Dans la suite de l’affaire des 4,5 milliards de francs Cfa entre la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) et la Banque internationale du Bénin (BIBE), le secrétaire général du Syndicat national des agents de la sécurité sociale (Synass) Gilbert Sètondji BOCO vient d’être sanctionné par la direction générale de la CNSS.« Une mise à pied sans salaire de huit jours ». C’est la sanction de la direction générale de la CNSS à l’encontre de Gilbert Sètondji BOCO, en service au Bureau de recouvrement d’Akpakpa. C’est par la décision n°011/18/CNSS/DG/DRH/SP-C en date du lundi 16 octobre 2018, signée du directeur général de la CNSS Dramane Diatema.

Le Sg/Synass  est sanctionné pour « discrédit jeté sur les organes de gouvernance de la CNSS et atteinte aux intérêts de la Caisse » d’après ladite décision dont nous avons reçu copie. La sanction intervient après la demande d’explication a lui adressée le 15 octobre par le Dg et à laquelle il a répondu le 16 octobre. C’est dans l’affaire des 4,5 milliards F Cfa que la CNSS a décaissés au profit de la BIBE.

Le Sg paye ainsi les frais de sa correspondance du 24 septembre 2018 adressée au Conseil d’administration de la CNSS pour exprimer ses inquiétudes sur la destination exacte de ces fonds, se fondant lui même sur un jugement de tribunal. Il y a eu une polémique autour du dossier la semaine écoulée. Des explications et des documents de clarification échangés entre la Direction de la BIBE et celle de la CNSS sont venus calmer un peu la polémique. La direction de la CNSS d’après sa décision n°011/18/CNSS/DG/DRH/SP-C considère l’acte du Sg/Synass comme des « agissements » qui auraient « causés des désagréments à la CNSS et à ses intérêts ». D’où cette mise à pied qui prend effet à partir du jeudi 18 octobre 2018.

7 Commentaires

  1. La lutte contre la mauvaise gestion oui, mais pas une lutte sélective, Mettant uniquement ceux qui s’opposent à nous et dont nous redoutons la capacité.

  2. J’ai rien compris à cette sanction. Est-ce qu’il y a flou autour de ce fonds? Si oui, situez l’opinion pour avoir le coeur net.

  3. La rigueur dans l’administration, bientôt une réalité. Chacun est responsable de ses actes. Dénoncez mais soyez juste, n’abusez de votre position ni de votre pouvoir. D’ailleurs l’autorité doit respecter les institutions et organes de la République. Aucune autorité ne devra faire preuve de légèreté en la matière.

    • Où était l’abus dans la lettre du syndicaliste ? Il avait d’abord posé des questions en interne, sans réponse. Il avait ensuite mis le problème sur la place public en se basant sur un jugement d’un tribunal. Les protections syndicales, connaissez-vous ? Je doute que cette sanction reste une affaire bénino-beninoise?

Répondre à The Annuler la réponse

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom