Infanticide au Bénin : Ruth Genèse Konkoen écope de 5 ans de travaux forcés

Infanticide au Bénin : Ruth Genèse Konkoen écope de 5 ans de travaux forcés

La cour d’assises de la cour d’appel de Cotonou a traité vendredi 10 août 2018 d’une affaire d’infanticide. La mise en cause Ruth Genèse Konkoen, âgée de 22 ans a été condamnée à 5 ans d’emprisonnement pour avoir jeté son nouveau-né dans une fausse sceptique, il y a trois mois à Avrankou.

3è édition de la Fête du cinéma : Canal+ Bénin promet un évènement riche et varié

Ruth Genèse Konkoen, une jeune secrétaire comptable de 22 ans a écopé vendredi 10 août 2018 à la cour d’appel de Cotonou, d’une peine de 5 ans de travaux forcés. Cette jeune dame a été reconnue coupable d’infanticide sur son nouveau-né dans la nuit du 12 au 13 mai 2018. Une affirmation que l’intéressée a niée à la barre. Dans ses explications à la cour, Ruth Konkoen se dit innocente de ce qui lui est reproché. Elle admet avoir jeté l’enfant dans les latrines mais affirme ne pas l’avoir tué. Elle raconte être entrée en travail aux alentours de 22 h et n’a pas daigné se rendre à l’hôpital parce que croyant que le travail allait durer jusqu’au lendemain.

Mais contre toute attente, elle a accouché dans la nuit seule et sans assistance, d’une fille vivante. Fatiguée suite à l’effort, elle se serait endormie puis a retrouvé l’enfant mort à son réveil, deux heures après. C’est ainsi qu’elle lui a,dit-elle, introduit un morceau de tissu dans la bouche pour le jeter ensuite dans les latrines.

Un argumentaire que le ministère public a balayé du revers de la main. Selon le procureur, en introduisant le tissu dans la bouche du nouveau-né, l’accusée cherchait manifestement à l’empêcher de crier pour signaler sa naissance. Le choix de jeter le bébé dans une fosse sceptique après lui avoir mis un tissu dans la bouche est un fait qui relève également de la préméditation, a aussi argumenté le ministère public. Pour ce dernier, elle aurait pu organiser des funérailles dignes à son enfant si elle éprouvait des sentiments maternels à son égard.

La cour n’ayant pas cependant pas été convaincue par les arguments de la mise en cause et l’a déclarée coupable. Elle écope donc d’une peine de 5 ans de travaux forcés pour homicide avec préméditation sur un nouveau-né. Notons que Ruth Konkoen est également mère de deux autres enfants.

Commentaires

Commentaires du site 5
  • Avatar commentaire
    SONAGNON Il y a 1 mois

    C’est vraiment triste!!!

  • Avatar commentaire

    Hum! Misère sociale et morale quand tu nous tiens. Elle est beaucoup plus à plaindre qu’à blâmer.
    On ne naît pas mère, on le devient.
    A 22 ans et déjà mère de 2 enfants en plus du suicidé.
    Où était son compagnon ?

  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon Il y a 1 mois

    Il y a sûrement de la pathologie (maladie) là dedans. Une sénégalaise a fait la même chose dans le nord de la France: elle est allé sur une plage que je connais bien a assis son bébé qui parlait à peine, sur le rivage et s’en est allé, laissant la marée l’emporter.
    Que Dieu les prenne en pitié et que passe la Justice des humains.

  • Avatar commentaire
    Duperroux Il y a 1 mois

    5 ans seulement pour de tels actes de barbarie!!!elle ressortira au mieux à 27 ans et aura tout loisir de recommencer.Pauvre folle,saloperie de bonne femme,moi,je lui ferais endurer la même chose,elle verrait ce qu’est la loi du Talion,oeil pour oeil dent pour dent.Remarque,ce petit est peut être mieux où il est…