Libye : le maréchal Haftar n’exclut pas de marcher sur Tripoli

Libye : le maréchal Haftar n’exclut pas de marcher sur Tripoli

En total désaccord avec le projet d'une nouvelle Constitution, le maréchal Haftar a décidé de faire monter la pression, assurant que lui et ses forces étaient prêts à marcher sur la capitale libyenne, Tripoli.

Côte d’Ivoire : ça chauffe entre le PDCI et la commission électorale

La situation en Libye reste toujours aussi floue. En effet, alors  que le projet d’une nouvelle Constitution censée régir le pays est toujours dans les tuyaux et doit être examiné puis validé par le Parlement avant le 10 septembre prochain, le maréchal Haftar a fait part de son mécontentement. En effet, c’est via la chaîne de télévision Al Hadath, que ce dernier a récemment assuré y être fermement opposé, estimant que cette nouvelle Constitution doit être présentée après la tenue de nouvelles élections et non avant, sous peine d’être rejetée.

Pire encore, afin de faire entendre raisons à ceux qui ne seraient pas d’accord avec lui, l’idée de marcher sur Tripoli afin de permettre au peuple libyen de « vivre en sécurité » semble avoir effleuré l’esprit du maréchal Haftar, et ce, à plusieurs reprises.

Une manière de faire monter la pression

Ainsi, si ce n’est pas la première fois que ce dernier émet l’idée de prendre Tripoli à l’aide  de son armée, c’est en revanche bien la première fois qu’il l’exprime avec une telle force et une telle vigueur. Selon lui, si bataille il devait y avoir dans les rues de la capitale libyenne, celle-ci serait relativement rapide, grâce notamment à l’appui de certaines forces extérieures, comme celles de Misrata ou encore de Zentan.

Toujours selon les informations dont dispose Haftar, certaines forces œuvrant au sein de la capitale libyenne seraient également prêtes à aider le maréchal dans sa petite entreprise.Des combats qui pourraient d’ailleurs avoir lieu très rapidement. 

En effet, d’ici à début 2019, de nouvelles élections pourraient avoir lieu. L’Italie notamment a récemment annoncé la tenue d’une conférence internationale portant sur le sort de la Libye au mois de novembre prochain. Rome faisant du lobbying afin que ces nouvelles élections, censées renouveler le paysage politique du pays et lui donner un nouveau souffle, se tiennent au début de l’année prochaine. Paris de son côté, œuvre afin qu’elles aient lieu d’ici à la fin de l’année.

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    Milogo Il y a 2 mois

    Paris et Rome ce n est pas un gâteaux. Les les Libyens sont assez responsable. Voilà ce que vous avez crée à cause de vos intérêts égoïstes. Laissé les libyens respirer un jour.

    Soyez assez ingénieux pour faire fonctionner votre économie.
    Votre masque va tomber un jour.