Libye : des migrants bloqués dans le pays appellent l’ONU à l’aide

Libye : des migrants bloqués dans le pays appellent l’ONU à l’aidePhoto d'illustration : des migrants

En Libye, un groupe de migrants a décidé de marcher en direction de Tripoli afin de demander de l'aide à l'ONU. L'objectif affiché ? Quitter "l'enfer libyen".

Libye : le maréchal Haftar n’exclut pas de marcher sur Tripoli

En Libye, des migrants Érythréens et Éthiopiens ont décidé de forcer les portes d’un centre de rétention dans lequel ils étaient tous enfermés depuis plusieurs semaines, bravant notamment les officiels, avec pour unique but, celui de marcher et surtout, de se faire remarquer. L’idée était en effet de réussir à captiver l’attention de l’ONU et des ONG œuvrant en faveur du respect des droits de l’homme afin de faire avancer leur situation.

Un véritable parcours du combattant

Arrivés en Libye en 2015, un groupe de migrants composé d’une centaine de personnes s’est retrouvé bloqué après que les forces de l’ordre aient décidé de leur tirer dessus. Après de courtes négociations, ceux-ci tombent d’accord : ils vont les aider à quitter le pays afin de se rendre en Europe. Problème, ils seront ensuite kidnappés par un groupe de criminels avant d’être revendus à des tortionnaires qui les ont torturés à l’électricité. Les scènes filmées, étaient ensuite envoyées aux familles des victimes dans le but de demander une rançon qui atteignait parfois la somme de 6,000 dollars.

Souvent, cependant, cette rançon ne servait à rien et, une fois reçue, les ravisseurs empêchaient les victimes de s’échapper. Ce cauchemar aura finalement duré de long mois avant que tout le monde ne soit de nouveau libéré en mai dernier. Transférés vers un centre de rétention, les migrants se retrouvent une nouvelle fois dans une délicate situation, ne faisant plus confiance aux officiels libyens. C’est d’ailleurs dans cette idée que cs derniers ont décidé d’appeler à l’aide, jugeant leurs conditions de détention inhumaines.

La puissance de Facebook, au service de la cause

Utilisant la puissance des réseaux sociaux, ce groupe a profité de leur relativement faible exposition, afin de partager photos et vidéos de leur combat dans le but d’alarmer la population. L’idée derrière ce partage étant également de provoquer un « buzz », dans le but d’apporter toujours plus de poids à leur demande.

Ce groupe, principalement composé d’Érythréens fuyant le régime totalitaire, actuellement en place dans leur pays, souhaite notamment que le HCR les prenne en charge. Interrogé à ce sujet, Paula Barrachina Esteban, porte-parole de l’agence onusienne pour l’aide aux réfugiés, a assuré que la situation était suivie de très près et que des solutions allaient bientôt émerger. Malheureusement, les États membres ne sont pas nombreux à proposer leur aide.

Au total, 12 pays ont proposé d’accueillir en tout et pour tout, 3,886 réfugiées pour 55,000 demandes d’asile enregistrées en 2018, et ce, rien qu’en Libye. Une situation d’offre et de demande impossible à gérer pour l’ONU puisque, selon un récent rapport publié en juin 2018, 1,4 million de réfugiés pourraient demander l’asile en 2018. En 2017, ils n’ont été que 75,000 à avoir bénéficié de l’aide à la réinstallation.

Commentaires

Commentaires du site 0