En quelques heures, Donald Trump attaque à deux reprises Barack Obama

En quelques heures, Donald Trump attaque à deux reprises Barack Obama

Le président américain Donald Trump n'a pas forcément une très bonne relation avec son prédecesseur. C'est bien connu. Mais il est rare de le voir l'attaquer autant en si peu de temps.

Décision de Trump sur l’accord de Paris : réactions d’Obama et Hollande

Même en déplacement, Donald Trump n’oublie pas son prédecesseur qu’il accuse d’avoir mal géré certains dossiers. Lors du dernier sommet de l’OTAN, le président Trump a critiqué son prédecesseur, cette fois-ci sur le dossier russe. Pour lui, Barack Obama est responsable de la tournure des événements dans le dossier de la Crimée qui est passée de la Coupole de l’Ukraine à celle de la Russie suite au changement de régime: «Je ne pense pas qu’il (ndlr: Vladimir Poutine) l’aurait fait si j’avais été Président. Il a rattaché la Crimée sous la présidence d’Obama (…) C’est un désastre signé Obama.» a-t-il dégainé.

Mais ce 14 juillet, le président est revenu à la charge son prédecesseur sur un autre dossier. Pour rappel, douze membres des services de renseignement russes ont été inculpés vendredi par un grand jury américain dans l’affaire du piratage des systèmes informatiques d’Hillary Clinton. Certains démocrates ont immédiatement appelé le président Trump à annuler sa rencontre avec Vladimir Poutine. Une demande rejetée par la Maison-Blanche. Abordant le sujet ce samedi 14 juillet, Donald Trump a directement pointé du doigt son prédecesseur, Barack Obama :

L’histoire que vous avez entendue sur les 12 agents russes s’est déroulée sous l’administration Obama, et non l’administration Trump. Pourquoi n’ont-ils rien fait? Surtout lorsqu’on sait que le président Obama a été avertit par le FBI en Septembre avant l’élection (ndlr : présidentielle) ?” s’est questionné Donald Trump. Pour l’heure, le président Obama n’a eu aucune réaction sur le sujet. Il convient également de rappeler qu’il n’a pas pour habitude de répondre aux attaques de son successeur.

Commentaires

Commentaires du site 0