Japon : exécution des terroristes de 1995

Japon : exécution des terroristes de 1995Shoko Asahara

Le terrorisme n’est pas un fait nouveau. Bien avant L’EI, Al Quaida et ses nombreuses ramifications, Boko Haram, d’autres organisations ténébreuses ont fait régner la terreur et commis des attentats ignobles partout dans le monde.

Coupe du monde : le Sénégal porte plainte contre le Japon

Au nombre de ces organisations il y a la secte Aum qui était dirigé par Shoko Asahara et qui a sévit au Japon dans les années 80 et 90. Cette secte s’est révélée au monde par sa cruauté, lorsqu’en 1995 elle a commis un attentat terroriste à Tokyo. La technique d’Aum fut radicalement différentes des méthodes qu’utilisent les organisations terroristes actuelles. Pas d’attentats à la bombe, pas d’utilisations de kamikazes. La secte japonaise s’est distinguée en tuant scientifiquement. En effet, l’organisation de Shoko Asahara utilisa du gaz Sarin pour attaquer la capitale nippone. Tout simplement terrifiant.

L’utilisation de ce gaz mortel na pas commencé avec la guerre qui fait actuellement rage en Syrie mais bien avant. Quand on connaît les effets dévastateurs de ce gaz, nul doute que Shoko Asahara voulait tuer un maximum de personnes.

Chose surprenante, il faut noter que la secte comptait en son sein de nombreux disciples, et le chef Shoko Asahara maniait avec perfection l’art de l’embrigadement. Il s’appuyait sur les déceptions, les frustrations et les peurs pour avoir un maximum de fidèles. A l’heure actuelle les chefs terroristes utilisent la même technique pour embrigader leurs troupes. Comme quoi il suffit de peu de choses pour se radicaliser.

L’Etat Islamiqueet ses organisations secondaires misent sur la peur, la frustration, la colère des gens vis-à-vis de leur société pour mener à bien leurs sombres desseins. A l’heure ou plusieurs pays du monde cherchent des moyens pour lutter efficacement contre le terrorisme, ces groupes ne font que prendre de l’ampleur car le nombre de déçus ne fait qu’augmenter.

Nos Etats doivent comprendre que la réponse face au terrorisme n’est pas qu’une question militaire. Nous devons réfléchir autrement et certains l’ont compris comme le président Français Emmanuel Macron qui disait ceci : «  Notre réponse au terrorisme doit être à la fois sécuritaire, économique, culturel, social, éducative »

Nous avons donc un long chemin à parcourir car la réponse devra être collective. En attendant Shoko  Asahara et des membres de sa secte qui étaient déjà condamnés a mort ont été exécutés ce matin vendredi 6 juillet

Commentaires

Commentaires du site 0