Côte d’Ivoire: des proches de Soro convoqués par la police économique

Côte d’Ivoire: des proches de Soro convoqués par la police économique

En Côte d'Ivoire, deux proches de Guillaume Soro ont récemment été convoqués par la Direction des finances d'Abidjan ainsi que par la Haute autorité pour la bonne gouvernance. Une tentative d'intimidation, selon leurs proches.

Restitution des trésors pillés : Après le Bénin, un collectif de la RDC réclame

Président de l’Assemblée nationale ivoirienne et absent du pays depuis près d’un mois, Guillaume Soro s’interroge. Récemment, deux de ses plus proches collaborateurs ont d’ailleurs été convoqués par la police économique dans le cadre d’une enquête portant sur des soupçons de malversations dans des sociétés publiques, dont ils assuraient la direction.

Ces deux hommes, le député de BounaLoukimane Camara et le député de WorodougouIssaka Fofana ont été convoqués par la Direction de la police économique et financière d’Abidjan afin de répondre à quelques questions.

M. Camara a décidé au premier abord de faire jouer son immunité parlementaire afin de décliner l’invitation, envoyée le 12 septembre dernier. Le lendemain, cependant, ce dernier a accepté de répondre à la convocation de la Haute autorité pour la bonne gouvernance.

Camara interrogé, pas Fofana

Cette audition, longue de onze heures, aurait permis à Camara de s’expliquer sur une transaction notée de 600 millions de FCFA, réalisée alors que ce dernier était à la tête de la Sicogi. Initialement prévus dans le cadre d’un projet immobilier en faveur des militaires ivoiriens, ces 600 millions ont finalement été utilisés pour une tout autre raison, à savoir la construction de la cité ADO, à Yopougon. Interloquée, la HABG a donc souhaité en apprendre davantage sur cette affaire.

De leur côté, les proches de Camara ne comprennent pas et balayent d’un revers de la main les accusations portées à l’encontre du député, assurant que le ministère du Budget a d’ores et déjà étudié cette histoire, n’en tirant aucune conclusion négative, écartant toute suspicion de détournement de fonds. Ce dernier assure en outre que l’argent utilisé a ensuite été remboursé, un acte de gestion tout à fait normal donc.

Des convocations qui agacent

Le dossier concernant le second député, M. Issiaka Fofana est cependant inconnu. En effet, ce dernier n’a pas souhaité répondre à la convocation effectuée à son encontre, invoquant son immunité parlementaire. 

Simplement convoqué par la Direction de la police économique et financière d’Abidjan, M. Issiaka Fofana  devrait toutefois avoir des comptes à rendre devant la HABG. Une manière de l’obliger à répondre à certaines questions, puisque l’immunité parlementaire ne peut être utilisée face à la Haute autorité pour la bonne gouvernance. Des convocations qui agacent fortement en interne.

En effet, des proches des deux hommes estiment que ces derniers sont victimes d’intimidation. Tentés de prendre leurs distances avec la présidence, il s’agirait alors d’un « rappel à l’ordre ». La raison ? Guillaume Soro dérange du côté de l’exécutif. Bien entendu, le fait que ce dernier puisse compter sur quelques soutiens n’enchante guère le gouvernement et ce serait à ce titre qu’il tenterait d’agir. Une manière également, de mettre la pression sur celui qui est pressenti pour être le candidat de l’Union des soroïstes (UDS) à la présidentielle de 2020.

Commentaires

Commentaires du site 0