Expulsion des migrants : le Canada a une nouvelle méthode

Expulsion des migrants : le Canada a une nouvelle méthodeUn membre de la Gendarmerie royale canadienne à un poste frontière avec des migrants haïtiens. Photo : Charles Krupa/AP

Au Canada, les autorités ont décidé d'utiliser l'ADN et la généalogie afin d'avoir plus de renseignements concernant l'origine et la nationalité d'une personne entrée illégalement. Une méthode remise en question.

Europe : vague d’immigration sans précédent des Français vers le Québec

Le Canada utilise depuis quelques années déjà, un drôle de système visant à faciliter l’expulsion des migrants entrés de manière illégale sur son sol : l’ADN et la généalogie. En effet, dans les cas les plus extrêmes, lorsque les autorités n’ont plus de recours dans le cadre de leur enquête, celles-ci utilisent donc la science afin d’établir la nationalité de la personne placée en rétention. En 2011 par exemple, un homme a présenté un faux passeport français avant de finalement se présenter comme étant Guinéen.

Problème, au moment de son extradition en 2013, celui-ci s’est vu refuser l’accès au pays. Les autorités canadiennes ont donc dû persévérer dans leur enquête afin de découvrir la vérité. Dans son sac, l’étude poussée mise en place par le Canada aura permis de découvrir que ce jeune homme s’appelait Bakaba Touray et qu’il était vraisemblablement Gambien.

Une méthode remise en question

Un procédé qui a du mal à passer. En effet, si officiellement tout se fait avec l’accord du ressortissant concerné, d’autres, comme Jared Will, avocat à Toronto, émettent certains doutes. Selon lui, l’ASFC, l’organisme en charge de cette étude, n’hésitent pas à accuser les ressortissants visés de non-coopération avec les autorités en cas de refus. Ce refus de coopérer est ensuite utilisé afin de mettre la pression sur ses hommes et femmes qui restent donc plus longtemps en détention. Second point soulevé par les spécialistes, celui de l’origine ethnique. En effet, l’origine d’une personne ne veut pas dire nationalité, il ne faut donc pas lier les deux.

Une affaire qui intervient alors que le Canada est touché de plein fouet par une vague migratoire venue tout droit des États-Unis. En effet, depuis l’arrivée du président Trump au pouvoir, ils sont près de 30,000 à avoir fui direction le Canada. Face à la politique migratoire difficile du président Trump, ceux-ci ont peur d’être forcés à rentrer chez eux et voient au Canada, une terre capable de les accueillir.

Commentaires

Commentaires du site 2
  • Avatar commentaire
    Tchité Il y a 5 mois

    Le phenomene de la migration est aussi vieux que le monde. Il n’y a que les hypocrites qui ne voient pas cette realite’.

    • Avatar commentaire

      C’est vrai, sauf qu’aujourd’hui c’est à sens unique et que les proportions du phénomène font que ça devient ingérable.