Présidentielle au Mali: Soumaila Cissé dépose un recours

Présidentielle au Mali: Soumaila Cissé dépose un recours

Les résultats, du premier tour, de l'élection présidentielle au Mali, sont connus depuis quelques jours. Le président sortant, IBK arrive en tête des suffrages avec 41% des voix, suivie de son challenger Soumaila Cissé qui récolte 17% des voix.

Mali : Cinq soldats français blessés dans une attaque à Kidal

L’élection présidentielle malienne, revêt, d’un enjeu particulier. En instabilité sécuritaire, depuis 2013, les Maliens, doivent mener à bien ce processus, afin que le pays puisse vite se remobiliser et affronter les défis qui se profilent à l’horizon. Comme, lors de la dernière élection présidentielle, c’est Ibrahim Boubacar Keita, qui est arrivé en tête, suivi de Soumaïla Cissé. Lors du dernier scrutin, l’ancien président de la commission de l’UEMOA, avait dénoncé, des fraudes graves, qui avaient entaché, le processus électoral. Mais, face à la situation que traversait le pays à l’époque, Cissé n’a pas contesté les résultats, et a reconnu la victoire d’IBK. Il prenait date pour la prochaine, présidentielle.

2018, nouvelle élection, mais même constat, pour le candidat de l’Union pour la république et la démocratie, qui devra affronter à nouveau, le président sortant lors d’un second tour qui aura lieu le 12 août prochain.

Devant ses militants, Soumaïla Cissé, a affirmé que le premier tour, a fait l’objet de plusieurs irrégularités, qui sont venus entraver, la bonne marche de l’élection. Ses avocats, ont d’ores et déjà, déposé un recours, auprès de la cour constitutionnelle. Ses résultats, selon lui ne reflètent pas, le vote des maliennes, et des Maliens.

Commentaires

Commentaires du site 8
  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon Il y a 5 mois

    Rituel post électoral si commun en Afrique. Rituel dont il faut malgré tout remercier et féliciter “le Zinli” d’avoir épargné au Bénin, les risques et la médiocrité.

    En toute chose, il faut savoir considérer le moindre mal, à défaut d’avoir le loisir d’opter pour la meilleure des solutions.
    Ces fraudes, dont je suis sûr à 100% qu’elles ont eu lieu (dans quelles proportions ?), valent-elles qu’un pays arriéré par la guerre et aujourd’hui menacé par le tribalisme, reparte à l’aventure ?
    Les politiciens maliens ne peuvent-ils pas être quelques jours par an, un peu plus responsables et lucides que les miliciens tribaux qui assassinent dans le centre pays ?

    • Avatar commentaire
      GbetoMagnon Il y a 5 mois

      Au moins s’est-il trouvé au Bénin, quelques personnes qui ont – peu importe les motivations personnelles, tant qu’elles convergent avec l’intérêt général – quelques personnes donc, qui ont stoppé la dérive par 2 fois et imposé un peu de bon sens et l’ordre des priorités à un Gouvernement, qui s’égarait dans l’excès de pouvoir et son intention manifeste de l’accroitre encore.

    • Avatar commentaire

      Et ils assassinent…qui???..nous les peuls…!!!

      Nous sommes partout..en afrique…et lorsqu’on va frapper…ça va etre du lourd..
      meme dans l’atacora..on nous tire dessus comme des lapins…

      • Avatar commentaire
        GbetoMagnon Il y a 5 mois

        “azziz” reprend toi ! toutes les communautés sont victimes dans ces affaires.
        Au bénin et au Nigéria, les débuts de l’insécurité et de sa persistance viennent bien des pasteurs qui tirent sur les villageois.
        Pour moi, l’origine du problème est la pauvreté. Les raisons de sa persistance sont la faiblesse de l’Etat le désintérêt des autorités pour le sort de petites gens que ce soit les pasteurs en transhumances avec leur bétail ou les villageois qui se sont fait tirer dessus à la kalachnikov.
        Au Mali c’est plus grave, la guerre a donné l’exemple des violences et des armes ont changé de mains.

        • Avatar commentaire

          je conteste ta version des faits…!!!

          je pense..qu’il nous en faut des sociologues..pour nous étayer…

          moi je fais partie d’une génération…et je porte témoignage..

          J’ai connu cette période..au nord du benin…..ou il existait..une complicité..entre les agriculteurs..de toutes les ethnies..et les peulhs..pour la gestion des espaces..

          Oui les peulh..étaient sollicités..pour déverser..leurs troupeaux..pour venir faire le néttoyage…dans leur champs…aprés les récoltes…et tout ce passait bien..

          Nos chefs coutumiers viellaient au gain….

          Rappelons..nous que généralement…les animaux..mis à la dispositions…des peulhs..étaient des wassagari selon…un contary séculaire…de gagnant gagnant….

          la démographie…exponentielle…et le fait que la surface..est une constante…créerait des problemes…
          Tout le monde le savait

          • Avatar commentaire

            Lire..selon un contrat
            Lire les animaux appartenaient..aux wassangari…

          • Avatar commentaire
            GbetoMagnon Il y a 5 mois

            On dit la même chose: démographie = plus de besoins, plus de personnes à nourrir avec la même quantité de ressources à se partager.
            A défaut d’être capables d’anticiper les problèmes en assurant le développement, Ce sont des choses que les politiciens devraient contenir (l’ordre public). C’est de leur responsabilité.

    • Avatar commentaire

      Ne dis pas n’importe quoi, espèce d’idiot quelles sont tes preuves ?