Bénin : Le PLP fait des propositions de sortie de crise

Bénin : Le PLP fait des propositions de sortie de crise

La situation socio-politique au Bénin frise la fin de la démocratie selon le Parti pour la Libération du Peuple (Plp). Lors de la réunion de son bureau exécutif national hier, le parti a fait des propositions pour une sortie de crise.

Manifestations du front pour le sursaut patriotique : Les marcheurs se mobilisent à la place Lenine

Dans le communiqué qui a sanctionné cette réunion du bureau, samedi 6 octobre 2018, le Plp tient responsable, le régime actuel de la situation. Une situation, dit-t-il, marquée par le recul des valeurs républicaines de liberté, d’égalité, de justice et de fraternité.

Le Plp dans ses analyses, note « la réduction sensible de l’espace démocratique, la multiplication inquiétante des violations des droits humains et de la Constitution, l’instrumentalisation de la justice et de la force publique contre les voix critiques et la traque contre les travailleurs, les plus pauvres, les jeunes et les opposants ». « En même temps, la souffrance de la population ne fait qu’empirer. Le peuple se voit sacrifié sur l’autel des intérêts individuels » lit-on dans le communiqué.

« Que devons-nous faire pour sortir de la crise actuelle ? » se demande le parti de Léonce Houngbadji. En réponse, il propose le respect « des exigences fondamentales de consensus et de paix qui fondent le Bénin du renouveau démocratique ». Il s’agit de « respecter la Constitution » ; d’ « aller au dialogue ». « Le dialogue politique et social des forces vives de la Nation dans le respect des fondamentaux de la Constitution s’avère la voie incontournable pour éviter le chaos. » C’est pourquoi le Bureau du Plp invite le Gouvernement à se mettre autour d’une table avec les partenaires sociaux et l’opposition pour se parler en face, en vue de dégager un consensus sur les points de blocage. L’exigence, c’est aussi de garantir le respect des droits humains et un système judiciaire juste et équitable auquel les Béninois ont confiance. Le Plp invite également le gouvernement à être attentif aux cris du peuple et assurer ses besoins sociaux de base, notamment la santé, l’éducation, l’eau et l’électricité.

Autour de ces réflexions, le parti exhorte tous les acteurs politiques toutes tendances confondues, ainsi que de ceux de la société civile à privilégier l’intérêt supérieur de la nation et s’engager résolument à trouver une issue heureuse à la crise actuelle.

Commentaires

Commentaires du site 8
  • Avatar commentaire
    Ghislain Il y a 2 mois

    Tous ces remous politiques montrent que Talon travaille. Ces politiciens sont des espèces rares. Depuis 2016, qu’ils fassent le bilan des actions positives et négatives (selon eux) de la gouvernance actuelle. On prend les mêmes et on recommence ! Ce qu’on vécu sous Kérékou et Yayi, on le vit encore sous Talon. Quand un régime vient, on cherche à le saboter dans ses actions.C’est la loi de si ce n’est pas moi ça ne doit pas être toi.

  • Avatar commentaire

    bouillon de culture..dirait bernard pivo..!!!

    culture incessieux..entre l’exécutif et les organes de contre pouvoir..

    culture de démission,de compromission, de trahison et d’imposture.

    culture de résignation,d’indignation….

    Certes les jeunes..à travers leurs iniatives…donnent de la voix..et refusent…de se soumettre…parce que portant en eux..les gènes de la résistances..

    mais moi..j’attends l’initiative de macron…..

  • Avatar commentaire
    sonagnon Il y a 2 mois

    Je crois qu’il faudrait que l’opposition prenne la juste mesure de la gravité de la situation au Bénin.

    Le vote des récentes loi sans concertation, l’instauration de la CRIET qui va à l’encontre de l’évolution des normes juridiques dans un pays démocratique, sont des signes très graves que le pouvoir en place refuse de dialoguer.

    La seule alternative C’est le recours au peuple souverain.

    Quelques soient les contraintes, l’opposition doit s’organiser pour prendre le contrôle de la situation. L’heure n’est plus au bavardage. Car la situation est très grave.

  • Avatar commentaire
    FRATER Il y a 2 mois

    @LEONCE HOUNGBADJI
    Rien de nouveau. Moi je t’invite à une séance de “GREVE DE LA FAIM” s’il te plait. Tu te feras mieux entendre.
    Tu te souviens lors de ton dernier passage dans l’émission “Le Débat” d’Africa 1, l’Excellent Francis LALOUPO, vous disait au moment où vous disiez être prêt à faire grève de la faim jusqu’à mourir: “heureusement que vous êtes encore là”. Il l’a répété plusieurs fois…
    Un ************************************* voulait -il vous dire
    Vous avez tout compris.
    Fraternellement ET solidairement greviste de la faim

  • Avatar commentaire

    De quelle crise parle-t-on?
    La débâcle des vendeurs d’illusion est proche!
    Que l’opposition en perte de vitesse se mette vite à œuvrer pour contribuer à la réalisation du Programme d’Action du Gouvernement pour que les populations puissent bénéficier, comme elle prétend le vouloir, de l’eau, de l’électricité et autres. Sinon, le développement du Bénin se fera malheureusement sans cette frange de la population qui perd du temps à faire du dilatoire.
    Ceux qui veulent du développement de ce pays, et qui n’ont rien à gagner avec les ********** fiscaux et autres *** aux pratiques désastreuses pour l’économie du Bénin, n’ont pas le temps de participer aux distractions du PLP.
    Je commence même à avoir l’impression que je perds du temps en faisant ce commentaire…

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 2 mois

     Nous disons au PLP , peine perdue , talon  ,**** , va encore vous rouler dans sa farine de mauvaise qualité. Seule solution ,: ” **** ” 

  • Avatar commentaire
    Agadjavidjidji Il y a 2 mois

    C’est bien beau de parler de ramener la balle à terre mais faut dialoguer il faut être deux. Quand l’opposition parlementaire (et non celle d’Africa 24 et de TV5) se contente de rejeter systematiquement toute initiative de la majorité, comment peut-il y a avoir un climat consensuel. Ca avait commencé par le rejet brutal du projet de revision de la constitution puis des amendements quelques mois plus tard. Des fois memes certains deputés disent en plenière leur satisafction pour certains projets de loi mais quand vient l’heure de voter, on s’aperçoit qu’ils osnt ont voté contre. Que voulez vous composer avec des gens comme ça. Entre Béninois on se connait et on sait que du monent où l’on est contre quelque chose ou quelqu’un, n’hesite pas à deployer notre genie destructeur pour le neutraliser. C’est cette posture nihiliste qui a conduit à la radicalisation de la majorité et à cette impression que tout se fait dans le pays sans l’opposition.