Après des jours de battages médiatiques autour de la disparition en Chine, du Président de Interpol, la Chine qui n’avait jusque là pas jugé utile de se prononcer, déclare détenir le président pour enquête et fait parvenir à Interpol une demande de démission du président avec « effet immédiat » !La Commission centrale d’inspection de la discipline, le vigile du parti communiste chinois en  matière de corruption et défection politique, annonçait en ligne, dimanche soir,  la détention de M. Meng, citoyen chinois, président d’Interpol, faisant l’objet d’une enquête sur «des soupçons de violation de la loi». Un pied de nez de la Chine à l’institution internationale qu’est Interpol. Et comble de lèse majesté, la Chine fait parvenir à Interpol une simple lettre l’informant de la démission de son président. Rappelons qu’Interpol est la plus grande agence au monde facilitant la coordination des polices de 192 pays membres.

«L’enquête sur les pots-de-vin et les violations présumées de la loi commises par Meng Hongwei est très opportune, absolument correcte et plutôt sage», a déclaré le ministre de la Sécurité publique chinoise. La commission centrale, bras judiciaire du parti,  peut détenir des responsables de partis pendant des mois, voire des années, tout en menant une enquête.

La commission conclut souvent une enquête en radiant un responsable de son appartenance à un parti, en dénonçant les violations des règlements du parti et en renvoyant le responsable devant le système judiciaire aux fins de poursuites pénales. La Chine montre en cette détention arbitraire qu’elle ne fait aucun cas de considérations diplomatiques quant des considérations politiques nationales sont en jeu.

2 Commentaires

  1. Je suis surpris , dans un pays comme la Chine , pour lequel les droits de l homme sont respecté a la lettre , c est bizarre ….. courage a ce monsieur , quoi qu il est fait je pense qu il va le payer chère ( meme s il n a rien fait )

  2. Je ne partage pas le titre de votre article. Le parti communiste n’est pas plus fort qu’Interpol d’autant que ce parti a agi sans règle démocratique en procédant à l’arrestation de ce responsable d’Interpol. Agir sans aucune déontologie ne veut pas dire être plus fort que les autres.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom