Bénin : Vincent Foly réagit après la dernière sentence infligée à son journal « La Nouvelle Tribune »

Bénin : Vincent Foly réagit après la dernière sentence infligée à son journal « La Nouvelle Tribune »

Dans une décision rendue il y a quelques semaines, la Haute autorité de l’Audiovisuelle et de la Communication a suspendu le quotidien Béninois La Nouvelle Tribune jusqu’à nouvel ordre.

Procès sur la suspension de la Nouvelle Tribune au Bénin : Le délibéré renvoyé au 04 Octobre

Vincent Foly, le directeur de publication de ce journal a tenu cet après-midi une conférence de presse au chant d’oiseau à Cotonou pour s’exprimer sur cette sentence. C’était en présence des personnalités comme Me Robert Dossou, Réné Ahouansou, Victor Topanou, Valentin Djènontin et Eugène Azatassou. Après les mesures conservatoires prises contre son journal par le président de la HAAC, Vincent Foly indique qu’il a fallu que deux mois s’écoulent avant que les conseillers ne daignent l’auditionner .Ce qui n’est pas normal de son point de vue. Avant qu’il ne soit même auditionné, il est passé devant la commission de la déontologie de l’organe de régulation.

A l’en croire, les discussions ont été chaudes entre le président de cette commission et lui puisqu’il a essayé de lui faire comprendre que les extraits d’articles jugés offensants pour le chef de l’Etat ont été tirés de leurs contextes.  Après l’avoir écouté,  la  commission a produit son rapport et la  HAAC a attendu une dizaine de jours avant de convoquer l’audition.  Au cours de cette audition, le dp du journal La Nouvelle Tribune dit avoir subi une extorsion d’aveux. Il a présenté ses excuses au chef de l’Etat, aux conseillers de la HAAC et au président de l’institution, pensant que la sanction contre son journal allait être levée. Mais à sa grande surprise, la HAAC a pris une décision pour interdire la  parution son journal jusqu’à nouvel ordre. Pour lui, l’audition était une session d’humiliation.

Vincent Foly a par ailleurs attaqué la  décision de la HAAC qui est de son point de vue inique et arbitraire. L’organe de régulation n’est pas fondé à suspendre un journal jusqu’à nouvel ordre indique le dp de La Nouvelle Tribune. Pour finir ses propos, Vincent Foly a évoqué le redressement fiscal dont son journal  fait l’objet. A l’en croire, il devrait payer 12 millions au fisc. Il s’est donc entendu avec les autorités pour régler la facture progressivement. C’est ainsi qu’une somme de 2 millions a été payée au fisc par le journal. Mais , il y a quelques semaines, le conférencier dit avoir reçu une lettre de la direction des impôts qui lui demandait de rembourser le reste des 10 millions sous huitaine.

Selon le conférencier cette « dénonciation d’engagement » n’est pas anodine. Le président de la République n’aurait pas apprécié un titre du journal sur l’interview qu’il a accordé aux médias français il y a quelques mois . Il fait par ailleurs remarquer que les  comptes bancaires du journal sont fermés depuis lors.

La HAAC n’est pas un organe de répression 

Le conférencier a ensuite passé la parole à Me Robert Dossou. Pour l’ancien président de la Cour constitutionnelle, la HAAC «  est là pour garantir l’indépendance des journalistes. Ce n’est pas un organe de répression ». Il  fustige  aussi  les mesures conservatoires prises contre le journal. Pour lui, elles violent le  principe du contradictoire. L’avocat a pour finir indiqué que les dirigeants doivent être porteurs de valeurs ». Dans le cas contraire, la fonction qu’ils incarnent n’aura   pas un objectif d’élévation. Elle sera socialement inutile.

Commentaires

Commentaires du site 9
  • Avatar commentaire
    le sénateur Il y a 3 mois

    j’ai les larmes aux yeux avec ce qui se passe dans mon pays, le pays est gouverné avec la ruse et la rage.

  • Avatar commentaire
    Sonagnon Il y a 3 mois

    Ils connaissent l’influence de ce journal dans le paysage médiatique du Bénin. Et même pour former une opinion sur les questions brûlantes de l’actualité.
    Comme nous allons aux législatives il faut absolument faire taire toute voix discordante.

    Une preuve de plus du recul démocratique de notre pays.

    C’est sont les régimes dictatoriaux qui s’illustrent dans cette triste manière de fermer les journaux. Comme Patrice Talon est un dictateur, il ne peux s’empêcher de proccéder ainsi.

  • Avatar commentaire
    DEMAKOS Il y a 3 mois

    Sortie médiatique du DP Nouvelle Tribune est inutile et improductive.
    Dès lors qu’il a décidé de saisir la justice au sujet du dossier, pourquoi vient il étaler sur la place publique, les armes dont il dispose pour gagner. C’est donner à la partie adverse les moyens de mieux de se préparer aussi pour vaincre. A moins ce que ce soit un coup de bluff de sa part pour faire pression sur la HAAC afin de hâter la levée de la suspension de son journal.

