Bénin – Représentativité des femmes à l’hémicycle : Le débat n’a pas évolué en 10 ans selon Me. Gbèdo

Bénin – Représentativité des femmes à l’hémicycle : Le débat n’a pas évolué en 10 ans selon Me. GbèdoPhoto : DR / Facebook

Reçue sur le plateau de l’émission matinale 5/7 Matin sur la télévision nationale, Me Marie-Elise Gbèdo, ancienne garde des sceaux n’a pas caché son d

Sinistrés de Dantokpa : Le gouvernement invité à la barre pour s’expliquer

Reçue sur le plateau de l’émission matinale 5/7 Matin sur la télévision nationale, Me Marie-Elise Gbèdo, ancienne garde des sceaux n’a pas caché son désaccord sur la proposition de l’amendement constitutionnel en son point relatif à la représentativité des femmes. Dans un langage direct et sec, l’ancienne garde sceaux et plusieurs fois candidate aux élections présidentielles n’a pas caché son désaccord sur le contenu de l’amendement constitutionnel dans son article relatif à la représentativité des femmes à l’hémicycle. En huit (8) ans, selon elle le parlement n’a pas  fait des progrès sur la question.

« Je ne suis pas satisfaite de la proposition qui est faite aujourd’hui. On a 8% de femmes à l’Assemblée nationale. La proposition c’est pour aller seulement à 17%. Alors que dans ce pays ils ont proposé en 2010 une loi sur la représentativité des femmes  de 20% et la cour constitutionnelle avait trouvé à l’époque que c’était discriminatoire. Mais aujourd’hui ils ont proposé 17% seulement » se désole Me Gbèdo.

A en croire ses propos, les autres pays de la sous région dont le Sénégal et le Niger ont fait des progrès sur la question. Elle a constaté que la classe politique a cramponné la proposition seulement à l’hémicycle et propose qu’on l’étende aux autres institutions ou organes d’Etat.

«Pourquoi cramponner ça à l’assemblée nationale tout seul ? Pourquoi n’est-elle pas plus large ? Six préfecture on a deux 2 femmes aujourd’hui avec 12 on a un seule. Ce n’est pas suffisant. Je ne suis pas contre le principe mais il faut qu’ils aillent revoir leurs copies leurs copies » lâché l’ancienne ministre de la justice

Commentaires

Commentaires du site 11
  • Avatar commentaire
    Olyver Il y a 3 mois

    et c’est sur cette dame en photo que vous comptez pour faire avancer les débats….

     

    • Avatar commentaire

      Nous avons toujours..un probleme de représentation..et que fausse le principe démocratique..

      En quoi…ces femmes “akowé….dont la légitimité se repose…sur les médias….sont plus aptes à défendre..les femmes..plus que ma mère..ou la mère de tout un chacun de nous….?

      Il me parait…qu’on confond une forme d’escroquerie…intellectuelle..et de représentation..avec le combat légitime des femmes

      • Avatar commentaire

        rester..dans les couloirs climatisés des pouvoirs…à cotonou..

        Rouler les r…dans une posture…de je sais tout.

        Etre sous les rampes médiatiques..ne confèrent nullement…le titre de représente des femmes du benin

        Dans nos communes,arrondissements..il y a des femmes…certes semi illétrées….qui peuvent valablement défendre les femmes…puisque donc..elle vivent au plus prés des réalités…de 99% des femmes

        Je n’aime pas…l’élitisme….médiatique…c’est connu..

  • Avatar commentaire
    HOUENOUVI Il y a 3 mois

    Justement l’augmentation des postes ministériels permettra de réformer toutes ces lois qui èsclavagisent les béninoises. Il est temps de considérer les femmes au sein de la société béninoise comme ayant les mêmes droits que les hommes.

    • Avatar commentaire
      GbetoMagnon Il y a 3 mois

      L’essentiel d’abord. Cette histoire de parité est un leurre pour faire avaler la réforme constitutionnelle à l’opinion publique en cachant ses vrais desseins.

      Ce ne sont pas les lois qui font la société, c’est la société qui fait les lois. La société béninoise est machiste, féodale et patriarcale jusqu’à la caricature. Ce ne sont pas les diseurs et quelques politicien(ne)s qui changeront les choses surtout lorsqu’on voit les exemples qu’ils (elles) donnent et le peu de temps qu’ils (elles) consacrent aux béninois de la condition desquel(les) ils ont pu s’échapper.

       

       

  • Avatar commentaire
    janvier Dossou ALLALE Il y a 3 mois

    C’est une réalité absolue que vous avez souligné maman.Il est temps qu’on sente les femmes dans tous les coins

  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon Il y a 3 mois

    Il n’est pas besoin d’injonction constitutionnelle pour ça. Il y a d’autres combat plus urgents et plus vitaux.

    Par exemple, l’appui de la justice aux femmes en matière de succession sur le patrimoine du couple lorsque le mari décède. La veuve voit souvent à la campagne et en ville, les frères appuyés par l’administration, débouler pour la dépouiller ainsi que les enfants du défunt du patrimoine  du couple (champs, maison, pension, …).

    J’ai même vu un cas dans lequel cette spoliation était faite en dépit des dispositions testamentaires du défunt, visées par notaire !!

     A mon avis, c’est de ça qu’il faut s’occuper au lieu de battre le rappel pour quelques postes politiques. Même si je considère que ce combat est juste.

    • Avatar commentaire
      GbetoMagnon Il y a 3 mois

      “D’autres COMBATS..”

    • Avatar commentaire

      Ton post soulève..une problématique..triste et réelle…mais pas seulement au benin

      • Avatar commentaire

        Gbeto…

        Le problème…que tu as soulevé..n’est pas aussi basique,trivial…que tu le crois..

        le sort des femmes veuves (et pourquoi pas des hommes veufs) et leurs enfants…tient plus de la sociologie,des us et coutumes..sédimentés..par le temps…dans lequel…l’homme appartient plus à son clan,à sa tribut….et que les liens..de mariage…ne peuvent en aucun cas…surplanter..

        il y a à travers le monde et les civilisations…ce meme phénomène…

  • Avatar commentaire
    Attakun Il y a 3 mois

    Maerci maman tu aimes la vérité 12prefecture une seule femme combien de poste ministériel combien de femmes paraport les hommes les benonois n’est pas nougrounuïlle nous ne sommes pas bête on est très intelligent on connait là où il s’en va . c’est impossible sa ne peut pas marcher .