Après la proclamation des premiers résultats de la présidentielle au Cameroun, le 7 Octobre passé, le président sortant Paul Biya a été annoncé vainqueur, ce que l’opposition conteste. Après les premiers résultats du scrutin présidentiel, plusieurs personnalités de l’opposition politique ont saisi la cour constitutionnelle pour y déposer des recours. En tout, la cour constitutionnelle devra examiner dix-huit requêtes en annulation totale ou partielle de la présidentielle.

Parmi ces recours, trois ont été introduits par les principaux leaders de l’opposition, à savoir Joshua Osih, Cabral Libii et Maurice Kamto, tous candidats à la présidentielle et qui ont dénoncé de nombreuses irrégularités, pendant le déroulement des votes. Maurice Kamto avait par ailleurs revendiqué la victoire, le 8 octobre. Il avait alors été taxé de hors-la-loi par le gouvernement.

Alors qu’il a déposé un recours auprès de la cour constitutionnelle pour notamment réclamer la récusation d’une majorité de ses membres en estimant qu’ils étaient “partiaux”, l’opposant vient de recevoir un avis défavorable. En effet, la cour constitutionnelle a jugé irrecevable le recours de Maurice Kamto. D’après Clément Atangana, qui est le président du Conseil constitutionnel, l’opposant Maurice Kamto n’est pas habilité à demander la récusation du Conseil. Il est à noter que les membres du conseil constitutionnel sont nommés par le président Paul Biya.

11 Commentaires

  1. Kamto et ses partisans font exactement ce qu’ils reprochent à Biya : d’être intolérant. Que gagnent les camerounais à partir d’une dictature à une autre?

  2. La vérité sortira des urnes soyons sérieux, où sont les preuves du Pr M.KAMTO ?
    Tout se que nos frères de l’Ouest Cameroun publient sut Facebook n’est pas loin du’tribalisme. Me NDOKI était incapable de produire les documents devant les membres du CC, une grande honte pour ce parti qui veut diviser le Cameroun.
    Réfléchissez bien mes frère de l’Ouest, le penalty n’est pas marqué par le Pr M.KAMTO, attendons la prochaine élection car c’est un jeu et non un combat

  3. A cause du pain sardine, vous vendez votre pays… les strictiseuses politique avec la nourriture dans le cerveau… ils sont là avec des gros diplômes on croirait des intellectuels. Bande de toto , des lèche fesses. Vous vous croyez au dessus, mais tout ça cessera un jour. Les gateux de pays. Vous allez payer ça tot ou tard.

  4. c’est de l’enfantillage…tout ça…

    ou avez vous vu…des réclammations,des recours aboutir en afrique….puisque les jeux sont faits

    C’est au benin,et au sénégal,ou au ghana…qu’un président sortant peut etre battu..à une élection

    pour le cas du benin..j’ai peur..que celà soit désormais du passé….puisque désormais..c’est la ru se et la rage….

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP saisissez votre nom
SVP, Entrez votre commentaire