  • Avatar commentaire

    Le clan Talon affine les methodes mafieuses de gouvernement et est determine a tuer toute opposition, toute voix discordante, a ecraser tout ce qui peut entraver sa main mise , son OPA sur le pays et son economie.
    Cela passe des redressements fiscaux arbitraires et selectifs, a l’intimidation, a la subornation de temoins, a la corruption active des deputes, des juges, aux mesures scelerates d’interdiction. C’est un devoir citoyen de se lever et balayer cette bande d’escrocs en cravate qui tuent ls libertes acquises de haute lutte et font main basse sur l’economie.
    A t-on audite les comptes de Benin Control, SODECO et autres ?

  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon Il y a 3 mois

    C’est quoi ces pratiques à la “ERDOGAN” ? On se croirait en Turquie ?

  • Avatar commentaire
    jilcar Il y a 3 mois

    La nouvelle tribune, le seul journal du Bénin que je lis de l’étranger. Suis sans voix. C’est quand même bizarre la rapidité avec laquelle on ferme les journaux au pays. Ah! que nous avons régressé dans ce pays. 
    Ce machin de HAAC là c’est pas Yayi Boni qui l’a fabriqué?  Y-a- t-il encore au Bénin des gens qui peuvent dire à ces gens-là qu’ils se trompent de chemin et que les mêmes causes produisent les mêmes effets?
    Lui Djenontin qui est venu s’asseoir ce n’est pas sous son nez que son mentor avait fermé le journal de aboubakar Takou?
    Moi je vous dis hein rupture et changement c’est même chose: aujourd’hui rupture est juste assise à la place de son camarade d’hier qui était changement.
    La politique nuisible au développement a pris le pas sur tout dans notre pays et dès que quelqu’un prend le pouvoir il martyrise les autres pendant un bout de temps, il s’en va et un autre revient et le cirque continue. Tellement triste ce qui se passe dans ce petit pays.
    Dans ce journal, ce ne sont pas des béninois qui travaillent là?
    La situation au pays est très très difficile aujourd’hui et on ne peut pas se permettre de fermer aussi brusquement un organe de presse pour juste faire plaisir au père fondateur, chef de la nation , …………beaucoup de titres.
    Vous savez j’ai tellement compris des choses chez ces gens-là: ils n’aiment pas du tout la contradiction. Dites leur que le peuple béninois aime beaucoup la contradiction et déteste l’injustice.
    Vincent Folly nous sommes vraiment peiné par ce qui t’arrive. Nous te soutenons et te souhaitons beaucoup de courrage.
    Si tu diriges un pays ON DOIT T’INSULTER, sinon ne dépose pas ta candidature pour exercer un mandat public. C’est du moins ce que je crois.
    Je n’ai jamais oublié la devise de notre petit journal de l’Universsité d’Abomey-Calavi ex UNB “je ne suis pas d’accord avec ce que tu dis mais je me battrai pour que tu ais le droit de le dire”.
    Y a -t-il pas dans ce gouvernement des gens qui ont lu une fois dans leur vie ce journal?

  • Avatar commentaire
    The Atlantean Il y a 3 mois

    Le Bénin n’est pas la Russie, ni la Turquie, la HAAC et le gouvernement devraient se méfier et faire très très attention des intentions mal fondées contre ces propres concitoyens. La mafia n’a pas sa place au Bénin, l’extorsion n’a pas sa place au Bénin. Nous tous grand ou petit quelque soit l’esprit qui nous conduit devrait exercer une humilité, l’Amour et une fraternité envers l’un et l’autre. Quelles sont les fautes mortelles commises par la Nouvelle Tribune qu’on ne peut pas pardonner? Si le Président Patrice Talon juit de l’Amour de Dieu dans son Coeur, un coup de fil à la HAAC mettra fin au casse-tête de la Nouvelle Tribune. Je trouve gênant et inconfortable que le gouvernement irait geler le compte bancaire d’un citoyen qui ne fait pas l’objet d’arrêt de l’Interpol. Et pourquoi le fisc ne pouvait pas tenir sa parole? La seule erreur commise par Monsieur Vincent Foly au sujet des forfaits, est qu’il n’avait pas demandé que tout l’accord conclu soit sur papier pour preuve. Pardonnons ceux qui nous ont offensés, si nous souhaitons être pardonnés par Dieu. Monsieur le Président Patrice Talon je me joins à tous les honnêts et honnêtes Béninois qui croient au Pardon Divin, pour vous demander “Mille et une fois pardons”, de laisser aller Monsieur Vincent Foly, et couper les cordes politiques qui lient les pieds de notre frère Monsieur Vincent Foly.   

  • Avatar commentaire
    Napoléon1 Il y a 3 mois

    C’est assez maintenant. C’est inacceptable. On ne peut pas transformer l’expression de l’opinion d’un tiers dans un journal en outrage à la personne de Talon pour suspendre un journal jusqu’á nouvel ordre après avoir pris des mesures conservatoires contre le journal. Où sommes-nous au Bénin! En Corée du Nord ou en Saudi Arabie!
    Nous ne devons plus permettre à ces aventuriers de remettre nos droits démocratiques en cause pour se servir. Il faudra que le peuple entier se soulève maintenant comme à Madagascar pour mettre fin à ce régime qui chaque jour démontre qu’ils ne sont pas là pour servir le peuple, mais gouverner contre la volonté du peuple en remettant les acquis démocratiques en cause et se servir.