Bénin : Le glyphosate n’a jamais tué des gens, selon le ministre Dossouhoui

Bénin : Le glyphosate n’a jamais tué des gens, selon le ministre Dossouhoui

Le ministre de l’agriculture a fait une sortie médiatique cette après-midi pour se prononcer sur la polémique concernant le glyphosate. Gaston Dossouhoui a indiqué que le produit n’a aucun impact sur l’environnement et sur la santé des populations. Des déclarations qui contrastent avec celles de certains experts qui se sont exprimés sur le sujet

Parakou / Contrôle inopiné de l’Anm à l’usine Sodeco 2 : Le pont bascule n’est pas défaillant

D’entrée de jeu, le ministre Gaston Dossouhoui a fait savoir que tout produit phytopharmaceutique est régie par une loi au Bénin. Cette loi recommande que tout importateur de ce produit soit agréé. Mieux,avant tout utilisation , le produit est d’abord homologué par le comité national de l’agrément des pesticides . Ce comité tient compte de l’écotoxicité du produit, de sa toxicologie, son impact sur l’environnement, son efficacité biologique et les limites maximales de résidus. A l’en croire, c’est justement là que la problématique se pose.

« Le produit n’attaque que l’herbe, il n’attaque pas le sol ni les éléments organiques qui sont dans le sol et qui assurent sa vie »  s’exclame le ministre. Il indique par ailleurs que les produits phytopharmaceutiques sont classés en cinq catégories par l’Oms. Selon lui, la formulation de glyphosate utilisée au Bénin est le Killer 288 SL et ce dernier appartient à la troisième catégorie, la catégorie des produits peu dangereux.

Il fait aussi savoir que le glyphosate s’utilise depuis un bon bout de temps et  « ça n’a jamais fait  des hécatombes, ça n’a jamais créé des cancers connus, ça n’a jamais tué les gens ». Il ne créé aucun dégât sur l’environnement ni sur la santé des populations. De plus, les paysans prennent des dispositions pour se protéger quand ils utilisent le produit. Il assure que ceux qui tiennent le discours contraire ne pensent qu’à troubler l’opinion publique.

Commentaires

Commentaires du site 43
  • Avatar commentaire
    SONAGNON Il y a 3 mois

    Le glyphosate est interdit au TOGO voisin depuis 1996? Allez y comprendre quelque chose!!!

    • Avatar commentaire

      C’est surprenant! Le glyphosate est toujours autorisé dans l’Union Européenne.

      • Avatar commentaire
        SONAGNON Il y a 3 mois

        L’interdiction du glyphosate fait débat dans l’union européenne, c’est une question d’argent!!!

        Et des lobbys!!! c’est le capitalisme.
        Pourquoi il y a tant de cancer en occident???

        Ils savent d’où viennent les cancers, mais comme le capitalisme n’a pitié de personne, tant qu’on gagne de l’argent, on peut toujours vendre la mort.

  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon Il y a 3 mois

    Il a perdu une occasion de se taire.

  • Avatar commentaire
    Pierre Il y a 3 mois

    Tôt ou tard ce ministre sera devant ses responsabilités par rapport à ses déclarations. On dirait qu’il est “téléguidé” par ces firmes qui nous empoisonnent. Vous verrez à l’avenir les méfaits de ce produit sur les agriculteurs. De toutes les façons, ils ne contrôlent rien au Bénin et sont soumis au dictat des pollueurs. J’aimerais que ce ministre soit exposé au glyphosate durant des années et on en reparlera.

  • Avatar commentaire
    jacques Il y a 3 mois

    quoi il en soit, il faut une meilleure prévention des risques des herbicides ! : http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/risque-chimique/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=69&dossid=533

  • Avatar commentaire
    ESSABE Il y a 3 mois

    Pourquoi c’est un Ministre qui défend un produit proposé et livré par un privé. Il appartient au fournisseur de défendre son produit et non au Ministre….

  • Avatar commentaire
    Prince Toffa 1er Il y a 3 mois

    jhd

  • Avatar commentaire
    Bossouko Il y a 3 mois

    Le glyphosate est-il dangereux ? Quelles sont les alternatives au glyphosate ? Et surtout, faut-il vraiment l’interdire ? On répond à toutes vos questions, science à l’appui.
    Une partie des informations de cet article sont issues de l’analyse publiée par Sylvestre Huet sur son blog sur lemonde.fr.
    Depuis plusieurs décennies, la firme Monsanto et son produit le glyphosate sont au coeur de nombreuses polémiques écologiques et sanitaires. Depuis plusieurs années, la polémique se cristallise autour de son interdiction. La plupart des militants écologistes et des consommateurs approuvent l’idée de l’interdire, mais les gouvernements, les agriculteurs et les pouvoirs publics repoussent l’échéance. Les débats, émaillés par les soupçons de fraude scientifique, de lobbying et de conflits d’intérêt n’en finissent plus.
    Mais, faut-il vraiment interdire le glyphosate ? Faisons un point sur toutes les informations disponibles. D’abord, rappelons ce qu’est le glyphosate. Le glyphosate est un herbicide commercialisé par la société Monsanto. Il est utilisé pour se débarrasser des mauvaises herbes et est en particulier largement utilisé dans l’agriculture conventionnelle car il permet de désherber à moindre coût et avec relativement peu d’efforts des zones importantes de cultures. Toutefois, ce produit suscite des inquiétudes sanitaires et écologiques qui ont mené certains à demander son interdiction.

    Interdire le glyphosate car il est cancérigène ?

    Le glyphosate est-il dangereux, est-il cancérigène : ce que dit la science
    La principale inquiétude entourant le glyphosate, c’est son effet sur la santé humaine. En effet, il a été démontré à de multiples reprises que le glyphosate utilisé dans l’agriculture est « absorbé » par les organismes vivants, parmi lesquels les organismes humains. En résumé : on retrouve des traces de glyphosate dans les organismes des individus, dans les aliments ou encore dans des produits divers comme les tampons. Certes, ces traces sont minimes mais cela a suscité des craintes sur l’impact sanitaire du produit. Mais qu’en est-il réellement ? Le glyphosate est-il réellement dangereux ? Et s’il l’est, est-il si dangereux que ça ?
    Plusieurs études ont été menées sur ce sujet, pour savoir si le glyphosate était toxique, s’il était cancérigène, s’il était un perturbateur endocrinien. Sur la toxicité aigüe, l’ensemble des études s’accordent à dire que le glyphosate n’est pas particulèrement toxique : sa dose létale médiane (DL50) se situe à environ 3250 mg/kg chez la chèvre. Par comparaison, la dose létale médiane du sel de table est de 3000 mg/kg chez l’Homme. Sur l’effet mutagène et perturbateur endocrinien, l’Institut National des Risques Sanitaires conclue que l’ensemble des études n’a pas pu à ce jour établir de risque réel (voir le rapport complet ici).
    Sur l’aspect « cancérigène » (c’est-à-dire sur la question de savoir si le glyphosate est susceptible de contribuer à provoquer ou à favoriser l’apparition de cancers), plusieurs études ont été menées avec des résultats contrastés. Parmi ces études, une a classé le glyphosate comme cancérigène probable : il s’agit de l’étude du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) affilié à l’Organisation mondiale de la santé, basée sur une étude produite par The Lancet (voir l’étude ici). D’un autre côté, d’autres études (notamment un rapport publiée par l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments, à consulter ici ou une synthèse publiée par l’ANSES ici) ont déclaré qu’il n’y avait pas de preuves suffisantes pour établir un lien entre l’exposition au glyphosate et l’apparition de cancers. Le problème, c’est que certaines études ayant déclaré le glyphosate sans risque ont été marquées par des polémiques de conflits d’intérêt et de lobbying impliquant Monsanto (qui produit le glyphosate). Certaines de ces études étaient indirectement financées par Monsanto, d’autres ont pu être constituées en partie d’analyses écrites par des employés Monsanto (voir à ce sujet l’enquête du Monde sur les Monsanto Papers). Ce qui est plutôt courant dans le monde de la recherche scientifique (c’est souvent le producteur d’un produit qui finance les recherches sur ce produit) a toutefois fait planer le doute sur les résultats.
    En résumé : à regarder l’ensemble des études disponibles, il est difficile de savoir si le glyphosate est cancérigène ou non, mais l’une des seules grandes études totalement indépendantes de Monsanto l’a pourtant classé comme cancérigène probable. Le principe de précaution voudrait donc, au moins par hypothèse, que l’on considère ce produit comme cancérigène probable.

    • Avatar commentaire
      Prince Toffa 1er Il y a 3 mois

      @Bossouko
      Sur ce forum, on ne fait pas du copier/coller venu du net. On veut vos propres analyses constructives au lieu de vos collages kilométriques. Tout le monde connait deja le scandale de Monsanto.

    • Avatar commentaire

      @Bossouko
      Merci d’essayer d’apporter des informations permettant de mieux comprendre le problème posé par le glyphosate. Malheureusement, ce forum est plus caractérisé par les affirmations gratuites et les invectives que par le débat d’idées.
      Le ministre aurait mieux fait de s’abstenir. Même si le glyphosate un produit utilisé partout dans le monde (et pas seulement au Bénin), on ne peut pas affirmer honnêtement qu’il ne présente aucun risque pour la santé humaine ou pour l’environnement.
      Le principe de précaution pourrait conduire à l’interdire, mais par quoi le remplacer quand on sait que d’autres désherbants sont plus nocifs.
      On pourrait peut-être décider d’arrêter la production de coton …

  • Avatar commentaire
    Prince Toffa 1er Il y a 3 mois

    Le Ministre Dossouhoui doit savoir qu’on ne se vautre pas dans son fauteuil de Ministre pour débiter des affirmations qui portent atteinte à l’intelligence scientifique universelle car on devient la risée de la planète entière. Sa position est celle de ************ Talon et cela veut aussi dire que les 500.000 litres déjà stockés seront utilisés.
    « Le glyphosate est dangereux et est à forte tendance cancérigène par rapport aux autres molécules de même famille, Il est mutagène (modifie votre ADN) et c’est un perturbateur endocrinien (bouleverse vos hormones). Utilisé dans l’agriculture, il est absorbé par les organismes vivants, parmi lesquels les organismes humains à travers la peau », extrait tiré de la thèse doctorat en Pharmacodynamique de Ahodignin Dossou Christ, Fast, UAC, 2011.
    Si vous allez dans les champs de coton, nos paysans l’utilisent sans cache-nez ni gants de protection contrairement aux allégations *********** servies par le Ministre.
    Pour ce problème si grave, je pense que c’est devant une Juridiction Internationale que l’affaire sera portée afin que le citoyen béninois soit sauvé de l’emprise du club Talon qui nous gouverne car ils ont notre justice nationale ***************************************************.

  • Avatar commentaire
    Avouhan Il y a 3 mois

    @Madampol,

    Belle analyse et vous avez raison car ce ministre soi-disant de l’agriculture fait partie du rang de ces ministres”midoyéme” du gouvernement Talon.

    Bonne Journée

    • Avatar commentaire

      Avec..des yeux..de glysophate..comme adepte de bohicon..et un kilo de viande fraiche qui lui tienne de nez…on peut tout dire

      Entre temps nos parents meurent au village

  • Avatar commentaire
    Madampol Il y a 3 mois

    Quand j’entends ce mec, j’ai l’impression que dans son équipe, Talon a deux types de ministres/collaborateurs Dun côté, ceux qu’il considère comme intellectuellement ses égaux, je pense à Dagnon, Wadagni etc qu’il écoute et qui bénéficient d’une certaine liberté opérationnelle et de l’autre côté, les faire-valoirs, les gbêgonous.
    Ces derniers sont là juste pour exécuter les ordres venus de la marina, gérer les affaires courantes. On n’exige d’eux aucune initiative, on craint même qu’ils en prennent… Dans ce groupe, je place mon cher ministre

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 3 mois

    ********* pire qu’un ***************************** ce ministre , évident qu’il sert les intérêts ********* de ******************** en s’expriment ainsi , pour eux le principe de précaution pour préserver des vies n’existe pas , pourvu qu’ils obtiennent des hectares de coton , rien à foutre de la vie de nos frères paysans , de l’appauvrissement de nos sols , l’important est que leur compte en banque grossisse ; tchrous 

  • Avatar commentaire
    KATAKROUTCHA AKATAGBIN Il y a 3 mois

    Rien quen regardant son sinistre visage on sait qu’il n’a rien dans le congolot: que des cailloux, de l’eau
    Quitte là incarnation de la bêtise humaine

  • Avatar commentaire

    Si ce **** est ministre de mon pays, c’est une véritable honte ce que je lis comme propos. Il a eu son diplome chez le soudeur du quartier ou quoi. Un vrai désert de compétence

  • Avatar commentaire

    Un ministre complice de l’assassinat de notre 
    peuple
    Dossouhoui a t il jamais fait faire une autopsie
    des morts qu’on attribue aux sorciers chez nous
    Ce produit n’a jamais tue personne !
    Affirmation gratuite des profiteurs et assassins
    Ce produit n’attaque l’herbe nous dit 
    l’agronome de salon 
    L’herbe pousse peut être dans les nuages célestes
    On a honte devant tant d’ignirance et 
    d’incompetence…
    Dossouhoui devrait savoir qu’on ne parle pas
     la bouche pleine
    Il devrait se contenter d’avaler sans mâcher 
    les miettes que le clan Talon lui distribue
    Pouahhhh

  • Avatar commentaire
    Avouhan Il y a 3 mois

    Vive la gouvernement de la rupture! Vive la liberté d’expression sous la rupture.

