Réformes au Bénin : Une avalanche de changements stratégiques et non des correctifs

Réformes au Bénin : Une avalanche de  changements stratégiques et non des correctifs

Depuis l’avènement au pouvoir du gouvernement de la rupture, ce sont presque tous les secteurs qui ont subi des réformes. Ces réformes au lieu d’être des correctifs de ce qui se faisait antérieurement, se présentent plutôt comme étant de simples changements stratégiques.

Amendement constitutionnel : Guy Mitokpè parle du complot ourdi contre Djènontin, Bako, Affo (…)

Par définition, une réforme s’entend comme un changement ou un réaménagement qu’on introduit dans un milieu donné dans la perspective d’y apporter des correctifs profitables aux usagers ou aux personnes qui bénéficient des services de ce secteur. Les réformes visent généralement à améliorer la qualité de prestation d’un service donné, de corriger une injustice, de réduire des inégalités ou rayer des postes de dépenses irrationnelles etc. Cependant, les réformes proposées par le régime de la rupture ne semblent pas répondre à ces exigences de transformations amélioratives des services ou institutions concernées par lesdites réformes.

Dans le secteur de l’éducation, c’est le conseil national de l’éducation, Cne, nouvelle génération qui est censé concevoir les programmes des trois ordres d’enseignement. Depuis l’annonce de cette réforme en décembre 2016 jusqu’à ce jour, aucun écho des activités du Cne.

Les réformes dans l’enseignement supérieur

Pour ce qui est de l’enseignement de l’enseignement supérieur particulièrement, la création des examens nationales de licence et de master pour une période transitoire de trois ans demeure une initiative grandement discutable sans emprise réelle sur l’amélioration de la qualité de l’enseignement supérieur privé. La réduction de la carte universitaire en deux universités multi thématiques et de quatre universités thématiques, n’a visiblement résolu aucun problème à ce jour de l’enseignement supérieur public.

Au contraire, le gouvernement a plutôt eu la mauvaise inspiration de presque supprimer les bourses et d’instaurer le paiement des droits universitaires. Pourtant les bourses dans les universités d’Etat constituaient la véritable action sociale des gouvernements précédents envers les jeunes.

La police républicaine

La fusion de l’armée et de la police reste une réforme relativement appréciée. Si certains y voient une innovation, d’autres clament plutôt la déception. Si l’objectif de cette réforme est de réduire l’insécurité comme l’expliquait le chef de l’Etat, police et gendarmerie pourraient être mis ensemble sans forcément être confondues.

Risque de perte de grands médécins

Le choix donné aux agents de la santé du service public de choisir entre le public et le privé risquerait de tourner à la perte des grands médecins spécialistes qui risqueraient d’opter pour leurs cliniques plutôt que de rester dans le service public plus contraignant et sans motivation conséquente. Surtout vu le caractère coercitif avec lequel le gouvernement veut gérer cette réformes, il est possible qu’elle aboutisse plus à un bras de fer plus qu’à un arrangement concerté entre l’employeur l’Etat et le personnel de la santé.

Et si les grands médecins décident de partir du public au profit de leur cabinet, ou de partir du pays, parce qu’ils n’auront reçu l’autorisation du ministre d’exercer dans le privé, c’est le peuple béninois qui aura perdu des techniciens compétents d’un domaine très sensible.

Tension préélectorale

En politique, le gouvernement a trouvé l’inspiration sur deux réformes qui ont replongé le biotope politique dans la tension préélectorale. Il s’agit d’abord de la charte sur les partis politiques. Le gouvernement explique que l’esprit de cette loi est de diminuer le nombre de partis politiques et surtout les partis régionalistes ou tribaux.

En concevant des nouveaux textes irréalistes sur la création et le financement des partis politiques, le gouvernement n’a pas dit en quoi l’ancienne charte a présenté des limites. Même situation avec l’autre réforme qui porte sur le code électorale où des montants faramineux des cautionnements aux élections législatives et présidentielles.

En plafonnant les cautions à 200 millions pour chaque liste aux législatives et 250 millions à la présidentielle, les Rupturiens, auteurs de ces deux lois n’ont pas dit en quoi les montants des cautions antérieures ont constitué des entraves dans le bon déroulement de ces deux élections. Au total, les réformes sous la rupture sont plus de simples changements stratégiques soit pour régler des comptes soit pour exclure certaines acteurs de la compétition. Sacrées réformes.

Commentaires

Commentaires du site 10
  • Avatar commentaire

    article totalement inutile

  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon Il y a 4 semaines

    De toute façon cet article – à défaut de résoudre le problème et je ne pense pas que ce soit son objectif – le pose.
    Ceci dit, il n’y a rien de mauvais à vouloir réformer ce qui ne fonctionne pas. C’est même l’objectif de chaque nouveau président.
    Après il y a la méthode et la pertinence et les vrais objectifs cachés, de ce qui est proposé.

  • Avatar commentaire

    Au sieur @KATAKROUTCHA AKATAGBIN, je déconseille les jugements sans valeurs sur les analystes. Je constate que vous-même êtes incapable d’émettre la moindre analyse sur le sujet en débat. Si moi, je fais preuve de myopie intellectuelles, vous êtes aveugle, sourd et muet. …En effet, la situation de notre pays, marquée par des errements de longue date, des scandales sans fin, des éléphants blancs à la pelle… requiert du nouveau gouvernement, de procéder des réorientations structurelles et de trancher, s’il le faut, dans le vif pour reconstruire notre pays sur des bases saines (par exemple sans concours frauduleux, vériable scandale sapant les valeurs morales de notre société…)…

  • Avatar commentaire

    Vers la années..70…le benin ne comptait..en tout pour tout…2 briques de tondus..

    Aujourdhui..nous sommes au delà..de 10 briques..donc..une fonction exponentielle…

    Qui peut me dire etre contre les reformes stucturelles..dans tous les domaines…? car..nous devons adapter toutes..nos philosophies de pensées..et d’existence en fonction de la démographies,des mouers…et autres défis économiques..et institutionnelles

    Tout le monde…est d’accord…qu’il existe des dysfonctionnements..

    Mais une reforme..qui exclu..les gens..en fonction…de l’argent et quoi d’autre..ne me parait pas…signe de sagesse..

  • Avatar commentaire
    Agadjavidjidji Il y a 4 semaines

    Trop léger et trop aérien comme contre argument pour être pris au serieux.

  • Avatar commentaire
    Le Patriote Il y a 4 semaines

    Réforme : Police Républicaine
    Changement ou réaménagement : la fusion des deux corps: la gendarmerie nationale et la police nationale.

    Apporter des correctifs profitables: une force unique plus conséquente consacrée à la sécurité nationale et détenant les informations de sécurité sans entrave administrative.

    Améliorer la qualité d’un service: la sécurité.

    Corriger une injustice: deux plaintes portées auprès de l’ex-gendarmerie nationale et de l’ex-police nationale conduisaient à la bataille de l’information au niveau de l’administration et était source d’injustice.
    Ce problème est désormais résolu puisqu’il ne s’agit que d’un unique corps.

  • Avatar commentaire

    L’auteur de cet article devrait commencer par chercher la définition de la réforme au plan politique, économique, sociale, structurelle….avant d’accoucher d’un texte aussi indigent …Réforme n’est pas synonyme de mesurettes, ni de reformettes destinées à améliorer des comportements anti développement de notre pays… Il faut faire des réorientations, des choix stratégiques différents des désastres que notre pays a connus….Connaissez vous la réforme du christianisme qui a abouti au protestantisme avec Luther..??? Sagit-il de simples mesures d’amélioration? Initiez-vous avant de prétendre donner des leçons…

    • Avatar commentaire
      KATAKROUTCHA AKATAGBIN Il y a 4 semaines

      ALLOMAN vous faites preuve d’une myopie intellectuelle patente. Dommage
      Véritable mauvaise foi

  • Avatar commentaire

    Vous bavardez seulement; vous ne savez que critiquer et même pour critiquer les autres vous pouvez même pas faire l’effort de bien écrire le français . Terrible quoi…