Tanzanie : le bilan s’alourdit après le naufrage du Ferry

Tanzanie : le bilan s’alourdit après le naufrage du FerryPhoto : Reuters

Depuis jeudi, la Tanzanie est en deuil. En effet, ce jour-là, un ferry a chaviré dans les eaux du lac Victoria, causant la mort de nombreux passagers.

Rwanda : l’opposante Diane Rwigara sera jugée pour insurrection

Depuis, le bilan des victimes s’est alourdi. On dénombre au moins 207 morts. Le MV Nyerere, ferry qui a chaviré avait une capacité d’accueil de 101 personnes.  Mais les passagers qui étaient présents, dépassaient largement la limite d’accueil du ferry. Selon des témoins, il y avait environ 200 personnes sur le MV Nyerere qui assurait la liaison entre l’île d’Ukara et celle, située juste en face, d’Ukerewe, soit, le double des passagers qui auraient dû embarquer.

Toujours, selon des témoins, c’est lorsque le bateau approchait de l’île d’Ukerewe, que les passagers se sont déplacés vers l’avant pour se préparer à débarquer que le ferry s’est retourné.

Magufuli prend des mesures

Le drame a fait réagir le président Tanzanien, John Magufuli qui a décrété quatre jours de deuil national et a demandé que les responsabilités soient vite situées. S’exprimant sur la chaîne de télévision publique, il a affirmé qu’il y a encore des corps qui n’ont pas été repêchés. Il a déploré le fait que le bateau ne transportait pas uniquement que des personnes. Selon le chef de l’État, en plus des passagers, il y avait des sacs de maïs, des caisses de bière et de soda ainsi que des véhicules.

Lors de son passage à la télévision, il a indiqué que toutes les dispositions seront prises pour situer les responsabilités de ce terrible drame. Il dira: “Les responsables seront absolument punis. Cette négligence nous coûte tant de vies humaines, des enfants, des mères, des élèves, des vieillards. J’apprends par ailleurs que le capitaine n’était pas un vrai captaine”

Il a terminé en précisant que des arrestations ont commencé, et que toutes les personnes impliquées dans la gestion du MV Nyerere seront sévèrement sanctionnées.

Commentaires

Commentaires du site 0