La procédure de dénucléarisation de la Corée du nord a-t-elle du plomb dans l’aile? C’est en tout cas la question que l’on se pose après la visite tant attendue de Mike Pompeo, le chef de la diplomatie américaine en Corée du nord.La visite du ministre des affaires étrangères Mike Pompeo en Corée du Nord ne semble pas avoir l’effet escompté. En effet, M. Pompeo visitait la Corée du Nord pour discuter d’un plan de dénucléarisation conformément aux engagements pris entre le président américain Donald Trump et son homologue nord-coréen, Kim Jong-Un. Tout d’aborrd l’envoyé spécial du président américain n’a pas cette fois-ci pu rencontrer le leader nord-coréen, mais uniquement son homologue, Kim Yong-chol.

Une visite qui n’a pas été très productive, à en croire la déclaration de la partie nord-coréenne. Alors que M. Pompeo parlait d’échanges productifs, son homologue lui dénonçait des demandes avides des USA« (…) nous avons fait des progrès sur presque toutes les questions centrales, sur certaines beaucoup de progrès, sur d’autres il y a encore du travail à fournir » affirmait M. Pompeo avant son départ.

« L’attitude américaine et les positions prises lors des discussions à haut niveau vendredi et samedi étaient extrêmement regrettables (…) Nous étions partis du principe que la partie américaine allait venir avec une idée constructive, en pensant que nous pourrions en tirer quelque chose en retour (…) Mais, après ces discussions de haut niveau, la confiance entre la République populaire démocratique de Corée et les Etats-Unis est confrontée à une situation dangereuse, où notre volonté d’arriver à une dénucléarisation, qui a été ferme et solide, pourrait s’émousser. »  a affirmé M. Yong-chol.

De quoi remettre en cause la décision de dénucléarisation? Peut-être pas! Mais de quoi affirmer que les choses ne seront pas aussi simples qu’on l’avait annoncé.

3 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom