Suisse : invités à un événement, des burundais s’évaporent dans la nature

Suisse : invités à un événement, des burundais s’évaporent dans la nature

Invités du côté de la Suisse, pour un festival de musique folklorique, des membres d'un groupe de danse burundais, en ont profité, pour se faire la be

Suspension de VOA et de la BBC au Burundi : Nkurunziza verrouille le pays

Invités du côté de la Suisse, pour un festival de musique folklorique, des membres d’un groupe de danse burundais, en ont profité, pour se faire la belle. En effet, la quasi-totalité du groupe de danse, “Ruciteme”, ne s’est pas présentée, aux différentes activités qui ont lieu pendant le festival. Sur 28 membres de la troupe de danse, 12 manquaient à l’appel, lors de l’ouverture officielle du festival. Ce chiffre a continué de s’accroître durant toute la période du déroulement de l’événement. La toute petite poignée de membres qui restait, a expliqué, que plusieurs de leurs camarades du groupe “Ruciteme”, ont fait l’objet de menaces au Burundi, et ils ne voulaient plus rentrer au pays.

Les médias, présents sur place, ont déclaré ceci: Ils ont fait tous les spectacles de la semaine, mais vendredi, samedi et dimanche, ils n’étaient plus que trois”Cependant, tous les membres du groupe, ont fini par disparaître, car, sur les trois membres du groupe qui étaient encore présents, aucun ne s’est présenté à la cérémonie de clôture du festival. Contactées, pour être mis au courant des faits, les forces de l’ordre de la ville de Fribourg (lieu où se tient le festival) ont dit être au courant de l’affaire. Les autorités policières, ont affirmé que personne n’a disparu, et que les membres du groupe Ruciteme, sont officiellement des touristes en voyage dans l’espace Schengen. Apparemment, ses derniers, avaient obtenu des visas de la Belgique. Ces visas arriveront à expiration dans quelques semaines.

Selon, les organisateurs du festival de danse, en 43 éditions, ce genre de situation, ne s’est  produit, qu’une seule fois, il y a plus de 20 ans. Les organisateurs ont mis en avant, l’instabilité socio-politique qui prévaut au Burundi depuis plusieurs années pour expliquer le geste des membres du groupe Ruciteme.

Commentaires

Commentaires du site 0