    Depuis qur j’interviens sur ce forum, jamais aucun de mes commentaires n’a fait l’objet d’une censure meme sous le regime de YABO, pourtant il m’edt arrivé d’être plus virulent.

    Sous la rupture, cnedt la censure, l’emprisonnement,les intimidations, les redressements fiscaux, etc.

    Eh bien vive la Rupture
    Vive les apprentis démocrates.

    Bonsoir.

  • Avatar commentaire

    Ce type nommé dossouwiwi avec ses **** par le mal et par le *** a bien trouvé sa place auprès de notre corrupteur né. 
    Il fut le premier ministre de l’agriculture sous YAYI en 2006 avant d’être chassé quelques mois plus tard pour une affaire d’achat d’intrants périmés dont le cerveau n’etait autre que son actuel patron. Ce dernier a été mis en cause dans la rocambolesque affaire de tentative d’empoisonnement du président de la république. Aujourd’hui, on apprend que nos paysans sont tués à petit feu par le glyphosate importé par le *** pour ses propres affaires et le plus *** des ministres vient dire à la face du monde qu’il n’y a pas d’autre alternative que de continuer à empoisonner les pauvres paysans….
    J’ai arrêté, face à la médiocre qualité des hommes politiques que nous élisons en toute liberté et en toute conscience, eh oui j’ai arrêté de charger nos jeunes qui désabusés, prennent le risque de traverser la Méditerranée sur des embarcations de fortune.
    Et ce qui m’attriste encore plus, c’est de faire le constat qu’au rythme où vont les choses, nos jeunes bras se résolvent à traverser la Méditerranée à la nage.
    Quelle est la différence entre Dr atao, le PDG des plus grands laboratoires pharmaceutiques du Bénin et le clan assassin et criminel qui nous dirige depuis avril 2016 ???
    Le pire, c’est que ce *** type bénéficie encore du respect et de la révérence de ces mêmes jeunes.
    Pauvre peuple, pauvre jeunesse, pauvres paysans. Pauvre Bénin tout court 

  • Avatar commentaire
    Libre Expression Il y a 3 mois

    Bénin : Le glyphosate n’a jamais tué des gens, selon le ministre Dossouhoui

    CE MINISTRE DE LA RUPTURE ME FAIT RIRE .QUE CONNAIT-IL DU GLYPHOSATE ? JUSTE UNE INCOM,,..,,..PE..,,TEN,,,CE POUR MIEUX TU,,,….ER..ET ABRU,,,…TI..,,,RE LES PAUVRES POPULATIONS BENINOISES .

    • Avatar commentaire
      Éric Bokpè Il y a 3 mois

      Ignorance ou errance? Il aurait fallu que monsieur le ministre lise tous les débats sur le glyphosate en Europe et comment certains pays courageux ont interdit ce pesticide nuisible à la santé de l’homme et à l’écosystème. Quel drame ! Pourquoi devrions

      • Avatar commentaire
        Éric Bokpè Il y a 3 mois

        Pourquoi devrions ramasser ce que les autres vomissent? L’idolâtrie de l’argent livre le bien être des pauvres. La vie est sacrifiée par des gens qui n’ont jamais tenu la terre. Scientifiques de haut niveau, réclamer la raison et que le paysan reçoive sont droit à la vérité quand le politique donne le glas du bon sens et de la sagesse.

  • Avatar commentaire
    Sadia Tao Il y a 3 mois

    Ce sont des propos qui donnent raison á ceux qui assimilent l’Afrique á une poubelle !

    • Avatar commentaire
      SONAGNON Il y a 3 mois

      Les blancs sont conscient de la dangerosité du glyphosate, et font des efforts pour trouver des produits de substitution, d’autres demandent l’interdiction pure et simple.

      Mais le nègre, dit que c’est un bon produit!!!
      Tout comme OUTTARRA, disait que le CFA est bon pour nos pays!!!

      Quand est ce que nous aurons des responsables sérieux à la tête de nos pays????

  • Avatar commentaire
    Béninois Il y a 3 mois

    Je vois mal comment ce sujet d’empoisonnement à grande échelle des agriculteurs béninois pourrait échapper à la justice internationale un jour. Ce jour là, tout ce que ce sinistre a raconté aujourd’hui sera retenu contre lui. Il aurait dû démissionner plutôt que de se ridiculiser à ce point et de prendre des risques énormes pourson avenir.

