Chili : l’Eglise catholique déconseille aux prêtres d’embrasser les enfants sur la bouche

Chili : l’Eglise catholique déconseille aux prêtres d’embrasser les enfants sur la bouche

Au Chili, un document invitant les membres de l'Eglise à ne pas embrasser les enfants sur la bouche a provoqué un véritable tollé. Il faut dire que le timing est plutôt désastreux.

La stratégie nationale de gestion durable des mangroves au Bénin validée

Un guide de bonnes pratiques qui ne passent pas du tout auprès de l’opinion. En effet, il y a quelques jours, l’archevêché de Santiago du Chili a mis en ligne un guide de bonnes pratiques censé montrer aux prêtres les choses à faire et surtout, à ne pas faire. Parmi celles-ci ? Embrasser un enfant sur la bouche, lui faire des massages ou encore lui toucher les parties génitales, sont à éviter.

Le Chili, au cœur d’un terrible scandale de pédophilie

Le tollé provoqué a été tel que ce guide a d’ailleurs été retiré du net. Il faut dire que le timing est désastreux. En effet, l’archevêque de Santiago, Mgr Ricardo Ezzati, qui a signé le document, doit être entendu demain matin par le parquet régional de Roncagua dans le cadre d’un vaste scandale de pédophilie au sein de l’Église chilienne. Selon les forces de l’ordre, ce dernier aurait dissimulé plusieurs agressions sexuelles afin de protéger ses prêtres.

L’Église chilienne reconnaît une erreur et s’excuse

Patricia Munoz, défenseure chilienne du droit des enfants, a pour sa part, assuré avoir été en état de choc à la vue de ce document. De son côté, Cristian Roncagliolo, évêque auxiliaire de Santiago, a fait son mea-culpa, assurant que de nombreuses erreurs s’étaient glissées dans le premier jet du document. Retiré d’internet, celui-ci est actuellement en train d’être retravaillé dans le but d’obtenir une version finale d’un guide de bonnes pratiques qui ne va pas choquer l’opinion. 

Aujourd’hui, 119 enquêtes judiciaires portant sur des agressions sexuelles présumées commises par des représentants du clergé sur de jeunes mineurs et adultes depuis le début des années 60 sont en cours. Le sujet, s’il n’est pas tabou est donc relativement délicat pour l’Église chilienne et le moindre petit dérapage sera scruté et largement commenté.

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    Opinion Il y a 2 mois

    On embrasse les enfants sur le front ou la joue. Pas besoin de cours pour cela.