Afrique du Sud: virés après un chant contre les boers, 8 noirs rétablis dans leurs fonctions

Afrique du Sud: virés après un chant contre les boers, 8 noirs rétablis dans leurs fonctions

Sur fond de tensions raciales de plus en plus exacerbées, la Cour constitutionnelle a décidé de se pencher sur une affaire datant de 2013. Un chant qualifié de raciste par certains étant notamment au centre des attentions.

Julius Malema : «Nous avons besoin des Etats-Unis d’Afrique, d’une seule Afrique»

En Afrique du Sud, la Cour constitutionnelle a rendu sa décision concernant une affaire datant de 2013. À l’époque, huit hommes se sont fait renvoyer après avoir entonné « Kill the Boer » (« Tuer les fermiers blancs »), un chant partisan datant de l’époque de l’Apartheid. À connotation raciste, ce chant est toujours chanté par la majorité noire du pays, notamment à l’occasion de meeting politique ou lors de manifestations. 

La justice sud-africaine a décidé de trancher

C’est d’ailleurs à l’occasion d’une grève que ces huit employés se sont mis à chanter ce chant de libération, très controversé. En effet, le terme « Boer », désigne les fermiers blancs descendants des colons néerlandais, soit une petite partie de la minorité blanche du pays. Très critique, ce terme est d’ailleurs considéré par certains, dont Pieter Groenewald, le président du parti FF+, comme étant un appel à la haine raciale. La justice, cependant, semble en avoir décidé autrement puisque la plus haute juridiction du pays a estimé que le chant « Kill the Boer » n’était pas un chant raciste. Résultat, les huit personnes renvoyées ont été réintroduites au sein de leur société.

Une décision qui fera date, dans un pays qui semble toujours lutter afin de se débarrasser des tensions raciales, omniprésentes. Il y a quelques semaines, un homme se faisait même traquer sur les réseaux sociaux après que ce dernier a posté une vidéo au cours de laquelle il utilisait le mot “kaffir“, utilisé à l’époque de l’Apartheid afin de désigner une personne de couleur noire.

La réforme des terres, toujours en discussion

Pour rappel, le Président sud-africain Ramaphosa tente toujours de faire passer la loi concernant la redistribution des terres. Controversée, cette loi vise à confisquer les terres de fermiers blancs afin de les redistribuer à des fermiers noirs. Une manière de rétablir une certaine égalité entre les fermiers après la période de l’Apartheid où les blancs se sont accaparés et appropriés toutes les terres cultivables. Aujourd’hui en discussion, cette loi ne devrait toutefois pas vraiment connaître de grande opposition et pourrait très vite être appliquée par le gouvernement.

Commentaires

Commentaires du site 0