la nomination du Président la Cour des Comptes enlève toute indépendance à cette institution . Si vous aviez pris la peine de vous renseigner, vous n’auriez pas émis  cette opinion affligeante qui reprend les propos de ces députés illettrés. Car , comme vous l’ignorez, les statuts de la Cour des Comptes est un statut communautaire que le Benin ne peut modifier et qui confère inamovibilté et indépendance aux membres de la Cour. Prenez la peine de vous informer, Si non vous ferez toujours l’idiot ….

    • Avatar commentaire
      Amaury Il y a 1 mois

      @Allomann,

      C’est plutôt vous qui mélangez technique et politique. On peut débattre intellectuellement sans parti pris.

      Le Président de la CC n’est-il pas élu et inamovible et pourtant que constatons-nous ?

      Dites moi en quoi le statut communautaire assure à cet organe l’indépendance nécessaire ?

      Dites moi en quoi mettre la Cour des comptes dans la constitution est une gage du respect de ses décisions ? Je vous rappelle que la HAAC, le CES et la CC  sont dans la constitution et pourtant !

      Laissons la politique de côté et discutons sérieusement entre intellectuels SVP.

      • Avatar commentaire
        SONAGNON Il y a 1 mois

        Les statuts de la cour des comptes relèvent de la souveraineté des Etats, la seule chose demandée c’est institution d’une cour des comptes dans chaque Etat .

        Et chaque pays souverain, organise ses institutions, suivant ses spécificités. C’est ce que ce donneur de leçon ne sait pas.

  • Avatar commentaire
    SONAGNON Il y a 1 mois

    Comment c’est le Chef de l’Etat qui va nommer les personnalités chargées de contrôler les dépenses publiques dans une cour????

    Il a déjà l’inspection des finances, la justice doit être complètement indépendantes de l’exécutif !!!

    Encore un organe de contre pouvoir de plus à la solde de Patrice TALON!!!

    Un pays pays où personne n’est propre, il faut tout simplement laisser les professionnels se désigner pour qu’ils fassent le travail professionnel qu’on peut attendre d’eux.

    Dans ces conditions, cette cour ne pourra pas combler les attentes, c’est un mauvais travail, il faut tout simplement mettre ça à la poubelle, et organiser un forum des acteurs politiques, de la société civile et des personnes ressources, pour produire un travail irréprochable.

    La volonté de tout contrôler, va tout détruire dans le pays, sous Patrice TALON. Il cherche à tout mettre sous contrôle, car il sait que tôt ou tard, il sera poursuivi, et avec l’aide de HOUNGBEDJI, DJOGBENOU et AMOUSSOU, ils prennent des mesures préventives. Ce n’est plus une démocratie. Mais on ne les laissera pas faire si facilement.

    • Avatar commentaire
      Le Patriote Il y a 1 mois

      En dehors du fait que la cour des comptes relève d’une adhésion communautaire, que nous apporté le séminaire qui a réuni

      les acteurs politiques
      la société civile
      les personnes ressources (les universitaires) ?

      J’ai l’impression que nous n’avons pas encore fini de faire du surplace.

  • Avatar commentaire

    Ce monsieur est tout simplement frustré!