Afrique du sud : le président Ramaphosa rend pour la 1ère fois des terres à des noirs

Afrique du sud : le président Ramaphosa rend pour la 1ère fois des terres à des noirsPhoto : Themba Hadebe/AFP

Dans son discours sur l'état de la nation 2018, le Président Cyril Ramaphosa avait souligné que la réforme et la restitution agraires feraient partie de ses priorités et qu’il s’engageait à les mener de manière efficace, constitutionnelle et durable. Ce dimanche, il joint l’acte à la parole.

Massacres au Nigéria : les soutiens de Buhari accusent l’opposition

Cyril Ramaphosa a posé dans le KwaZulu-Natal, l’Acte I de la politique sud-africaine de ré-attribution des terres. Le ministère du Développement rural et de la Réforme agraire, le ministère de l’Agriculture, des Forêts et des Pêcheries, le ministère des Travaux publics, le ministère des Entreprises publiques et le ministère de la Performance, du Suivi et de l’évaluation ont coordonné le transfert de la propriété de 4 586 hectares à la communauté de KwaMkhwanazi en coopération avec l’intendance du chef de l’autorité traditionnelle Mkhwanazi.

La communauté KwaMkwanazi recevra en plus des titres de propriété, un accompagnement financier qui aidera ses membres à créer des opportunités d’emploi en tirant parti de la richesse potentielle des terres et à les gérer dans une optique de développement durable.

« Nous écrivons l’histoire (…) nous réparons une injustice historique en rendant leur propriété à ses détenteurs légaux » a déclaré Cyril Ramaphosa, dans son allocution.

Depuis la fin de l’apartheid, le parti de l’ANC suivait un modèle de “vendeur consentant, acheteur consentant” selon lequel le gouvernement achetait des fermes appartenant à des Blancs pour les redistribuer aux Noirs.

Cependant, M. Ramaphosa avait annoncer son intention de modifier la constitution afin de permettre à l’ANC de prendre des terres à des agriculteurs blancs sans les indemniser.

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    dufduf Il y a 1 mois

    Quand on voit ce qu’est devenu le Zimbabwe qui avait pris la même mesure d’expropriation dans les années 90, et qui quelques temps après, avait dû faire machine arrière, tellement le pays était tombé dans la crise. Hélas, maintenant il est trop tard !