Bénin : Sylvain Akindès passe à la loupe la proposition d’amendement constitutionnelle

Bénin : Sylvain Akindès passe à la loupe la proposition d’amendement constitutionnelle

Comme tous les béninois l’ancien ministre Sylvain Akindes a son point de vue sur la proposition d’amendement constitutionnelle. Dans un post publié sur sa page facebook, il opine sur les points soumis à amendement.

Amendement de la constitution : La minorité parlementaire contraint les initiateurs à interroger le peuple

L’ancien ministre du régime Kérékou s’est attaqué d’entrée au texte sur la promotion des femmes. Pour lui, les députés de la majorité parlementaire n’ont pas besoin d’un texte pour « promouvoir la gente féminine » . Il faut juste que « chacun des regroupements imposés par le Chef de l’Etat, laisse des places éligibles aux femmes ».Penser qu’il faut prendre une loi pour promouvoir les femmes, c’est douter de l’intelligence de celles-ci. Ce qui est hors de l’entendement selon M Akindes.

S’agissant de la Cour des comptes, l’ancien ministre se demande si  l’actuelle  Chambre des comptes n’est pas techniquement et juridiquement outillée pour jouer son rôle. Il reconnaît cependant  que le Bénin a signé des conventions pour créer cette Cour.

« Mais, les représentants (du Bénin) avaient-ils le droit d’en décider contre le contenu de la constitution béninoise ? La question principale ne devrait-elle pas être d’interdire de prendre des engagements contre le contenu de la Constitution et d’inventer un processus pour s’adapter à des obligations de ce genre ? » s’interroge M Akindes.

En ce qui concerne le couplage des élections, l’ancien ministre pense que les arguments sont pertinents mais il faut aussi comprendre les députés qui ont voté contre, poursuit l’ancien ministre . Pour lui, l’atmosphère de chasse aux sorcières qui est devenue la règle sous ce régime peut justifier leurs comportements.

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    aviti segbegnon Il y a 5 mois

    Ses propos relèvent du bon sens.