Le président de la République a pris le 20 septembre dernier, un décret portant mesures transitoires à la mise en œuvre de la réforme de la gouvernance des universités publiques du Bénin.Ce décret suspend les dispositions portant création, attributions, organisation et fonctionnement des universités nationales publiques du Benin,  jusqu’à l’examen de leur gouvernance  par le Conseil national de l’éducation. En clair, l’élection des recteurs, vice-recteurs, membres de Conseil d’administration d’université, doyens, directeurs adjoints des unités de formation et de recherche des universités nationales du Bénin est suspendue.   

A titre transitoire, les recteurs , vice-recteurs, membres élus des Conseils d’administration d’université, doyens , directeurs , vice-doyens et directeurs adjoints dont les mandats sont venus à terme, restent en place. Le décret prend effet à partir du 20 septembre 2018 date de sa signature.

Pour rappel, des élections devraient se tenir dans certaines universités publiques du Bénin en novembre  pour renouveler les mandats des instances de direction de ces structures. Avec ce décret, il faudra donc attendre la mise en place du Conseil National de l’Education pour être situé sur la conduite à tenir. Il reviendra à ce conseil de définir les normes qui sont applicables dans le secteur.

4 Commentaires

  1. Il faudra de toute façon – la meilleure serait de la faire de concert, tous ensemble – il faudra donc réformer cette coûteuse usine à chômeurs qu’est l’Université du Bénin.
    Où il y a trop d ‘entrées, de diplômés formés par rapport à l’offre d’emploi, reporter les budgets là où il y en a le plus de besoins (agriculture, agro-business, ingéniérie, services : DTI (BEP, Bacc Techniques/pro), Licences, Masters, …).
    Faire établir par le syndicat patronal et les entreprises les manques de cerveaux, de bras. Y répondre en créant des formations courtes (450H) de reconversion à iso-qualification dans un domaine connexe ou approchant les diplômes obtenus : cadres, techniciens supérieurs, ouvriers hautement qualififiés).

    Sanctuariser les investissements (les mettre à l’abri des ***) par une modification du code des investissements. Sinon, ni la Diaspora, ni aucun investisseurs autres que les corrupteurs ne viendront mettre de l’argent sur la table.

  2. Ya fohi! lui même , il connait les enseignants -chercheurs. Pas d’inquiétude.
    Un petit conseil que je lui file en tant qu’enseignant dans ce champ, cher Patrice, fais vite ce que tu as à faire et laisse mes collègues faire leur job. Autrement ça va se “gâter rapidement ” pour parler comme nos jeunes. Je salue ma collègue Atanasso!

  3. Talon ne con air rien  des Universtes.  Il n’ajamais fait l universite et I’ll a le desir de controller tout dans le pays. Le Benin n ai pas in royaume.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom