Affaire Gupta en Afrique du Sud : clap de fin pour une responsable de la police

Affaire Gupta en Afrique du Sud : clap de fin pour une responsable de la policeUn des frères Gupta, Photo: Chris Collingridge

En Afrique du Sud, les révélations autour de l'influence de la famille Gupta sur le système politique et judiciaire s'enchaînent. Résultat ? Les premières têtes commencent à tomber.

Afrique du sud : l’ANC se déchire, Winnie Mandela s’exprime

En Afrique du Sud, l’influence de la famille Gupta au sein du gouvernement Zuma n’est plus à démontrer. En effet, la fratrie businessman indien aurait eu une incroyable influence lui permettant de désigner, nommer et révoquer des ministres à sa guise. Cependant, outre ce pouvoir de décision, les Gupta auraient également eu une certaine influence au sein des services judiciaires et de police sud-africaine. C’est en tout cas ce que tend à démontrer la grande commission d’enquête, qui est réunie depuis près de deux semaines afin d’éclaircir cette histoire.

Selon certaines informations, les Gupta auraient en 2015, proposé à Mcebesi Jonas, ancien ministre adjoint des Finances, le poste de ministre titulaire, contre 40 millions de dollars et surtout, une obéissance totale aux ordres donnés par la fratrie. Problème, ce dernier a refusé l’offre et a même menacé de dévoiler cette proposition aux Sud-Africains.

Le chef de l’unité anti-corruption, renvoyée

Afin d’éviter un énorme scandale, Zinhle Mnonopi, chef de l’unité anti-corruption, aurait alors décidé de faire signer à Jonas, déclaration visant à annuler tout début d’enquête. Problème, cette déclaration était totalement fausse. Suite à ces révélations, la commission d’enquête, bien qu’elle n’ait aucun pouvoir judiciaire, a décidé de licencier Mnonopi, au motif d’entrave à une enquête.

Enquête qui aura d’ailleurs mis énormément de temps à se dessiner. En effet, la CIA a averti les autorités sud-africaines dès 2009 sur l’existence d’une influence certaine des frères Gupta, allant même jusqu’à parler d’état dans l’état. Il aura donc fallu près de dix ans avant qu’une commission ne voit enfin le jour et ne se résigne à faire le point sur cet épineux dossier.

Commentaires

Commentaires du site 0