  • Avatar commentaire
    Delphin GOUVOEKE Il y a 3 mois

    Il est dans son rôle car son poste n’est pas électif. Nommé, il ne peut qu’aller dans le même sens que son hôte

  • Avatar commentaire
    Tchite' Il y a 3 mois

    Il sort d’ou’ __________________________ ? Les producteurs de ce produits sont d’accord que leur produit est cancerogene. Le cancer est une maladie des riches. Memes les Europeens et Etats-Uniens ont peur du cancer, car non seulement c’est une maladie tres couteuse, mais qui conduit surement et lentement a’ une mort rongeuse (de la chaire, des os, des cellules etc). Mais ce monsieur ________________, vient diverstir.

  • Avatar commentaire

    _________________________________________________________ Commentaire supprimé

  • Avatar commentaire
    SONAGNON Il y a 3 mois

    Ce ministre nous prend pour des ______________????

    Le glyphosate est classé produit potentiellement cancérogène par l’OMS, depuis 2005, le Centre International de Recherche sur le Cancer(CIRC) a fait de même!!!

    Alors d’où tient il ces affirmations????
    Le tribunal américain a donc pris une décision sans aucun élément scientifique???

    Je crois que quand il aura un procès, il va mieux s’expliquer.

    • Avatar commentaire
      SONAGNON Il y a 3 mois

      Pourquoi la France se prépare à interdire le glyphosate sous la pression des associations???

      Tout se passe au Bénin comme si c’est seulement eux qui comprennent ce qui se passe.

      Le fait de prendre un commerçant comme Président est le vrai problème. Il va se réfugier derrière les polémiques pour mieux introduire le cancer au Bénin en se faisant de l’argent.

      _______________________________________________________________________________________

  • Avatar commentaire
    Doudou Il y a 3 mois

    Bande de ____.. Combien sont morts a cause du roundup… Combien meurent a cause du tabac et de l’alcool et ce n est pas interdit… posez vous les bonnes questions… qq un qui l a utilisé pdt 30 ans …

    • Avatar commentaire

      Personne n’empêche le benin d’interdire le tabac et l’alcool. D’ailleurs je pense qu’on devrait le faire et on devrait aussi interdire le glyphosate et revenir aux vielles méthodes de désherbage ou passer au désherbage biologique.Ça rappelle ce qui s’est passé avec l’amiante qui continue de tuer beaucoup de personnes en Europe

  • Avatar commentaire
    Avouhan Il y a 3 mois

    Commentaire supprimé

    • Avatar commentaire
      Avouhan Il y a 3 mois

      Merci LNT, Je comprends parfaitement la situation mais comprenez qu’il est difficile de demeurer les bras croisés en prenant cinnaissance des â.n.erie.s que raconte M. Gaston Dossouhoui bien qu’il soit un ministre.Au contraire il a le devoir d’informer, de proteger la population au lieu de raconter des insanités.

      Toutes excuses à LNT.

  • Avatar commentaire
    Tonagnon Il y a 3 mois

    Commentaire supprimé

  • Avatar commentaire
    Seydou Il y a 3 mois

    C’est un cas typique de conflit d’intérêt au sommet de l’Etat. C’est Talon _________________ du glyphosate et pour cela, ce pesticide pour lequel Monsanto a été condamné aux USA n’est pas dangereux au Bénin !

  • Avatar commentaire
    Avouhan Il y a 3 mois

    Monsieur le ministre aurait mieux fait de se taire face à la menace que represente le glyphosate.
    Parler de toxicologie sans evoquer clairement la toxicité du glyphosate, c’edt tourner autour du pot; ‘est nier l’evidence.
    Monsieur le ministre dit ceci:”Le produit n’attaque que l’herbe, il n’attaque pas le sol ni les éléments organiques qui sont dans le sol et qui assurent sa vie”.

    Pour ma part j’ai honte d’entendre de telles _________________.

    1)Monsieur ministre seriez vous en service commandé?

    2)Quelles sont vos réelles motivations?

    3) Quels intérêts représentez vous dans l’affaire du glyphosate?

    Bonsoir

  • Avatar commentaire

    Quelles sont vos sources? Donnez nous les éléments scientifiques qui le prouvent
    Espèce de _______________________

  • Avatar commentaire
    KATAKROUTCHA AKATAGBIN Il y a 3 mois

    Commentaire supprimé